JUSTICE : Le RCD appelle à juger Bouteflika    FAUTE DE CANDIDATS, LA PRESIDENTIELLE ANNULEE : La présidence de Bensalah prolongée    Nouvelles nominations à la tête de Sonelgaz, l'EPTV, l'ANEP et l'ARAV    SAISON ESTIVALE A ORAN : 17, 5 milliards de cts pour l'aménagement des plages    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Programme de classification et de restauration    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    L'intimidation n'a pas payé    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D'Azeffoun à la rue Didouche
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 04 - 2019

Vendredi, 29 mars à Azeffoun. Le temps et ses températures sont insaisissables. Le soleil jouait au soldat de plomb entre éclaircies et cumulus pendant que la mer donnait l'impression d'avoir la tête ailleurs. Un pan de la ville s'affairait à rejoindre Tizi pour une énième journée de révolte pendant qu'un autre, avec la même fièvre apaisée, s'apprêtait à vivre une journée pas comme les autres. Ceux-là auraient aimé «marcher» sur place avant de passer à autre chose d'aussi utile et vivifiant que battre le pavé. Chez les premiers comme chez les seconds, c'est une autre Algérie qui se dessine, dans l'action et dans le rêve. Aujourd'hui, Horya Bouayad est à Azeffoun.
Normal, pour une fille d'Azeffoun ? Un peu, pas évident. Horya vit à Paris et fait ses escales dans Alger de son enfance mais elle a la Kabylie et Azeffoun aux tripes. Alors, elle veut faire « quelque chose » et elle est venue avec ce qu'elle peut, en attendant d'y installer ce qu'elle veut, si ça marche. A voir sa générosité dans l'effort et sa paisible détermination, il est difficile d'imaginer que ça ne marchera pas, parole de femme. «Notre parole», c'est d'ailleurs ainsi qu'elle a baptisé son concept dont la première édition a eu lieu vendredi et samedi passés. Au programme, de la musique, des conférences, de la poésie, de la peinture et des jeux. Hend Sadi a restitué le parcours de la sublime H'nifa dans une communication à couper le souffle de richesse et de hauteur, Rezki Rabia a réinventé la poésie kabyle et Kamel Bencheikh a dit Djaout de la plus belle des façons : comme on raconte un ami. Merci Horya. Dans le feu de ses grandes palpitations, une autre Algérie, c'est aussi ça.
Vendredi 5 avril, à Alger. Il est 14 heures et les hauts de la rue Didouche déversaient leurs flots de femmes et d'hommes auxquels les yeux s'habituent sans jamais se lasser. Un groupe attirait l'attention. Emblème national et amazigh en bandoulière, guitare et portrait de Matoub en main, ces marcheurs chantaient à perdre haleine.
Des femmes et des hommes s'arrêtaient pour le cliché ou la vidéo pendant que d'autres demandaient à comprendre les paroles avec un intérêt forçant l'admiration. Dans ses ruptures tectoniques, dans la détente et la générosité, l'Algérie dégivrée vient de retrouver toutes ses couleurs. Sur les sentiers de son émancipation, elle se réapproprie l'esthétique, le parcours et la mémoire de l'un de ses plus beaux enfants. Devant autant d'accomplissement, de promesses et d'ambitions pour l'Algérie, que valent les viles agressions usinées loin de la rue, contre Saïd Sadi et Mokrane Aït Larbi ? Que valent toutes les autres entourloupettes ? Un paravent en contreplaqué pour arrêter l'ouragan.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.