RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Refus catégorique des citoyens de Annaba
PROLONGATION DU QUATRIÈME MANDAT ET TRANSITION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 03 - 2019

Après les étudiants, les avocats, les magistrats, les femmes, les enseignants, le quatrième vendredi de la protesta populaire a drainé encore plus de monde que les journées précédentes. Ils étaient plus de 100 000 personnes, hommes, femmes et enfants, ce 15 mars, à battre le pavé à Annaba pour une marche qui a rassemblé toutes les catégories de la société.
Même des groupes de citoyens sont venus des wilayas limitrophes telles Souk Ahras, Guelma, El Tarf… pour se joindre à la grande manifestation de Annaba, ville phare de la région extrême-est du pays.
Les places et rues notamment la plus populaire d'entre elles le cours de la Révolution de l'antique Hippone étaient noires de monde. Il n'y avait pas place pour mettre le pied.
Les manifestants étaient drapés de l'emblème national et munis de banderoles et pancartes sur lesquelles on pouvait lire des slogans qui dénient au pouvoir actuel le droit de mener la transition. Ils criaient haut et fort leur impatience de voir ceux qui ont trahi le sacrifice des chouhada dégager. «Vous avez échoué et mené le pays vers l'abîme», «Laissez le peuple choisir ses représentants», «Vous avez bradé le pays en le livrant aux prédateurs».
D'une seule voix, les protestataires réclamaient une Algérie libre, démocratique et sociale où peuvent vivre l'ensemble de ses enfants sans distinction de région, sexe ou situation sociale. Une Algérie unie qui se réapproprie le passé glorieux de ses enfants de Massinissa aux martyrs de la Révolution de Novembre 1954. «Nous ne voulons pas des figures d'un système corrompu», «Le peuple s'est prononcé pour une deuxième République», «Non à la prolongation du quatrième mandat», «Les dinosaures dehors», «Le pays appartient à sa jeunesse», «Le changement radical aujourd'hui et pas demain». A l'adresse de ceux qui veulent encore durer au pouvoir, les Annabis sont catégoriques : «Ça y est, c'est bon, il n'y a plus de Président», «Vous avez détruit le pays, voleurs», «Dégagez, les harragas vous chassent».
La manifestation s'est poursuivie pendant des heures sans heurt ni provocation. Vers 17 heures, le mouvement n'avait pas fléchi. Les policiers, très discrets, surveillaient de loin le déroulement de la protesta populaire sans avoir à intervenir.
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.