«Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    Elections présidentielles – proposition    Une marche de soutien improvisée à Alger    Sur le plan économique, une prestation très moyenne, loin des véritables enjeux    6.2 milliards de dollars durant les neuf premiers mois de 2019    Après une expédition infernale en Arctique    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    Le Paradou AC s'incline face à Hassania Agadir    Betrouni tire sur les joueurs et laisse planer le doute sur l'avenir de Casoni    Aribi conforte sa position en tête du classement des buteurs    Le procès de l'ex-président de l'ESS Hassan Hammar prévu le 24 décembre    «La cité Chémérik» patauge dans les eaux usées    Le nouveau P/APC de Sidi Bel-Abbès installé dans ses fonctions    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Yasmine Siad dévoile son expo intitulée «Genèse»    Sit-in de l'UGTA à Alger    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Confirmation du retrait de 10.000 soldats du Yémen    L'Audi A3 Sportback disponible chez Sovac    Yamaha Algérie lance ses offres de fin d'année    "Nous sommes innocents"    "Faire face à quiconque tenterait de perturber l'élection"    Campagne d'intoxication du climat socio-politique    Angleterre: Everton enquête sur des chants homophobes lors du match contre Chelsea    Grèce : L'italien Massimo Carrera nouvel entraîneur de l'AEK Athènes    Ligues professionnelles 1&2 : Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire au Mali    Air Algérie annonce des perturbations    Sept dossiers économiques majeurs sur la table du futur président Du pain sur la planche !    En prévision de l'hiver : Une production des bonbonnes de gaz butane dépassant la demande à Oran    Oran : Les femmes sont plus touchées que les hommes par le cancer    Compagnie d'électricité : PG&E annonce un accord de 13,5 milliards de dollars d'indemnisations aux victimes des feux de forêt    Le ministre des Finances, Mohamed Loukal affirme : "Le statut de 1950 salariés des contrats de pré-emploi sera réglé"    Ansej "Aucun bénéficiaire en difficulté n'a été emprisonné ", assure Samira Djaïder    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    Festival du film de Marrakech : Standing ovation et prix d'honneur pour Robert Redford    Mouloudia d'Alger : Fin de mission pour Bernard Casoni    1.000 comprimés psychotropes saisis et 8 individus arrêtés à El-Harrach    Gaïd Salah: l'Algérie tracera sa voie avec des pas "constants"    Coupe d'Algérie de Football : tirage au sort mardi, la succession du CRB ouverte    Plusieurs communes paralysées à Bordj Bou-Arréridj    Mesbah Mohand-Ameziane s'en est allé    ...sortir...    La fonction miroitante de la poésie    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment dit-on pardon en langue de bois ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 04 - 2019

Bouteflika est parti… A petits pas, si on ose dire ! Il s'est cassé par la petite porte, le comble pour celui qui voulait forcer avec panache et flamboyance l'entrée du paradis. Celui qui voulait, de force, graver son nom dans les tablettes de l'Histoire s'en trouve effacé comme une faute d'orthographe.
Il s'en va sous les quolibets. Ses portraits glorificateurs du zaïmisme new-look, omniprésents pendant deux longues décennies, finissent tristement dans les poubelles. Qui l'eût cru ? Vingt ans de règne absolu qui s'effilochent dans la déroute et dans la panique de ses courtisans, voilà le résultat.
Dans une sorte de crédulité née d'une quasi-divinisation, avec l'aide de supporters et de serfs particulièrement zélés, il est parvenu à faire accroire qu'il était là pour… l'éternité. Lui, pas bouger ! Lui, inamovible, faisant passer le sceptre à la descendance ou la collatéralité. Mais là, toujours là !
Il semblait voué à recevoir un culte à célébrer, ce dont ne se sont pas privés ses zélotes. Ce n'est pas pour rien qu'un type propulsé responsable du FLN de la déroute a cru voir en lui un homme envoyé par Dieu pour réformer l'Algérie. Pas moins !
Ce n'est pas pour rien non plus, pour rester dans le registre métaphysique, qu'il a fait construire, sur les deniers publics, la plus grande mosquée d'Afrique. Cette œuvre pharaonique devait témoigner de la démesure messianique de son destin. Mais plus encore que ceux de Dieu, les desseins du peuple sont impénétrables. Et voilà !
