Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'annonce de la candidature de Bouteflika.. Ali Ghediri sur de ses chances
Publié dans Le Temps d'Algérie le 12 - 02 - 2019

La candidature de Abdelaziz Bouteflika à l'élection présidentielle du 18 avril prochain pour un cinquième mandat, ne démobilise pas le candidat indépendant, le général-major à la retraite, Ali Ghediri. Celui qui affirmait qu'il n'envisageait pas la défaite réitère qu'aucune candidature ne peut le décourager dans sa démarche. Dans un message vidéo court posté sur sa page Facebook officielle à ses partisans, il s'est voulu rassurant. «L'apparition d'autres candidats sur la scène ne doit pas vous décourager car moi, je ne me décourage pas. Main dans la main, on réalisera le changement et le succès sera notre allié. Tous ensemble vers le changement», a-t-il lancé, mais sans citer nommément Bouteflika.
Le candidat, très présent sur les réseaux sociaux, s'est voulu encore plus rassurant en évoquant les entraves qu'il rencontre sur le terrain, notamment lors de l'opération de collecte de signatures de parrainage de sa candidature. «Vous avez sans doute remarqué depuis l'annonce de ma candidature qu'il y a eu des entraves ici et là, dans l'administration et ailleurs. Cela ne me décourage pas et vous ne devez pas vous décourager. Je suis déterminé à aller de l'avant», a-t-il affirmé. Ainsi, contrairement à Ali Benflis qui pourrait retirer sa candidature à cause de l'annonce de Bouteflika, Ali Ghediri est déterminé à aller à la conquête de la présidence, se prévalant du soutien du peuple. «Bouteflika est le candidat du pouvoir, moi, je suis le candidat du peuple. Le peuple en a assez de ce pouvoir. Il veut un changement, un renouvellement», a-t-il souligné dans un entretien accordé à la chaîne de télévision américaine El Hurra. Il a précisé qu'il ne fait aucun lien entre sa candidature et celle du chef de l'Etat, expliquant que son objectif est la présentation d'un projet au peuple algérien. Le général à la retraite qui a déjà dévoilé les grandes lignes de son programme n'a pas voulu aller dans le détail. «Au moment voulu, tout le monde verra que j'ai bel et bien un programme riche et important», a-t-il lancé.
Et il croit à toutes ses chances de l'emporter. Mais d'où tient-il cette assurance face à une machine électorale et des partis de l'alliance qui contrôlent toutes les institutions qui se mobilisent pour le cinquième mandat ? «Rassemblés, les partis de l'Alliance ne pèsent rien. Pour preuve, le taux de boycott des élections depuis l'arrivée de Bouteflika au pouvoir, qui a dépassé les 80%. Le poids de ces partis ne peut aller au-delà de 20%. Je n'ai pas de base partisane, mais j'ai une base populaire. Les prochains jours vont vous le prouver. Je m'adresse aux jeunes qui représentent 70% du peuple algérien et à l'élite qui est envahie par le désespoir», a-t-il soutenu. Interrogé sur l'initiative du président du FJD, Abdallah Djaballah, qui vise à rassembler l'opposition autour d'un seul candidat, Ali Ghediri a fait savoir qu'il a rencontré le dirigeant islamiste. «J'ai discuté avec lui et avec d'autres représentants de l'opposition. Le sujet ne portait pas sur la désignation d'un candidat représentatif de l'ensemble de l'opposition. Nous avons parlé des élections sans nous concentrer sur un point donné», a-t-il précisé, affirmant qu'il n'était pas contre le fait que l'opposition s'entende sur un plan. Concernant ses rapports avec l'armée, quatre ans après l'avoir quitté, le général à la retraite a fourni cette réponse. «J'ai été militaire, maintenant je suis à la retraite. Je profite de tous mes droits y compris ceux de me porter candidat à la présidentielle. Ma candidature s'inscrit dans le cadre de la Constitution». Avec la détermination de l'ancien général, l'on se dirige vers une bataille électorale entre Ali Ghediri et Abdelaziz Bouteflika. Les autres candidats feront juste de la figuration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.