Université Blida 1 : Séjour d'études en Allemagne des étudiants en gestion des déchets    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié    Des astuces pour améliorer naturellement sa vue    Un scandale du foncier industriel à Skikda : Un investisseur «curieusement» écarté et remplacé !    Situation du logement public locatif à Sétif : 10 613 appartements non distribués    Revêtement de la route principale de la commune de Berrahal : Désagréments et soupçon de dilapidation    16e édition du rallye féminin    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Justice: L'ex-wali d'Alger et le wali d'El Bayadh sous contrôle judiciaire    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Bordj Badji-Mokhtar: Deux enfants meurent piqués par des scorpions    Bac 2019: Les maths «abordables» pour certains, «compliquées» pour d'autres    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    MC Oran: L'éclaircie n'est pas pour demain    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Tlemcen: Disparition de la tente géante : Khalida Toumi et Abdelouahab Nourri devant la Justice    CAT: L'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Equipe Nationale : Delort signe son baptême du feu et offre la victoire aux Verts    Sucre: Salariés et betteraviers font pression sur l'Allemagne    Libye : Poursuite des bombardements sur Tripoli malgré les appels au cessez-le-feu    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Dans le respect des dispositions de la constitution : Urgence d'accélerer l'élection présidentielle affirme Gaïd Salah    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Préparation de la CAN-2019 : L'Algérie bat le Mali (3-2)    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Les personnes sinistrées seront indemnisées    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    300 milliards de dollars détournés en 20 ans !    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Le sujet qui fâche    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    L'ex-wali d'Alger Abdelkader Zoukh mis sous contrôle judiciaire    La présidentielle et la lutte contre la corruption, deux priorités pour l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un art venu du pays du Soleil Levant
Journées nationales de l'origami dans sa première édition
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 03 - 2018

L'origami est un art traditionnel japonais, que l'artiste Bouchetata Brahim vient de lancer en Algérie à travers la création d'un club de jeunes et des contacts à travers le monde.
Les Journées nationales de l'origami dans sa première édition, qui ont été organisées par l'association Alwane de Aïn-Sefra, se sont déroulées du 12 au 14 mars 2018. Elles ont été tenues sous le haut patronage du ministre de la Culture et du wali de Naâma en étroite collaboration avec la commission des manifestations culturelles de la wilaya de Naâma.
«Compréhension de l'origami», c'était le thème choisi pour cette première édition. Plusieurs artistes d'Alger, de Touggourt, de Sidi-Bel-Abbès et de Mascara ont répondu à l'invitation, alors que le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. El Hadi Ould-Ali, qui a visité une série d'expositions des différentes réalisations des plis d'objets et d'animaux, a apprécié et encouragé l'artiste Bouchetata.
L'origami (ori = pli , gami = papier), ou encore l'art de plier du papier sans recourir ni à la paire de ciseaux ni à la colle, est un art traditionnel japonais, que l'artiste Bouchetata Brahim vient de lancer aux niveaux local et national, à travers la création d'un club de jeunes et des contacts à travers le monde. II est l'un des rares artistes en Algérie à s'intéresser, à avoir été formé dans ce domaine, et avoir tissé des connaissances avec des grands spécialistes de l'origami dans le monde (Japon, France, Tunisie, Egypte, etc.). Ce grand peintre de l'Ecole des beaux-arts a axé son intervention sur celui de qui il s'est inspiré, en l'occurrence le grand maître de l'origami, le Japonais Akira Yoshizawa, créateur prolifique de modèles d'origami et auteur de livres sur l'origami. L'origami moderne attire des amateurs du monde entier, avec des conceptions toujours plus complexes et de nouvelles techniques. Depuis les années cinquante et les premières tentatives de Lillian Oppenheimer pour diffuser l'art de l'origami en Occident, les Etats-Unis font figure de moteur pour le développement et l'échange d'idées dans ce domaine, et comptent quelques-uns des plus grands origamistes du monde. Vers 1890 est publié Le Livre des amusettes, où le terme «amusette de papier» désigne des origamis.
Josepth Albers, père de la théorie moderne des couleurs et de l'art minimaliste, a enseigné l'origami et le pliage du papier dans les années 1920 et 1930.
Sa méthode consistait à utiliser des feuilles de papier rondes pliées selon des spirales ou des courbes ; elle influença les artistes modernes de l'origami, comme Kunihiko Kasahara.
En 1978, en France, apparaît le Mouvement français des plieurs de papier (MFPP), créé par Jean-Clause Correia. Parmi les artistes français, Didier Boursin poursuit son travail éducatif, mélangeant la poésie de l'origami et l'apprentissage des mathématiques, par exemple, notamment ses travaux sur les avions en papier et les pliages de serviettes. L'origami peut prendre des proportions démesurées : le 7 décembre 2010, une girafe de 4,38 m de haut fut créée au Centre national d'Amsterdam par un groupe de 30 étudiants. Un des origamis les plus populaires est la grue en papier.
La grue est un animal important pour le Japon, une légende dit : «Quiconque plie mille grues de papier verra son vœu exaucé.» La grue d'origami est devenue un symbole de paix en raison de cette légende, et est associée également à une jeune fille japonaise, Sadako Sasaki.
Sadako fut exposée, enfant, au rayonnement du bombardement atomique d'Hiroshima. Elle devint alors hibakusha. Elle mourut de leucémie en 1955, à l'âge de douze ans, après avoir plié 644 grues. Ses compagnons de classe plièrent le nombre restant et elle fut enterrée avec la guirlande de mille grues. Une statue en granit représentant Sadako fut érigée dans le Parc de la paix d'Hiroshima : une jeune fille se tenant les mains ouvertes, un vol de grues de papier au bout des doigts. Chaque année, la statue est ornée de milliers de guirlandes de mille grues (sembatsuru). L'origami est un sujet d'étude pour les enseignants de mathématiques, en particulier dans le domaine de la géométrie. L'origami permet la trisection de l'angle, alors qu'elle est impossible à la règle et au compas. C'est de ce fait que divers exercices de géométrie peuvent être issus de la pratique de l'origami.
C'est ce qui a été relevé dans l'intervention de l'artiste Bouchetata, qui a présenté seul ses exposés, du fait que cet exercice éducatif de pratique géométrique reste encore méconnu dans les milieux algériens.
B. Henine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.