L'ivresse du pouvoir est incontrôlable. Ça rend la chute d'autant plus pitoyable. La dégringolade entraîne la cohorte de sbires et d'obligés matois. Les proconsuls d'hier, les spadassins, les janissaires de Bouteflika, tout ce beau monde qui grenouillait dans l'impunité et l'ostentation, tenant en otage un pays qu'ils ont pillé et clochardisé, essayent de passer inaperçus aujourd'hui. Ils essayent de rejeter sur l'autre la responsabilité du chaos.
Bouteflika, comme clef de voûte du système, a une responsabilité personnelle dans la dégradation générale de l'Etat et du pays tout entier. Mais il n'est pas le seul. Il y a réellement une responsabilité du système. Et c'est le problème que pose le changement. Peut-on passer à autre chose en ayant sacrifié juste la tête de gondole mais en gardant, corrosifs, les mêmes ?
Si Bouteflika ou ses ouailles a décidé de demander pardon, c'est qu'il y a des raisons. Beaucoup de personnes ont répondu à sa missive pitoyable. Faut-il en ajouter un couplet ?
Allez, juste pour le fun… D'ailleurs, à propos de cette lettre de demande de pardon au peuple algérien, on ne sait trop s'il vaut mieux en rire ou en pleurer. Sincèrement.
Comment celui qui avait la morgue de menacer de rentrer chez lui et de laisser les Algériens à leur médiocrité, peut-il reconnaître qu'il a failli au point de demander pardon ? Première question ! Insoluble !
Comment celui qui a osé mettre en avant de piètres personnages comme Saâdani, Ould-Abbès, Ouyahia et osé écarter, briser des cadres compétents et patriotes du seul fait qu'ils refusaient de faire allégeance, peut-il avoir l'audace de venir demander l'absolution pour les méfaits commis au détriment du peuple et du pays ?
Pour en arriver là, il a fallu une mobilisation monstre et trois syllabes : Dé-ga-ge. Il a fallu qu'il montre que plus qu'un AVC, ce dont il souffrait le plus, c'est la maladie du pouvoir.
Pour celles et ceux qui ont vécu l'ère Bouteflika dans l'humiliation, parfois même la honte d'être algérien, il a, en effet, beaucoup de choses à se faire pardonner. Il a à demander pardon, et pas seulement à celles et ceux à l'égard de qui il aurait « sans le vouloir manqué à (son) devoir ».
Il devrait demander pardon aux martyrs du Printemps noir, ces jeunes fauchés à la fleur de l'âge par les tirs des gendarmes pour avoir revendiqué trop tôt ce que le peuple algérien exige aujourd'hui en masse.
Il devrait demander pardon aux familles brisées par ces assassinats. Aux mères éplorées, aux pères hébétés, aux fratries décomposées, à tous ceux qui ont perdu espoir !
Il devrait demander pardon aux milliers de jeunes harragas avalés par la Méditerranée par la faute du pays irrespirable qu'il a érigé. Ces centaines de morts sont comme les taches ineffaçables d'un bilan calamiteux.
Il devrait demander pardon aux familles des victimes du terrorisme islamiste qui ont subi l'humiliation d'être narguées par les assassins des leurs, réhabilités par la politique de réconciliation nationale.
Il devrait demander pardon à Mohamed Benchicou injustement emprisonné pendant deux ans pour avoir exercé son métier de journaliste critique. Il devrait demander pardon à l'équipe du journal Le Matin dont le titre a été pulvérisé par l'arbitraire.
Il devrait demander pardon à tous les Algériens jetés en prison pour avoir revendiqué la justice, le pluralisme, la démocratie, la tolérance et leurs droits.
Il devrait demander pardon à tous les Algériens, avilis de voir leur pays devenir le paradis de tous les truands, ceux de la politique et les vrais de vrai, ceux des scandales bancaires, de la corruption, du trafic de cocaïne et on en passe.
Il devrait demander pardon aussi d'avoir perpétué et rendu encore plus efficace un système qui a déglingué le pays.
Il devrait enfin — et surtout — demander pardon de la langue de bois obséquieuse qu'il utilise dans cette lettre de demande de pardon qui respire l'inauthenticité.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.