Trafic d'influence, détournement de foncier, transferts de fonds vers l'étranger...: Les frères Kouninef et Rebrab présentés au procureur    En l'absence de Bensalah: Une conférence vidée de politique et des interrogations    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Tizi-Ouzou - Victime d'un accident: Un supporter du MCO succombe à ses blessures    USM Annaba: C'est la chute libre    Football - Ligue 2: Qui accompagnera l'USMB et le RCK en DNA ?    Alger: Cinq morts dans un effondrement    Constantine - Sit-in de demandeurs de logements devant la wilaya    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    L'exception algérienne    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Le bal des hypocrites    Le baril "accompagne" le Hirak    Des débuts prometteurs    Plus de peur que de mal    Ça chauffe à Aïn Berda    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut faire confiance aux jeunes»
LE Pr MEBTOUL PRESENTE 5 SCENARIOS ENVISAGES ET SOULIGNE :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 03 - 2019

L'expert international Abderrahmane Mebtoul s'est exprimé, hier, sur les manifestations populaires et les perspectives tout en précisant qu'il n'avait pas de leçons à donner aux jeunes auxquels il faut faire confiance pour passer de la contestation de la rue à la négociation avec le pouvoir.
Invité de la rédaction hier, l'intervention du Pr Mebtoul s'est articulée autour de 4 axes directeurs : les différentes Constitutions de 1963 à 2016, les différentes logiques de pouvoir depuis l'indépendance, les 5 scénarios envisagés et les perspectives. « La forte mobilisation du 22 février et celles des 8 et 15 mars impliquent de bien analyser les aspirations de la société, pas la société civile rentière vivant dans les salons mais celle que l'on a vue dans la rue composée de la majorité de la jeunesse et des femmes», a décrit l'intervenant avant d'ajouter : «Comment ne pas souligner la passivité du gouvernement pour ne pas dire sa démission, certainement tétanisé qui a été incapable d'aller vers la population pour entendre ses doléances comme le font les dirigeants d'autres pays .» Et ces remarques ont été adressées également aux partis et organisations de l'opposition, «dont certains responsables sont là depuis plus de 20 ans et n'ont pas à donner de leçons d'alternance». Dans sa vision, l'expert a souligné : «Si l'on prend toutes les Constitutions de 1963 à 2016, ne devant pas confondre volonté politique de changement avec le cadre juridique, l'Algérie ayant promulgué certaines lois les plus belles du monde mais rarement appliquées…. Pendant les suspensions temporaires de certaines Constitutions, 1965, les années 1990, le régime a continué à promulguer des lois qui ont engagé tant le fonctionnement interne de la société que les accords internationaux.»
Quant aux 5 scénarios envisagés, le Pr Mebtoul a cité en premier la possibilité d'aller «vers l'état d'exception, sauf très graves crises majeures, un scénario non souhaitable. Le deuxième scénario est « d'aller vers l'élection présidentielle après la démission ou l'expiration du mandat de l'actuel Président, le président du Sénat étant chargé de cette transition . Tous les acteurs présents décideurs devront analyser tous les impacts de cette option tout en privilégiant la sécurité nationale».
Le troisième scénario est «l'application de l'article 102 qui relève des prérogatives exclusives du Conseil constitutionnel. Cela donne pouvoir au président du Sénat également d'organiser les élections».
Le 4e scénario serait de reporter les élections « qui doivent être fixées à avec une date précise ne dépassant pas une année avec une période de transition avec promesse de l'actuel Président de ne pas briguer un cinquième mandat , un comité de sages maximum de 10 personnes , non partisans non désignés mais émanant d'une conférence nationale et donc de la volonté populaire, une instance de surveillance des élections composée de représentants de différents partis et de la société civile, la révision de la désignation des membres du Conseil constitutionnel, le ministère de l'Intérieur et les walis non concernés par cette surveillance assurant seulement la logistique. Quant au dernier scénario , «le Président quitte le pouvoir à la fin de sa mission, la formation d'un gouvernement de techniciens chargés de gérer les affaires courantes ne dépassant pas l'année, un comité de sages maximum de 10 personnes non partisans non désignés mais émanant de la volonté populaire d'une conférence nationale, avec pour objectif la totale transparence des élections, une instance de surveillance des élections de différents partis et de la société civile, la révision de la désignation des membres du Conseil constitutionnel, le ministère de l'Intérieur et les walis non concernés par cette surveillance assurant seulement la logistique. Il appartiendra au futur Président de réviser la Constitution, de dissoudre éventuellement les assemblées élues et d'aborder les réformes économiques et politiques majeures».
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.