Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    L'intimidation n'a pas payé    Présidentielle : une élection sans candidats    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Chelsea aurait fixé un seuil pour lâcher Hazard au Real Madrid    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Plus de 80 000 élèves attendus aux examens de fin d'année    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Le souci des sans-bourses…    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Pour détournement d'une mineure: Quatre personnes sous les verrous    L'école des gourous    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Facebook supprime trois milliards de comptes    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Al-Khelaïfi ne compte pas quitter    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 04 - 2019

C'était la dernière fois que je voyais Aziz Chouaki. Et ça remonte à loin. Mai 2013. Nous étions à la levée de corps d'un ami et camarade de lycée commun, Hachemi Bellali, le bassiste attitré d'Idir depuis plusieurs années. Aziz Chouaki était venu rendre un dernier hommage à son condisciple au lycée Abane-Ramdane d'El-Harrach, quelqu'un avec qui il avait aussi partagé des aventures musicales, celles du rock des années 1970, au plus fort du corset Boum. En ce temps-là, porter les cheveux longs et chanter en anglais en s'accompagnant d'une guitare électrique était le comble de l'aliénation, pour ne pas dire de la trahison.
Avec Hachemi Bellali, Arezki Baroudi et d'autres, Aziz Chouaki défiait alors la chape de plomb de l'arabo-baatho-oulémisme, cocktail dans lequel incubaient le FIS et le fondamentalisme dévastateur, en s'appropriant le rock comme genre universel. Heureusement, ils ont tenu bon ! Ce seront les mêmes qui viendront par la suite, avec leur background de musique métissée, à des mélanges avec le chaâbi et la musique kabyle.
J'étais inquiet de voir Aziz mal en point, à cette levée de corps. Une partie de son visage était rigide, son bras gauche paralysé et il peinait à parler. Il m'apprit qu'il venait de faire un AVC (accident vasculaire cérébral). Et que c'était un miracle qu'il ait pu recouvrer en grande partie ses capacités ! Certes, il avait encore du mal à bouger les doigts et il commentait son mal, en plaisantant: « C'est plus de 40 ans de guitare qui sont enfermés dans cette demi-paralysie .»
Il était effectivement amputé d'une partie de sa raison d'être : faire de la musique ! Aziz Chouaki, c'était ce jeune musicien de rock flamboyant, iconoclaste et audacieux, celui dont Sadek Aïssat, un autre écrivain et musicien, harrachi comme lui de surcroît, disait : « Quand nous étions adolescents, il jouait, à nos yeux, les chansons des Beatles mieux que les Beatles eux-mêmes .» Il était admiré.
Aziz Chouaki avait tout pour être une rock star. Il en avait le talent et le charisme, mais il dribbla tout le monde en démontrant, œuvre à l'appui, que c'était en fait la langue inclassable, inventive de James Joyce qui l'intéressait et le passionnait. Il s'attellera à un mémoire sur l'inexpugnable « Ulysse » de l'écrivain irlandais. Mieux : le vieux démiurge irlandais était là, debout, regardant par-dessus son épaule, quand Aziz Chouaki écrivait.
C'est cela, Aziz Chouaki, cette comète ultrasensible, artiste jusqu'au bout des ongles, parti des Beatles pour domestiquer Joyce, parti de Belfort, en surplomb d'El-Harrach, avec le cercle du CREH et la prison 4-hectares juste en face, pour parcourir le monde mais seulement en littérature et en musique car, s'il avait la bougeotte, c'était celle des notes, des sons et des mots.
Pour moi, Aziz Chouaki restera toujours et d'abord ce jeune lycéen harrachi surdoué pour les arts, raffiné et réservé, silencieux et humble, timide à un degré tel qu'il est difficile de le concevoir.
Nous nous voyions peu depuis le lycée, mais nous savions que nous étions comme les ramifications d'un même tronc, et que nous avions quelque chose de matriciel en partage.
Je me souviens de cette fin des années 1970 lorsqu'il vendit sa vieille guimbarde pour pouvoir publier un recueil de poésie, « Argo » aux éditions de l'Unité. Comme Aziz est un type très cultivé, il emprunta à Roland Barthes ce titre – et l'explication – pour le transformer en voyage dans la littérature. Argo – dont les marins étaient les Argonautes-, était le nom de l'embarcation de Jason parti à la recherche de la toison d'or dans le Caucase. Le voyage, comme la littérature, fut si long et si périlleux, rencontrant tant de mésaventures, connaissant toutes sortes de péripéties, qu'au bout, la moindre pièce de l'embarcation avait été changée et que tout avait été renouvelé. Mais l'embarcation, toute neuve, portait le même nom ancien. Pas plus parlant comme métaphore s'agissant de la littérature !
Car, je crois que la littérature, cet art de dire et de se taire, était la grande question pour Aziz Chouaki. L'écriture était sa grande passion, pas de doute. Et, dans la marge des mondanités et des éclats de fausse gloire, il avait tissé une œuvre qui interroge l'individu dans son appartenance au-delà de la grégarité et de l'étroitesse possible des nationalismes.
Aziz Chouaki se savait quelque peu marginal, et donc profondément original. Les quelques fois où j'ai eu l'occasion de participer à des débats avec lui, il commençait invariablement par prévenir : « Je vais dire des choses qui vont peut-être choquer mais je les dis .» Et il continuait. Parfois, ça choquait au début dans la carapace de nos clichés puis on commençait à se dire qu'il avait raison, et peut-être même avant pas mal de gens.
C'est cette voix singulière, et cet auteur à la langue merveilleuse comme une partition musicale, qui vient de nous quitter.
Quand j'ai appris, à Alger, son décès, je me suis rendu dans son quartier de Belfort. Et j'ai cru voir le fantôme de ce jeune homme à la coupe Beatles qui se préparait déjà, adolescent, à apporter sa note si particulière au grand concert de la littérature tout court. Je crois qu'Aziz n'aimait pas le titre d'écrivain algérien. Il était écrivain et algérien, l'alchimie se faisant autrement que par la proclamation.
Son empreinte restera, à coup sûr ! Aziz Chouaki faisait de la musique et écrivait comme personne d'autre. C'est de l'Aziz Chouaki, voilà tout !
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.