Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pari risqué de Djaballah
Candidature unique de l'opposition
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 02 - 2019

L'opacité sciemment maintenue autour de la présidentielle a plongé l'opposition dans l'attentisme. Aujourd'hui que la machine électorale est actionnée, les partis de l'opposition se retrouvent dos au mur. En rangs dispersés, ils abordent le rendez-vous électoral sans stratégie commune. Abdallah Djaballah avance l'idée du candidat unique de l'opposition. Un pari loin d'être gagné.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Subissant un calendrier électoral que d'aucuns espéraient non respecté, l'opposition n'a eu d'autre alternative que de se positionner dans l'urgence. A près de deux mois de l'élection présidentielle, les options qui s'offrent à elle ne semblent pas très nombreuses.
Entre participationnistes invétérés et ceux qui ne jurent que par le boycott, une troisième voie serait-elle possible ? Oui, semble penser le président de El Adala. Abdallah Djaballah, dont le parti a décidé de ne pas prendre part aux élections, n'entend pas non plus endosser le rôle de simple spectateur. Il se saisit de son bâton de pèlerin pour s'en aller convaincre les partis politiques de la nécessité du consensus autour du candidat unique.
Djaballah dit croire en son projet et compte rencontrer les leaders des partis de l'opposition pour les rallier à son idée. Il a entamé une série de consultations en rencontrant dans un premier temps Ali Ghediri. Le président de El Adala en est sorti plutôt confiant, affirmant que le candidat Ghediri s'était montré «ouvert» à ladite proposition mais que d'autres rencontres étaient nécessaires afin d'approfondir les discussions. Ouvert, jusqu'au point d'être en mesure de renoncer à sa candidature pour approuver l'homme du consensus ou tout juste favorable à l'idée de l'incarner ? Ni Djaballah, ni Ghediri ne le disent pour le moment.
Figurent également sur sa liste de personnalités à convaincre Benflis et Makri. Pour le président de Talaie El Hourryet, ni la convocation du corps électoral, ni le tapage médiatique autour de la candidature du Président en exercice n'ont permis la décantation espérée.
Préférant temporiser, Benflis explique sa position par l'opacité qui continue de régner. La solution selon l'ancien chef de gouvernement ? « Un dialogue politique inclusif pour une sortie de crise» et «le rassemblement des Algériens, de la classe politique et des forces vives autour d'un projet fédérateur de construction graduelle d'un Etat de droit et d'un régime démocratique». Faut-il y voir une ouverture en faveur de la proposition de Djaballah ? Rien n'est moins sûr ! Même attentisme du côté du Parti des travailleurs. Le facteur de clarification espéré par sa présidente tarde à se manifester.
La candidature de Louisa Hanoune n'est pas encore annoncée. La candidature unique est néanmoins rejetée en bloc par le Parti des travailleurs. Le député Taâzibt est formel : cette démarche est contraire aux principes démocratiques et au pluralisme politique, dit-il, ajoutant que la proposition d'un seul candidat de l'opposition remet en cause le multipartisme et pourrait être plus dangereuses que le pouvoir en place ou son candidat. Ceci a le mérite d'être clair.
Du côté du MSP, le chemin semble également tracé : la candidature de son président est bel et bien lancée. Makri est carrément en pré-campagne. A peine sa candidature validée par les instances de son parti que ses partisans se sont lancés dans la campagne de collecte des signatures. Sera-t-il prêt à renoncer à ses ambitions pour épouser l'initiative de Djaballah ?
La question ne se pose néanmoins même pas au niveau du RCD. Le parti tourne le dos à l'élection présidentielle. Pas question de prendre part à une «opération viciée» ou à une désignation d'un Président. Mohcine Bellabas l'a clairement signifié : le boycott est la seule réponse à la situation politique actuelle. Pour le numéro un du RCD, une élection présidentielle suppose des conditions qui doivent être réunies au moins deux ans auparavant. C'est probablement le cas également pour les initiatives politiques qui ne peuvent mûrir dans la hâte.
Le projet de Djaballah ne fera certainement pas exception. L'opposition avait pourtant tenté de mettre en marche une démarche structurée à travers l'initiative de Mazafran.
Porteuse des espoirs d'un large pan d'une société majoritairement amorphe, ladite initiative n'a pas survécu, forçant l'opposition à se retrouver au point zéro.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.