Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'annonce de la candidature de Bouteflika.. Ali Ghediri sur de ses chances
Publié dans Le Temps d'Algérie le 12 - 02 - 2019

La candidature de Abdelaziz Bouteflika à l'élection présidentielle du 18 avril prochain pour un cinquième mandat, ne démobilise pas le candidat indépendant, le général-major à la retraite, Ali Ghediri. Celui qui affirmait qu'il n'envisageait pas la défaite réitère qu'aucune candidature ne peut le décourager dans sa démarche. Dans un message vidéo court posté sur sa page Facebook officielle à ses partisans, il s'est voulu rassurant. «L'apparition d'autres candidats sur la scène ne doit pas vous décourager car moi, je ne me décourage pas. Main dans la main, on réalisera le changement et le succès sera notre allié. Tous ensemble vers le changement», a-t-il lancé, mais sans citer nommément Bouteflika.
Le candidat, très présent sur les réseaux sociaux, s'est voulu encore plus rassurant en évoquant les entraves qu'il rencontre sur le terrain, notamment lors de l'opération de collecte de signatures de parrainage de sa candidature. «Vous avez sans doute remarqué depuis l'annonce de ma candidature qu'il y a eu des entraves ici et là, dans l'administration et ailleurs. Cela ne me décourage pas et vous ne devez pas vous décourager. Je suis déterminé à aller de l'avant», a-t-il affirmé. Ainsi, contrairement à Ali Benflis qui pourrait retirer sa candidature à cause de l'annonce de Bouteflika, Ali Ghediri est déterminé à aller à la conquête de la présidence, se prévalant du soutien du peuple. «Bouteflika est le candidat du pouvoir, moi, je suis le candidat du peuple. Le peuple en a assez de ce pouvoir. Il veut un changement, un renouvellement», a-t-il souligné dans un entretien accordé à la chaîne de télévision américaine El Hurra. Il a précisé qu'il ne fait aucun lien entre sa candidature et celle du chef de l'Etat, expliquant que son objectif est la présentation d'un projet au peuple algérien. Le général à la retraite qui a déjà dévoilé les grandes lignes de son programme n'a pas voulu aller dans le détail. «Au moment voulu, tout le monde verra que j'ai bel et bien un programme riche et important», a-t-il lancé.
Et il croit à toutes ses chances de l'emporter. Mais d'où tient-il cette assurance face à une machine électorale et des partis de l'alliance qui contrôlent toutes les institutions qui se mobilisent pour le cinquième mandat ? «Rassemblés, les partis de l'Alliance ne pèsent rien. Pour preuve, le taux de boycott des élections depuis l'arrivée de Bouteflika au pouvoir, qui a dépassé les 80%. Le poids de ces partis ne peut aller au-delà de 20%. Je n'ai pas de base partisane, mais j'ai une base populaire. Les prochains jours vont vous le prouver. Je m'adresse aux jeunes qui représentent 70% du peuple algérien et à l'élite qui est envahie par le désespoir», a-t-il soutenu. Interrogé sur l'initiative du président du FJD, Abdallah Djaballah, qui vise à rassembler l'opposition autour d'un seul candidat, Ali Ghediri a fait savoir qu'il a rencontré le dirigeant islamiste. «J'ai discuté avec lui et avec d'autres représentants de l'opposition. Le sujet ne portait pas sur la désignation d'un candidat représentatif de l'ensemble de l'opposition. Nous avons parlé des élections sans nous concentrer sur un point donné», a-t-il précisé, affirmant qu'il n'était pas contre le fait que l'opposition s'entende sur un plan. Concernant ses rapports avec l'armée, quatre ans après l'avoir quitté, le général à la retraite a fourni cette réponse. «J'ai été militaire, maintenant je suis à la retraite. Je profite de tous mes droits y compris ceux de me porter candidat à la présidentielle. Ma candidature s'inscrit dans le cadre de la Constitution». Avec la détermination de l'ancien général, l'on se dirige vers une bataille électorale entre Ali Ghediri et Abdelaziz Bouteflika. Les autres candidats feront juste de la figuration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.