Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mur face à la perspective
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 02 - 2019

On a beau dire que pour les Algériens ordinaires, histoire de ne pas dire la majorité, l'élection présidentielle d'avril prochain est le dernier de leurs soucis, il doit bien se passer quelque chose qui ébrèche la formule. D'expression consacrée aux contours d'inébranlable certitude, elle est peut-être en train de redevenir ce qu'elle n'aurait jamais dû cessé d'être : une formule accommodante, même si le terreau de son développement n'a jamais manqué de fertilisants. On l'a entendue dans la bouche de paresseux scrutateurs d'idéal, on l'a perçue dans le confort non assumé de planqués notoires, dans le désarroi des silencieux impuissants, dans la parole qui ne dit rien de ceux qui ont le cul entre deux chaises et parfois, hélas, dans la bouderie de vaillants combattants gagnés par la résignation. Il doit bien se passer quelque chose. Il y a cet indicateur dont le sérieux a été rarement démenti : ça parle et pas seulement dans les cercles d'initiés qui ont souvent été trompeurs sur la réalité des choses. Il y a cette raison dont on ne saurait faire l'économie : le pays a atteint un niveau d'inquiétude qui met tout le monde dos au mur et le système une décrépitude qui le place au seuil de la désintégration organique. Il n'est même plus en mesure de trouver l'énergie, les outils et les hommes qui puissent lui permettre de sauver le minimum formel : l'attelage de survie. Alors, il fait dans le bric et le broc.
Ce n'est certes pas nouveau mais ça va être la première fois qu'il le fait sans conviction, sans détermination, dans le sens le moins vertueux des deux termes. D'avoir mis tous ses œufs dans le même panier, d'avoir tout misé sur un homme artificiellement maintenu en vie politique, de n'avoir jamais imaginé le moindre compromis qui lui permette de souffler, d'avoir ignoré les questions de bon sens et d'avoir poussé le pays au paroxysme du désespoir, il en est à apprécier l'étendue de son incurie. Non pas parce qu'il se découvre des états d'âme mais parce ses propres perspectives se referment. On en parle et pas seulement dans le confort des nids douillets. Reste le… reste, à commencer par ne pas seulement en parler. Même usé jusqu'à la corde, le système n'a peut-être pas dit son dernier mot. Il sait que les moyens d'un second souffle peuvent lui venir y compris de l'attitude de ceux qui veulent le changement et s'investissent pour qu'il advienne. Les errements ou simplement les erreurs d'appréciation ne sont pas encore au bout de ce qu'elles ont pu causer comme dégâts.
Alors, on peut espérer que ce scrutin soit celui de la rupture. C'est un rêve compliqué mais pas interdit. Ou alors l'envisager, avec ses résultats, comme esquisse d'une proche perspective. En tout cas pas comme un «non-événement», la formule n'est même plus accommandante au point où en sont les choses.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.