Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le fiasco Bensalah
La conférence à laquelle il a appelé tourne au ridicule
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 04 - 2019

Comme prévu, la conférence nationale de concertation, à laquelle avait appelé le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, pour hier lundi, au Palais des Nations à Club-des-Pins a été boudée par quasiment l'ensemble des partis politiques et des personnalités nationales conviés. Du jamais vu, pour une initiative lancée par le pouvoir, via sa plus haute institution, la présidence de la République !
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - A peine deux chefs de partis, ceux de l'ANR et d'El Islah, tandis que des partis comme le FLN, le RND et même El Mostaqbal ont revu à la baisse le niveau de leur représentativité à cette conférence en y déléguant, chacun, un membre de rang modeste. A l'arrivée, et dans la mythique salle des conférences du Palais des Nations, une poignée d'invités et des cadres de la présidence, du Premier ministère et du ministère de l'Intérieur feront office « de conférence de concertation ».
Voyant cet échec venir, et pour éviter une humiliation pour Bensalah, ce qui devait être une grande rencontre se transformera en une sorte de journée d'étude sur « la création d'une institution nationale indépendante chargée de la préparation et de l'organisation des élections », et que présidera le directeur de l'Institut national des études stratégiques globales, l'INSEG. Et comme c'est indiqué sur le programme officiel de cette conférence, ce seront des experts en droit constitutionnel qui dominent avec des interventions thématiques. « L'expérience internationale en matière de création et de fonctionnement des institutions indépendantes d'organisation des élections » . Ou encore, « Dispositif algérien en matière d'élections et propositions de démarche pour la création et mise en place d'une institution indépendante de préparation et d'organisation des élections ».
Bref, il a été question, finalement, d'une rencontre éminemment technique autour de « l'institution nationale indépendante chargée de la préparation et de l'organisation des élections » promise par Bensalah, dans son discours à la Nation, le jour de son entrée en fonction, le 10 avril dernier. C'est dire que, malgré le fiasco total qui a frappé cette conférence, en plus du rejet massif exprimé par la rue, le pouvoir maintient sa feuille de route, celle défendue par Gaïd Salah, à savoir l'organisation de l'élection présidentielle le 4 juillet prochain.
Le secrétaire général et directeur de cabinet à la présidence de la République, Hebba El Okbi, qui représentait Bensalah à cette conférence, le confirmera d'ailleurs et de manière très claire. En marge des travaux de la conférence, Habba El Okbi affirmera, en effet, que « la prochaine élection présidentielle, telle que fixée par le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, au 4 juillet prochain, est consacrée dans la Constitution ». Aussi, «les consultations engagées par le chef de l'Etat avec les partis politiques et les personnalités nationales se poursuivront, car il s'agit de l'avenir du pays et de l'organisation d'élections libres et transparentes ».
Il est donc question que Abdelkader Bensalah poursuive les consultations, telles qu'entamées jeudi dernier, en recevant, en tête-à-tête, des chefs de partis et des personnalités nationales au siège de la présidence.
A rappeler qu'il avait déjà reçu, à ce titre, l'avocat Miloud Brahimi, le président du parti El Mostaqbal, Aziz Belaïd, les deux anciens présidents de l'Assemblée, Abdelaziz Ziari et Larbi Ould Khelifa, ainsi que le président du parti El Islah, Filali Ghouini. Le SG de la présidence affirmera même que ces consultations se poursuivront jusqu'à l'élection présidentielle. Ceci, au moment où tous les partis significatifs de l'opposition, et même de la défunte coalition présidentielle, comme le MPA de Amara Benyounès et le TAJ de Amar Ghoul ont publiquement décliné les invitations à ces consultations.
De son côté, l'ancien chef de gouvernement et président du parti Talaie El Hourriet, Ali Benflis, qui avait déjà exprimé son refus de répondre à l'invitation, via une lettre « sans concessions » adressée à Abdelkader Bensalah, a également réagi, hier lundi, en fin d'après-midi, pour enfoncer davantage le clou. aCommentant la conférence de ce lundi, Benflis fera cette remarque acerbe : « Que des consultations convoquées par un président de l'Etat non reconnu comme tel par des millions d'Algériennes et d'Algériens finissent par être présidées par le directeur d'un institut en dit long sur le manque de sérieux et la désinvolture des auteurs de cette initiative. Elle en dit long aussi sur leur absence de vision et de lucidité quant aux conditions véritables à réunir en faveur d'un règlement de cette crise. Elle en dit long, enfin, sur l'incapacité de ces figures emblématiques d'un régime politique dont le peuple algérien ne veut pas à aider à un tel règlement .» Benflis estimera que « ces figures n'ont pas intérêt à un tel règlement car elles savent qu'il se fera à leurs dépens et aux dépens d'un régime politique dont le peuple veut le départ et dont elles veulent, quant à elles, assurer la pérennité et la survie derrière une autre devanture».
Cette réaction de Ali Benflis donne en tout cas un net aperçu de l'état d'esprit général prévalant chez l'opposition et au sein de l'opinion, rejetant, sans la moindre réserve, l'initiative politique du pouvoir.
Un pouvoir qu'incarne, désormais, le patron de l'armée, Ahmed Gaïd Salah dont le discours, aujourd'hui, attendu à l'occasion de sa visite en 1re Région militaire à Blida, sera certainement de nature à clarifier, encore une fois, les nouvelles étapes prévues pour ce qui tend à devenir un long feuilleton , dans le processus de la succession complexe de Abdelaziz Bouteflika…
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.