Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un art venu du pays du Soleil Levant
Journées nationales de l'origami dans sa première édition
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 03 - 2018

L'origami est un art traditionnel japonais, que l'artiste Bouchetata Brahim vient de lancer en Algérie à travers la création d'un club de jeunes et des contacts à travers le monde.
Les Journées nationales de l'origami dans sa première édition, qui ont été organisées par l'association Alwane de Aïn-Sefra, se sont déroulées du 12 au 14 mars 2018. Elles ont été tenues sous le haut patronage du ministre de la Culture et du wali de Naâma en étroite collaboration avec la commission des manifestations culturelles de la wilaya de Naâma.
«Compréhension de l'origami», c'était le thème choisi pour cette première édition. Plusieurs artistes d'Alger, de Touggourt, de Sidi-Bel-Abbès et de Mascara ont répondu à l'invitation, alors que le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. El Hadi Ould-Ali, qui a visité une série d'expositions des différentes réalisations des plis d'objets et d'animaux, a apprécié et encouragé l'artiste Bouchetata.
L'origami (ori = pli , gami = papier), ou encore l'art de plier du papier sans recourir ni à la paire de ciseaux ni à la colle, est un art traditionnel japonais, que l'artiste Bouchetata Brahim vient de lancer aux niveaux local et national, à travers la création d'un club de jeunes et des contacts à travers le monde. II est l'un des rares artistes en Algérie à s'intéresser, à avoir été formé dans ce domaine, et avoir tissé des connaissances avec des grands spécialistes de l'origami dans le monde (Japon, France, Tunisie, Egypte, etc.). Ce grand peintre de l'Ecole des beaux-arts a axé son intervention sur celui de qui il s'est inspiré, en l'occurrence le grand maître de l'origami, le Japonais Akira Yoshizawa, créateur prolifique de modèles d'origami et auteur de livres sur l'origami. L'origami moderne attire des amateurs du monde entier, avec des conceptions toujours plus complexes et de nouvelles techniques. Depuis les années cinquante et les premières tentatives de Lillian Oppenheimer pour diffuser l'art de l'origami en Occident, les Etats-Unis font figure de moteur pour le développement et l'échange d'idées dans ce domaine, et comptent quelques-uns des plus grands origamistes du monde. Vers 1890 est publié Le Livre des amusettes, où le terme «amusette de papier» désigne des origamis.
Josepth Albers, père de la théorie moderne des couleurs et de l'art minimaliste, a enseigné l'origami et le pliage du papier dans les années 1920 et 1930.
Sa méthode consistait à utiliser des feuilles de papier rondes pliées selon des spirales ou des courbes ; elle influença les artistes modernes de l'origami, comme Kunihiko Kasahara.
En 1978, en France, apparaît le Mouvement français des plieurs de papier (MFPP), créé par Jean-Clause Correia. Parmi les artistes français, Didier Boursin poursuit son travail éducatif, mélangeant la poésie de l'origami et l'apprentissage des mathématiques, par exemple, notamment ses travaux sur les avions en papier et les pliages de serviettes. L'origami peut prendre des proportions démesurées : le 7 décembre 2010, une girafe de 4,38 m de haut fut créée au Centre national d'Amsterdam par un groupe de 30 étudiants. Un des origamis les plus populaires est la grue en papier.
La grue est un animal important pour le Japon, une légende dit : «Quiconque plie mille grues de papier verra son vœu exaucé.» La grue d'origami est devenue un symbole de paix en raison de cette légende, et est associée également à une jeune fille japonaise, Sadako Sasaki.
Sadako fut exposée, enfant, au rayonnement du bombardement atomique d'Hiroshima. Elle devint alors hibakusha. Elle mourut de leucémie en 1955, à l'âge de douze ans, après avoir plié 644 grues. Ses compagnons de classe plièrent le nombre restant et elle fut enterrée avec la guirlande de mille grues. Une statue en granit représentant Sadako fut érigée dans le Parc de la paix d'Hiroshima : une jeune fille se tenant les mains ouvertes, un vol de grues de papier au bout des doigts. Chaque année, la statue est ornée de milliers de guirlandes de mille grues (sembatsuru). L'origami est un sujet d'étude pour les enseignants de mathématiques, en particulier dans le domaine de la géométrie. L'origami permet la trisection de l'angle, alors qu'elle est impossible à la règle et au compas. C'est de ce fait que divers exercices de géométrie peuvent être issus de la pratique de l'origami.
C'est ce qui a été relevé dans l'intervention de l'artiste Bouchetata, qui a présenté seul ses exposés, du fait que cet exercice éducatif de pratique géométrique reste encore méconnu dans les milieux algériens.
B. Henine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.