Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle réponse pour éviter la crise ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 03 - 2019

Les Algériens ont, par millions, quasiment à une unanimité nationale sans précédent dans l'histoire de l'Algérie indépendante, exprimé, hier vendredi, aux quatre coins du pays et dans la capitale en particulier, un refus franc, catégorique et sans appel, à la candidature de Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat à la tête du pays.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Un rejet populaire d'autant plus réel du candidat, de son bilan et de l'ensemble de son système que cette insurrection, d'un pacifisme et d'un civisme inédits, n'est portée par aucune entité de quelque nature que ce soit : le face-à-face est désormais entre le pouvoir et le peuple algérien.
Sans aucune tutelle partisane, pas même celle de l'opposition dans son ensemble, cet historique élan populaire met le pouvoir en très mauvaise posture, presque désarmé et sans marge de manœuvre possible pour s'en sortir «à l'ancienne». Les réponses voulues «spectaculaires» de Bouteflika, contenues dans son message du 3 mars dernier, sont d'ores et déjà caduques, balayées d'un trait par le tsunami de ce vendredi 8 mars.
Faire passer le cinquième mandat comme le non moins contestable quatrième, via un processus électoral classique relève, cette fois, du domaine du miracle dans une Algérie foncièrement déterminée à en barrer la route. C'est d'ailleurs à se demander comment, après les trois gigantesques révoltes populaires nationales du 22 février, du 1er et, surtout, du 8 mars, le pouvoir compte organiser une campagne électorale, tenir l'élection et faire triompher son candidat. Un candidat dont l'impopularité est extraordinairement majoritaire dans tout le pays.
Certes, ce serait pour le moins faire preuve d'une puérile naïveté que de croire que le pouvoir lâchera prise si facilement, pour accéder aux revendications, notamment celle, centrale, exigeant le départ de Bouteflika et de l'ensemble de son système.
Il est d'ailleurs à parier que les tout prochains jours réserveront beaucoup de «surprises», en l'occurrence des annonces et des décisions pour tenter de «renverser la vapeur».
Mais il est clair qu'il faudrait de véritables réponses fortes, des décisions autrement plus fortes en fait, que «les six engagements» du 3 mars. A plus forte raison que, depuis le 22 février dernier, Bouteflika et le pouvoir sont comme sans aucune base sociale avec des partis de l'Alliance complètement tétanisés, des organisations de masse essoufflées et débordées par leurs propres bases respectives et une direction de campagne, plus occupée à se «reconstruire» et à convaincre ses propres troupes, qu'à véritablement mener campagne pour son candidat…
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.