Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La fable du Maître-Parkingueur !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 02 - 2019

J'ai vérifié dans la Constitution ! Et effectivement, rien n'oblige…
… les gens à écouter les bêtises de Ksentini !
- Là, tu foules aux pieds la loi !
- La loi, c'est moi !
- Ah ! Et c'est donc ce qui te permet de la violenter ?
- Je ne la violente pas ! Je la contourne !
- Mais de quel droit contournes-tu la loi ?
- Du même droit que j'ai de faire les routes, pardi ! Je contourne comme bon me semble, je fais la loi et les routes !
- Des gens meurent tous les jours sur tes routes. Et ta loi ne leur rend pas justice…
- Je fais les routes, mais aucune de mes lois n'oblige les gens à les emprunter !
- M'enfin ! Il faut bien que les gens sortent, non ?
- Sortir, ce n'est pas bien. Mes lois sont tellement bien faites qu'elles invitent par leur force les gens à rester chez eux. Si les gens s'évitaient de sortir, il y aurait moins de morts sur mes routes.
- Mais comment feraient tous ces gens pour aller travailler et gagner leur croute ?
- Je travaille tous les jours à réduire le travail, augmenter le chômage, faire baisser le taux des morts sur mes routes, et donc préserver la santé des gens.
- Et ils vivent de quoi, alors, tous ces gens que ta loi oblige à rester chez eux, sans bosser ?
- Je leur offre le cachir à volonté ! Et c'est même moi qui les convie en bus, en convois vers mes chaînes de restaurants-cachir.
- On ne peut pas vivre tout le temps de cachir, tout de même ! Les gens gavés de cachir auront tôt ou tard besoin de changer de régime, non ?
- Ce jour-là, je changerai moi aussi quelques lois pour autoriser les gens à sortir se dégourdir les jambes sur mes routes, je lâcherai alors sur eux mes gros camions. Il en feront du… cachir bon marché et j'enterrerai leurs restes sous les routes futures…
- Mais si tu haches menu tout le monde, tu resteras seul, face à tes routes désertes et tes lois qui ne régiront plus personne…
- Maâlich ! Ça me laissera plus de temps pour fumer mon thé et rester éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.