Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste Bouchetata Brahim invité
RENCONTRE MAGHREBINE SUR L'ORIGAMI À TIZNIT (MAROC)
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 04 - 2019

Après avoir présenté ses connaissances et son savoir-faire dans le domaine de l'origami à travers le pays, en Tunisie et en Egypte, l'artiste Bouchetata Brahim a été l'hôte cette fois-ci de l'association «Art et culture» de la ville de Tiznit (Maroc).
Notre artiste a participé aux journées maghrébines, organisées sous le thème «Enfant créateur, Pays en développement », qui se sont déroulées au centre d'accueil de la jeunesse Tin-hinan de Tiznit où plusieurs artistes ont été conviés à cette rencontre, la première en son genre au royaume chérifien. Il y a eu une intervention du président de l'association «hôte» du Maroc, M. Hicham Tabaa ; un exposé de l'artiste Brahim Bouchetata (Aïn-Séfra-Algérie) sur la définition de l'origami ; une autre intervention de Mohamed-Hadi sur le même sujet, ainsi que des interventions des invités d'honneur, deux figures ibériennes de l'origami, en l'occurrence les Espagnoles Elena Osuna et Victor Coeurjoly, et même la présence de la jeune magicienne Rania Bouchetata, la fille de notre artiste Brahim, qui a également présenté des tours de magie.
Ce grand peintre de l'Ecole des beaux-arts, qui a tissé des connaissances avec des grands spécialistes dans le monde de l'origami (Japon, Egypte, France, Espagne, Tunisie, Maroc etc.), a, rappelons-le, représenté l'Algérie en participant à un séminaire organisé à Nabeul (Tunisie) sur invitation de Euromed, avec la collaboration du Commissariat régional de la jeunesse et des sports de Nabeul et de l'association «Horizon pour le développement et la citoyenneté», et auquel ont participé 6 pays méditerranéens : Algérie, France, Maroc, Italie, Roumanie et la Tunisie (pays organisateur). Pour rappel, M. Bouchetata, qui gère une association culturelle «Alwane» (couleurs), avec ses différents clubs : magie, théâtre pour enfants, arts/plastique et l'origami est devenu une vedette de ce genre de travail éducatif qu'est l'origami qui veut dire (ori=pli : gami=papier), ou encore l'art de plier du papier sans recourir, ni aux ciseaux, ni à la colle. C'est en effet un art traditionnel de créativité japonaise, que l'artiste Bouchetata Brahim, a lancé non seulement dans sa ville natale Aïn-Séfra, à travers la création d'un club de jeunes, mais aussi à travers les invitations qu'il reçoit à travers le pays du fait qu'il est l'un des très rares artistes en Algérie, à s'intéresser à cette culture éducative. Notons, enfin, que l'origami qui est le travail du Japonais Akira Yoshizawa, créateur prolifique de modèles d'origami et auteur de livres sur l'origami, a inspiré la renaissance contemporaine. L'origami moderne attire des amateurs du monde entier, avec des conceptions toujours plus complexes et de nouvelles techniques. En 1978, en France, apparaît le Mouvement français des plieurs de papier (MFPP), créé par Jean-Claude Correia. Parmi les artistes français, Didier Boursin poursuit son travail éducatif, mélangeant la poésie de l'origami et l'apprentissage des mathématiques, par exemple, notamment ses travaux sur les avions en papier et les pliages de serviettes.
Les hôtes de Tiznit ont été conviés également à une virée touristique à travers les sites que recèle cette ville hôte à l'image d'Agadir. Distante d'une centaine de kilomètres d'Agadir, la ville de Tiznit est à 90% berbérophone.
Cette cité de 80 000 habitants se démarque aux yeux du visiteur par sa ligne de remparts de 7 km de long et de 8 m de haut, flanquée de 56 tours et percée de cinq portes historiques. Depuis peu, Tiznit mérite qu'on s'y arrête autant pour les bijoux en argent qui ont fait sa célébrité que pour le nouveau cœur de la médina, magnifiquement réhabilité.
B. Henine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.