Man United : Le vestiaire n'est pas au beau fixe...    Le fiasco Bensalah    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Sous le spectre du boycott    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    De lourdes charges contre les Kouninef    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Le bilan des combats à Tripoli s'élève à 254 morts    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    La justice militaire passe à l'acte    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Recettes douanières : Hausse de plus de 2% en 2018    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Ça chauffe à Aïn Berda    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pari risqué de Djaballah
Candidature unique de l'opposition
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 02 - 2019

L'opacité sciemment maintenue autour de la présidentielle a plongé l'opposition dans l'attentisme. Aujourd'hui que la machine électorale est actionnée, les partis de l'opposition se retrouvent dos au mur. En rangs dispersés, ils abordent le rendez-vous électoral sans stratégie commune. Abdallah Djaballah avance l'idée du candidat unique de l'opposition. Un pari loin d'être gagné.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Subissant un calendrier électoral que d'aucuns espéraient non respecté, l'opposition n'a eu d'autre alternative que de se positionner dans l'urgence. A près de deux mois de l'élection présidentielle, les options qui s'offrent à elle ne semblent pas très nombreuses.
Entre participationnistes invétérés et ceux qui ne jurent que par le boycott, une troisième voie serait-elle possible ? Oui, semble penser le président de El Adala. Abdallah Djaballah, dont le parti a décidé de ne pas prendre part aux élections, n'entend pas non plus endosser le rôle de simple spectateur. Il se saisit de son bâton de pèlerin pour s'en aller convaincre les partis politiques de la nécessité du consensus autour du candidat unique.
Djaballah dit croire en son projet et compte rencontrer les leaders des partis de l'opposition pour les rallier à son idée. Il a entamé une série de consultations en rencontrant dans un premier temps Ali Ghediri. Le président de El Adala en est sorti plutôt confiant, affirmant que le candidat Ghediri s'était montré «ouvert» à ladite proposition mais que d'autres rencontres étaient nécessaires afin d'approfondir les discussions. Ouvert, jusqu'au point d'être en mesure de renoncer à sa candidature pour approuver l'homme du consensus ou tout juste favorable à l'idée de l'incarner ? Ni Djaballah, ni Ghediri ne le disent pour le moment.
Figurent également sur sa liste de personnalités à convaincre Benflis et Makri. Pour le président de Talaie El Hourryet, ni la convocation du corps électoral, ni le tapage médiatique autour de la candidature du Président en exercice n'ont permis la décantation espérée.
Préférant temporiser, Benflis explique sa position par l'opacité qui continue de régner. La solution selon l'ancien chef de gouvernement ? « Un dialogue politique inclusif pour une sortie de crise» et «le rassemblement des Algériens, de la classe politique et des forces vives autour d'un projet fédérateur de construction graduelle d'un Etat de droit et d'un régime démocratique». Faut-il y voir une ouverture en faveur de la proposition de Djaballah ? Rien n'est moins sûr ! Même attentisme du côté du Parti des travailleurs. Le facteur de clarification espéré par sa présidente tarde à se manifester.
La candidature de Louisa Hanoune n'est pas encore annoncée. La candidature unique est néanmoins rejetée en bloc par le Parti des travailleurs. Le député Taâzibt est formel : cette démarche est contraire aux principes démocratiques et au pluralisme politique, dit-il, ajoutant que la proposition d'un seul candidat de l'opposition remet en cause le multipartisme et pourrait être plus dangereuses que le pouvoir en place ou son candidat. Ceci a le mérite d'être clair.
Du côté du MSP, le chemin semble également tracé : la candidature de son président est bel et bien lancée. Makri est carrément en pré-campagne. A peine sa candidature validée par les instances de son parti que ses partisans se sont lancés dans la campagne de collecte des signatures. Sera-t-il prêt à renoncer à ses ambitions pour épouser l'initiative de Djaballah ?
La question ne se pose néanmoins même pas au niveau du RCD. Le parti tourne le dos à l'élection présidentielle. Pas question de prendre part à une «opération viciée» ou à une désignation d'un Président. Mohcine Bellabas l'a clairement signifié : le boycott est la seule réponse à la situation politique actuelle. Pour le numéro un du RCD, une élection présidentielle suppose des conditions qui doivent être réunies au moins deux ans auparavant. C'est probablement le cas également pour les initiatives politiques qui ne peuvent mûrir dans la hâte.
Le projet de Djaballah ne fera certainement pas exception. L'opposition avait pourtant tenté de mettre en marche une démarche structurée à travers l'initiative de Mazafran.
Porteuse des espoirs d'un large pan d'une société majoritairement amorphe, ladite initiative n'a pas survécu, forçant l'opposition à se retrouver au point zéro.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.