La dette fiscale hors amendes judiciaires dépassait les 3.600 milliards de DA à la fin 2016    Nouvelle-Zéllande: manifestation à Christchurch contre le pillage du phosphate en provenance du Sahara occidental    La Cour des comptes a produit 936 rapports de contrôle en 2017    Coupe d'Algérie de Football : la FAF arrête le calendrier jusqu'aux demi-finales    «L'ANP veillera à la sécurisation totale de ces élections»    Interdiction des appareils énergivores    Une manif violemment empêchée à Alger : «Nous sommes des étudiants, pas des terroristes !»    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    El-Oued : les populations des zones éparses de la bande frontalière votent pour la présidentielle    Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Fin de saison pour Youcef Atal    La Fifa veut «clarifier les conséquences»    La FAF reporte tous les matches à cause du scrutin présidentiel    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    La grève, la Kabylie et les faits    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    11 Décembre 1960, Belcourt, allume le feu de la liberté    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Les jeunes Algériens se méfient des partis islamistes    APN : adoption des projets de lois relatifs à la Recherche scientifique et aux Radiocommunications    Mobilisation sur fond de grève générale à Béjaïa    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    JSK-MCO (16H) au stade du 1er Novembre : El Hamri en quête d'un exploit à Tizi Ouzou    L'alliance gagnante entre l'OPEP et la Russie    Axe Aïn El Turck-Bousfer: Un mort et trois blessés graves dans un accident    Vols en provenance et à destination de la France: Air Algérie annonce de nouvelles perturbations    Montage de véhicules et financement de la campagne de Bouteflika: Le verdict rendu aujourd'hui    Mobilis : attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    MC Alger: Le Doyen victime de conflits d'intérêts    Constantine: Plus de 2200 comprimés psychotropes saisis, cinq arrestations    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Une marche de soutien improvisée à Alger    «Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    Sur le plan économique, une prestation très moyenne, loin des véritables enjeux    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    Elections présidentielles – proposition    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    En prévision de l'hiver : Une production des bonbonnes de gaz butane dépassant la demande à Oran    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les 4 samedis
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 04 - 2019

La semaine a été pénible même si elle n'a pas été si pénible que ça. On ne sait pas si c'est vraiment important mais le départ de Belaïz doit quand même signifier quelque chose. D'abord parce que c'est un B. On peut être dans le tout rationnel et considérer qu'une aussi grandiose révolution peut se passer de fétichismes mais on vous répondra illico que c'est de symboles qu'il s'agit. Et Belaïz, on a beau dire, en est un. Ensuite, parce qu'un B qui tombe est censé être suivi par un autre, jusqu'à la fin de la liste. Les autres lettres de l'alphabet ? Les choses se compliquent mais elles deviennent… simples : ils vont tous partir !
La semaine a été pénible. Après Belaïz, c'est au tour de Bouchareb de partir avant qu'on nous dise qu'il… n'est finalement pas parti. Voilà quelqu'un qui doit être bien content de son nouveau statut. D'illustre inconnu, il a été propulsé au-devant de la scène en devenant le président d'une Assemblée putschiste, avant d'être « honoré » par le mouvement populaire qui en a fait un de ses punching balls. Mais il est aussi le patron par défaut du FLN et, du coup, il ne doit pas savoir si on lui demande de « dégager » du parti ou de l'APN. Certainement les deux, même si, pour le FLN, ce n'est pas vraiment important. On se fiche un peu de qui présidera un parti qu'on veut mettre au musée ! Le problème est que pour le moment, Bouchareb n'est parti de nulle part. Pour combien de temps ?
La semaine a été pénible. Avant chaque vendredi, le nouveau pouvoir improvise une mesurette censée ramener à la « raison » les Algériens qui s'échauffent pour encore battre le pavé. Il faut dire que, jusque-là, les résultats ne sont pas vraiment brillants et pour cause, la protestation s'élargit, gagne en détermination, en intelligence et en sérénité. La dernière ? Bensalah a entamé des « consultations » avec les partis et les « personnalités nationales ». Pourquoi ils commencent toujours par nous désespérer et nous exaspérer ? N'y a-t-il pas quelqu'un pour leur dire que d'avoir été ministre, d'avoir été ponte du FLN, d'avoir été président de l'APN et d'avoir fait, il n'y a pas si longtemps, une déclaration d'amour à Bouteflika et le cinquième mandat, Abdelaziz Ziari ne peut pas être une personnalité nationale ?
La semaine a été pénible. Toujours à propos des B, on a eu encore à constater qu'il y a quand même quelque chose de vraiment cocasse dans la situation d'Abdelkader Bensalah. Se retrouver en train de jouer un rôle qui ne fait rire personne quand, en plus, on n'a aucune vocation de comédien, doit être mortellement pénible. Vous vous rendez compte de ce qu'on lui fait subir ? On a commencé par suggérer que Constitution ou pas, il ne sera pas Président par intérim. Ensuite, on l'a quand même mis pour quelques jours avant de faire la promesse aux Algériens que son départ est imminent. Et maintenant, il s'inflige la réception des démissions qu'il n'a pas demandées, ni même souhaitées peut-être. Et le pire est à venir, quand il aura à présenter la sienne à… Fenniche.
La semaine se termine bien comme d'habitude, depuis le 22 février. La semaine se termine par un vendredi.
S. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.