Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Un acte inacceptable estime Abdelaziz Rahabi    30e vendredi du Hirak: Appel au départ de tous les symboles de l'ancien système    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Portes ouvertes sur la CASNOS    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    La préservation des acquis de la révolution, priorité des Tunisiens    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Assemblée générale extraordinaire le 17 septembre    «Boudaoui est bourré de talent»    Réda Benbaziz (-63 kg) dominé par l'Ouzbek Adu Raimov    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Alger, Constantine, Annaba plus exposées aux inondations que d'autres villes du pays    Baisse de 60 % du taux de mortalité de la mère parturiente    Après adoption par les deux chambres des deux textes de loi organique relatifs à l'Autorité en charge des élections et au régime électoral: Place à ...    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    Les startups favorisées    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Le marché de Tidjelabine rouvre ses portes    Le tour de vis du gouvernement    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    Borussia Mönchengladbach: Bonne prestation de Bensebaini face à Cologne    L'autorité des élections reflète-t-elle les articles de la Constitution ?    TISSEMSILT : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    NUIT DE DELUGE A ALGER : La capitale avait ses avaloirs bouchés    LES MEDECINS DENONCENT L'INSOUCIANCE DES RESPONSABLES : Un ‘'abattoir'' à l'hôpital de Mostaganem    Six soldats émiratis tués dans une collision de véhicules militaires    Un 15e penalty sifflé    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 4ème journée    La DJS prête à louer le stade Zabana le jour des matchs    Deux collines illuminées par des milliers de manifestants    Détermination plus forte    Vers de fortes tensions sur le marché de la devise    Des milliers de Soudanais dans les rues    ACTUCULT    Julien Clerc célèbre ses 50 années de carrière à L'Opéra d'Alger    "Bee Home" ou la culture dans la convivialité    Plaisir du grattage et pizza anti-cancer au menu    LDC (2e tour – aller) JS Kabylie – Horoya Conakry (19h30) : Assurer la qualification à Tizi Ouzou    Comment la stratégie israélienne contourne le blocage libanais en se portant vers l'est de L'Euphrate    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle réponse pour éviter la crise ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 03 - 2019

Les Algériens ont, par millions, quasiment à une unanimité nationale sans précédent dans l'histoire de l'Algérie indépendante, exprimé, hier vendredi, aux quatre coins du pays et dans la capitale en particulier, un refus franc, catégorique et sans appel, à la candidature de Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat à la tête du pays.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Un rejet populaire d'autant plus réel du candidat, de son bilan et de l'ensemble de son système que cette insurrection, d'un pacifisme et d'un civisme inédits, n'est portée par aucune entité de quelque nature que ce soit : le face-à-face est désormais entre le pouvoir et le peuple algérien.
Sans aucune tutelle partisane, pas même celle de l'opposition dans son ensemble, cet historique élan populaire met le pouvoir en très mauvaise posture, presque désarmé et sans marge de manœuvre possible pour s'en sortir «à l'ancienne». Les réponses voulues «spectaculaires» de Bouteflika, contenues dans son message du 3 mars dernier, sont d'ores et déjà caduques, balayées d'un trait par le tsunami de ce vendredi 8 mars.
Faire passer le cinquième mandat comme le non moins contestable quatrième, via un processus électoral classique relève, cette fois, du domaine du miracle dans une Algérie foncièrement déterminée à en barrer la route. C'est d'ailleurs à se demander comment, après les trois gigantesques révoltes populaires nationales du 22 février, du 1er et, surtout, du 8 mars, le pouvoir compte organiser une campagne électorale, tenir l'élection et faire triompher son candidat. Un candidat dont l'impopularité est extraordinairement majoritaire dans tout le pays.
Certes, ce serait pour le moins faire preuve d'une puérile naïveté que de croire que le pouvoir lâchera prise si facilement, pour accéder aux revendications, notamment celle, centrale, exigeant le départ de Bouteflika et de l'ensemble de son système.
Il est d'ailleurs à parier que les tout prochains jours réserveront beaucoup de «surprises», en l'occurrence des annonces et des décisions pour tenter de «renverser la vapeur».
Mais il est clair qu'il faudrait de véritables réponses fortes, des décisions autrement plus fortes en fait, que «les six engagements» du 3 mars. A plus forte raison que, depuis le 22 février dernier, Bouteflika et le pouvoir sont comme sans aucune base sociale avec des partis de l'Alliance complètement tétanisés, des organisations de masse essoufflées et débordées par leurs propres bases respectives et une direction de campagne, plus occupée à se «reconstruire» et à convaincre ses propres troupes, qu'à véritablement mener campagne pour son candidat…
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.