3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des manifestants qui viennent de partout
ALGER
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 03 - 2019

Les marches des vendredis dans la capitale ne sont pas réservées uniquement aux Algérois. Depuis le début de ce mouvement de protestation le 22 février dernier, plusieurs manifestants venus d'autres wilayas ne ratent aucun vendredi pour marcher à Alger. Pour eux, c'est le lieu «officiel» pour mieux faire entendre leur voix appelant au départ du pouvoir en place dans son intégralité.
La voix des Aurès
En plein milieu du jardin Khemisti qui fait face à la Grande-Poste à Alger-Centre, un groupe de manifestants brandissent leurs pancartes : «We want law to be used not abused» (Nous voulons que la loi soit respectée pas bafouée) ; «Pour la liberté, pour les magistrats et les journalistes», et autres slogans contre le pouvoir en place. Salim, Rabah et Hichem font partie du groupe et profitent ainsi d'une longue séance photos.
Les trois amis arrivent tout droit de Batna. Ayant recours au stop, Salim, 49 ans, et Hichem, 28 ans, ont pu voyager de Batna jusqu'à Aïn Azel dans la wilaya de Setif avant d'emprunter un autocar jusqu'à la gare routière de Caroubier à Alger.
Salim est à sa première marche du vendredi dans la capitale. «Nous sommes venus de Batna jusqu'à Alger pour transmettre notre message à cette mafia qui sévit au pouvoir. Nous voulons lui dire que nous ne voulons plus de ce système pourri», précise cet artiste-peintre. Son ami Rabah, superviseur dans une entreprise privée, lui, est à sa seconde manif à Alger. Devoir professionnel oblige, il n'a pu participer aux marches des vendredis dans la capitale que le 8 mars dernier. «J'ai le cœur gros et c'est à Alger que notre voix sera mieux entendue», dit-il.
Une nuit à la gare routière de Caroubier
Ouvrier de profession, Alilou habite à Jijel mais préfère manifester à Alger, tous les vendredis. La veille à 21 h, Alilou prend place dans un bus en partance pour la capitale. Arrivé vers 1h du matin à la gare routière de Caroubier, le jeune Jijelien est contraint de passer la nuit sur place. «Je suis resté à la gare routière jusqu'au lever du soleil avant de rejoindre le centre de la capitale.»
Pour lui, le choix de manifester à Alger n'est pas fortuit. «C'est ici que nous serons mieux entendus», dit-il.
Pas de couverture médiatique à Tiaret
Marcher le vendredi dans la capitale est devenue un rituel pour Omar. Habitant à Tiaret, cet étudiant en droit prend part aux manifestations à Alger, depuis celle du 1er mars dernier. «Je viens marcher tous les vendredis à Alger et ce, depuis la deuxième marche. Ici, c'est le centre du pays», dit-il avant d'ajouter : «A Tiaret, il n'y a même pas de couverture médiatique pour faire passer notre message et faire entendre notre voix.»
Pourtant, ce déplacement hebdomadaire n'est pas sans difficultés ni sans dépenses. «J'ai pris un taxi hier jeudi, vers 11 h pour arriver à Alger, vers 16h. J'ai passé la nuit à Boumerdès chez un ami, avec un groupe d'amis venus d'autres wilayas que j'ai connus sur Facebook depuis le début de ce mouvement de protestation», détaille-t-il.
Toutefois, Omar a tenu à noter le bon accueil du peuple algérien à travers tout le territoire national. «A Alger, on vous donne à boire, à manger, et on vous héberge même. Tout le monde contribue avec ce qu'il peut. C'est une manière comme une autre pour contribuer à ce mouvement de protestation», dit-il.
Marcher à Alger, tous les vendredis
Au jardin Khemisti, Azouz et ses deux amis apportent les dernières retouches à leurs banderoles avant le début de la marche du vendredi 29 mars. Venus tous les trois d'Oum-el-Bouaghi, ils affirment n'avoir raté aucune manifestation des vendredis dans la capitale. «Nous avons participé à toutes les marches de vendredi à Alger, depuis la toute première le 22 février dernier», assure Azouz.
Pour ce faire, ce commerçant de 28 ans et ses deux amis démarrent tous les jeudis d'Oum-el-Bouaghi vers 8h du matin pour arriver vers 16h à Boumerdès où un ami les héberge. Tôt le lendemain, ils reprennent la route pour atteindre Alger et prendre ainsi part à la marche.
De Tizi Ouzou, contre la mafia
Drapé de l'emblème amazigh, Mohamed brandit sur la rue Didouche-Mourad à Alger-Centre une pancarte appelant au départ du système en place. Autour de lui, quelques amis. «Nous sommes tous venus du village d'Aït Ergane dans la daïra des Ouadhias à Tizi Ouzou», dit-il.
Organisés en cortège, Mohamed et une dizaine de personnes de son village prennent chaque vendredi matin la route d'Alger. Une fois leurs véhicules garés dans un parking, ils se dirigent vers la Grande-Poste pour attendre le coup d'envoi «officiel» de la manif prévu à 14h.
«Nous sommes à notre 6e marche à Alger et nous sommes déterminés à revenir tous les vendredis jusqu'à ce que tout ce pouvoir dégage, jusqu'à ce que l'Algérie retrouve une nouvelle fois son indépendance», dit-il.
Et à son ami de renchérir : «C'est ici à Alger que se trouvent toutes les têtes de la mafia qui nous gouvernent.»
«Hello Algiers, goodbye London
Nadia vit en Angleterre. En vacances en Algérie pour deux semaines, elle a dû prolonger son séjour qui a maintenant atteint quatre semaines. «Je suis très accrochée et je ne peux rater ce moment crucial pour l'Algérie», explique-t-elle.
Pour elle, ce mouvement de protestation est «historique». «C'est un sentiment de liberté. Le peuple est en train de renaître. Au départ, il y avait, certes, cette hantise de ce qui s'est passé dans les pays arabes et du Moyen-Orient mais aujourd'hui, nous pouvons être un exemple pour d'autres pays même pour les pays occidentaux», dit-elle fièrement.
Selon elle, même la femme est en train de reconquérir tous les espaces publics et de retrouver sa place dans l'identité nationale.
Rym Nasri


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.