Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir
Kazakhstan
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 03 - 2019

Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev a annoncé mardi sa démission, après près de 30 ans à la tête de ce pays d'Asie centrale riche en ressources naturelles mais confronté à une grogne sociale grandissante.
Depuis la mort de l'autoritaire président ouzbek Islam Karimov en 2016, M. Nazarbaïev était le dernier dirigeant de l'ex-URSS au pouvoir sans discontinuer depuis la dissolution de l'Union soviétique en 1991. Il devrait toutefois continuer à jouer un rôle important dans la politique kazakhe.
«J'ai pris la décision de renoncer au mandat de président. Cette année marquera les 30 ans de mon arrivée au poste de chef de l'Etat», a déclaré M. Nazarbaïev, 78 ans, lors d'une allocution retransmise à la télévision, ajoutant que cette décision était «difficile».
Il disposera néanmoins de pouvoirs étendus après son départ, grâce à une loi votée en mai 2018 qui accorde un statut constitutionnel au Conseil de sécurité, dont les recommandations étaient jusque-là uniquement consultatives, et autorise M. Nazarbaïev à diriger cette instance jusqu'à sa mort.
Il restera également président du parti au pouvoir, Nour Otan.
Déjà détenteur du titre de «Père de la Nation» qui lui garantit l'immunité judiciaire et un rôle influent en cas de départ de la présidence, Noursoultan Nazarbaïev a exercé pendant près de 30 ans un contrôle total sur le Kazakhstan.
Il avait pris la tête du pays alors que celui-ci n'était encore qu'une république soviétique en 1989, en tant que Premier secrétaire du Parti communiste, et avait conservé le pouvoir après son indépendance en 1991.
Réélu à plusieurs reprises à une majorité écrasante, lors d'élections jamais reconnues comme libres et justes par les observateurs internationaux, il n'a jamais désigné clairement de successeur.
La présidence par intérim sera assumée par le président du Sénat kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, 65 ans, alors que l'actuel mandat de M. Nazarbaïev courait jusqu'en mars 2020. «Il est précisément la personne à qui on peut confier la gouvernance du Kazakhstan aujourd'hui», a déclaré Noursoultan Nazarbaïev dans son allocution, faisant l'éloge du président du Sénat.
L'annonce de M. Nazarbaïev intervient moins d'un mois après le brusque limogeage du gouvernement kazakh, à qui il reprochait de ne pas avoir su diversifier une économie très dépendante des hydrocarbures.
Cette annonce surprise a mis un terme au mandat du Premier ministre Bakytjan Saguintaïev, qui était considéré comme son potentiel successeur à l'élection présidentielle de 2020.
Le président avait alors promis des mesures sociales représentant plusieurs milliards d'euros pour répondre au mécontentement croissant de la population, à moins d'un an de la prochaine élection présidentielle.
Riche en pétrole et en gaz, premier producteur mondial d'uranium et grand comme quatre fois la France, le Kazakhstan est la plus importante économie d'Asie centrale. Mais le pays de 18 millions d'habitants souffre depuis 2014 de la baisse des prix des hydrocarbures et de la crise économique chez son allié russe, qui a provoqué la dévaluation du tenge kazakh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.