Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les députés appellent à la protection des dénonciateurs
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 02 - 2019

Les députés ont appelé mardi dernier à assurer «une protection totale» des dénonciateurs de faits de corruption, mettant en avant la nécessité d'élaborer une stratégie nationale globale pour la lutte contre toutes les formes de corruption. Lors de la séance de l'après-midi consacrée à l'examen du projet de loi, modifiant et complétant la loi 06-01 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption, les députés de l'APN ont réaffirmé «l'impératif d'introduire des garanties supplémentaires pour protéger les dénonciateurs de faits de corruption à l'instar de la dissimulation de leur identité». Dans ce cadre, la députée Zedam Hassina (groupe des indépendants) a relevé la nécessité «d'assurer une protection totale aux dénonciateurs de faits de corruption, eu égard à leur rôle dans la lutte contre ce phénomène qui ronge l'économie nationale».
Abondant dans le même sens, la députée Zahra Megar du RND a proposé «la dissimulation ou le changement de l'identité du dénonciateur pour qu'il ne se transforme pas en témoin», alors que le député Abdelkader Hasnaoui, de la même formation politique, a estimé nécessaire l'introduction de dispositions incitatives en faveur de ces dénonciateurs en leur assurant «une protection administrative et légale».
«Elaboration d'une stratégie nationale susceptible de contribuer
à l'application des lois»
Pour sa part, le député Bakhouche Seddik du PNSD a appelé au «renforcement des procédures de protection des dénonciateurs à travers la consultation des experts dans ce domaine», affirmant que «la lutte contre la corruption demeure une responsabilité collective nécessitant l'élaboration d'une stratégie nationale susceptible de contribuer à l'application des lois». De son côté, le député Ahmed Taleb Abdellah (Parti des jeunes) a mis l'accent sur l'importance de l'association de la société civile dans la lutte contre ce phénomène.
Dans le même contexte, le député Abdelkader Bidi du MSP a proposé l'annulation des poursuites contre les dénonciateurs de faits de corruption, appelant, à ce propos, à la consolidation des prérogatives des institutions chargées de la lutte contre ce fléau.
Pour sa part, le député Hassane Aribi (Union Ennahda-Adala-Bina) a estimé que la lutte contre la corruption exigeait «une véritable solution politique et une volonté politique forte». Les interventions de certains députés ont porté sur la nécessité d'assurer une formation spéciale aux magistrats chargés des affaires de corruption ainsi que la création de pôles pénaux financiers régionaux afin de permettre le traitement des affaires de lutte contre la corruption.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.