Dans le respect de la Constitution et des lois républicaines : L'ANP fera face aux plans de la discorde    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    "L'aide de l'armée est capitale"    Le Hirak doit désigner une élite qui le représente    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Chakib Khelil devant la Cour suprême    l'ambassade de France dément officiellement    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Zone euro : Reflux de la dette en 2018 mais l'Italie fait tache    Pétrole : L'amélioration des fondamentaux du marché derrière l'ascension des cours    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    Coupe d'Algérie (demi-finales/retour), aujourd'hui, JSMB-ESS : Avantage pour Béjaia mais…    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Les examens sont du ressort des universités    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Ain Lahdjer (Bouira).. Le non bénéficiaires de logement reviennent à la charge    Il sera poursuivi pour infraction à la législation.. Chakib Khelil devant la Cour suprême    Nouveau PDG de Sonatrach.. Rachid Hachichi prend ses fonctions    Après avoir critiqué l'opposition, il se dit ouvert à toute proposition constructive et initiative.. Le discours apaisant de Gaïd Salah    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    Coupe d'Algérie (1/2 finale retour) CRB 2 : CSC 0.. Le Chabab s'offre sa onzième finale    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir
Kazakhstan
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 03 - 2019

Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev a annoncé mardi sa démission, après près de 30 ans à la tête de ce pays d'Asie centrale riche en ressources naturelles mais confronté à une grogne sociale grandissante.
Depuis la mort de l'autoritaire président ouzbek Islam Karimov en 2016, M. Nazarbaïev était le dernier dirigeant de l'ex-URSS au pouvoir sans discontinuer depuis la dissolution de l'Union soviétique en 1991. Il devrait toutefois continuer à jouer un rôle important dans la politique kazakhe.
«J'ai pris la décision de renoncer au mandat de président. Cette année marquera les 30 ans de mon arrivée au poste de chef de l'Etat», a déclaré M. Nazarbaïev, 78 ans, lors d'une allocution retransmise à la télévision, ajoutant que cette décision était «difficile».
Il disposera néanmoins de pouvoirs étendus après son départ, grâce à une loi votée en mai 2018 qui accorde un statut constitutionnel au Conseil de sécurité, dont les recommandations étaient jusque-là uniquement consultatives, et autorise M. Nazarbaïev à diriger cette instance jusqu'à sa mort.
Il restera également président du parti au pouvoir, Nour Otan.
Déjà détenteur du titre de «Père de la Nation» qui lui garantit l'immunité judiciaire et un rôle influent en cas de départ de la présidence, Noursoultan Nazarbaïev a exercé pendant près de 30 ans un contrôle total sur le Kazakhstan.
Il avait pris la tête du pays alors que celui-ci n'était encore qu'une république soviétique en 1989, en tant que Premier secrétaire du Parti communiste, et avait conservé le pouvoir après son indépendance en 1991.
Réélu à plusieurs reprises à une majorité écrasante, lors d'élections jamais reconnues comme libres et justes par les observateurs internationaux, il n'a jamais désigné clairement de successeur.
La présidence par intérim sera assumée par le président du Sénat kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, 65 ans, alors que l'actuel mandat de M. Nazarbaïev courait jusqu'en mars 2020. «Il est précisément la personne à qui on peut confier la gouvernance du Kazakhstan aujourd'hui», a déclaré Noursoultan Nazarbaïev dans son allocution, faisant l'éloge du président du Sénat.
L'annonce de M. Nazarbaïev intervient moins d'un mois après le brusque limogeage du gouvernement kazakh, à qui il reprochait de ne pas avoir su diversifier une économie très dépendante des hydrocarbures.
Cette annonce surprise a mis un terme au mandat du Premier ministre Bakytjan Saguintaïev, qui était considéré comme son potentiel successeur à l'élection présidentielle de 2020.
Le président avait alors promis des mesures sociales représentant plusieurs milliards d'euros pour répondre au mécontentement croissant de la population, à moins d'un an de la prochaine élection présidentielle.
Riche en pétrole et en gaz, premier producteur mondial d'uranium et grand comme quatre fois la France, le Kazakhstan est la plus importante économie d'Asie centrale. Mais le pays de 18 millions d'habitants souffre depuis 2014 de la baisse des prix des hydrocarbures et de la crise économique chez son allié russe, qui a provoqué la dévaluation du tenge kazakh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.