PARQUET GENERAL PRES LA COUR D'ALGER : Les dossiers de 12 personnalités remis à la Cour Suprême    PRESIDENTIELLE : 2 candidatures déposées au Conseil constitutionnel    AADL 1 : Plus de 4 750 logements attribués au niveau national    ORAN : 590 surveillants de baignade pour les 34 plages autorisées    Quatre narcotrafiquants arrêtés à Tlemcen    Le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Le projet de loi sur les hydrocarbures finalisé    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Man City : Un milieu belge pour remplacer David Silva ?    Une bande de malfaiteurs neutralisée    Campagne sur les risques liés à la saison estivale    Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Transition : la mort de l'article 102    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Mellal : "J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive"    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Téhéran dénonce la surenchère américaine    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Des adoptions dans un climat délétère    La liste s'allonge    Le président Trump effectue une visite au Japon    L'activité en baisse de 85%    Lâche agression d'une fonctionnaire    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réunion de concertation s'est tenue dans une salle quasi vide au Palais des nations.. Un fiasco qui signe la fin de Bensalah ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 04 - 2019

Le Palais des nations s'est avéré trop grand pour abriter une «petite» réunion à hui-clos, entre des partis pour le moins microscopiques, voire même des représentants inconnus de la scène politique nationale.
La rencontre de dialogue et de concertation à laquelle a appelé le chef de l'Etat contesté, Abdelkader Bensalah, a viré au fiasco. Le Palais des nations s'est avéré trop grand pour abriter une «petite» réunion à hui-clos, entre des partis pour le moins microscopiques, voire même des représentants inconnus de la scène politique nationale. Boudé par la classe politique, y compris par les partis du pouvoir, les personnalités nationales et organisations de la société civile, Bensalah a fini par faire défection lui-même. Indépendamment de ses résultats, cette rencontre, qui devait traiter des mécanismes de la mise en place d'une instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l'organisation des élections, a prouvé l'écart qui sépare le cercle des tenants du pouvoir avec le peuple. Pendant que les algériens revendiquent le départ du régime avec ses symboles, dont Abdelkader Bensalah et Noureddine Bedoui, outre Mouad Bouchareb, le chef de l'Etat s'entête à se maintenir en place contre vents et marées.
Hier, le secrétaire général de la Présidence, Habba El-Okbi, a déclaré à la presse que les consultations lancées par le chef de l'Etat avec les partis politiques et les personnalités nationales, «se poursuivront» jusqu'à l'élection présidentielle qui «se tiendra dans les délais constitutionnels», c'est-à-dire le 4 juillet prochain. Une déclaration pour le moins provocatrice, en marge d'une réunion qui se tenait dans une salle presque vide. Mis à part Belkacem Sahli et Filali Ghouini, présidents de l'ANR et d'El Islah, aucun chef de parti connu n'a été présent à ce rendez-vous, dirigé par le directeur de l'Institut des stratégies globales. Même le représentant du Front El Moustakba d'Abdelaziz Belaid, a quitté la réunion, sous prétexte qu'elle se tenait à hui clos, mais qui, en réalité, semblait plutôt être une tentative de se racheter auprès de l'opinion publique, après avoir constaté le rejet massif du rendez-vous.
C'est donc à se demander avec qui Abdelkader Bensalah va-t-il continuer à discuter, comme l'annonce le SG de la Présidence ? El-Okbi a ajouté que la présidentielle est fixée au 4 juillet prochain, telle qu'elle «est consacrée dans la Constitution». Sauf que le peuple qui manifeste dans la rue depuis deux mois, voire même la classe politique dans son ensemble, rejettent la voie constitutionnelle, qui ne semble mener le pays que vers l'impasse. Pourtant, l'indétrônable secrétaire général du Palais d'El Mouradia n'est pas de cet avis. Pour lui, ces consultations visent à «asseoir la démocratie, à organiser des élections libres et transparentes et à instaurer un nouveau régime politique».
Provocation
Immédiatement après les premières images de la réunion, montrant un véritable fiasco, les premières réactions n'ont pas épargné la démarche de Bensalah. L'ancien diplomate, Abdelaziz Rahabi, a déclaré que «l'échec de la conférence entraînera davantage de désobéissance civile». Pour sa part, Ali Benflis a estimé que «notre pays vit une situation si grave qu'il méritait qu'on lui épargne cette épreuve provocatrice et humiliante, de prétendues consultations autour de la constitution d'une instance chargée des élections». Le président de Talaie El Hourriyet a ajouté : «Que des consultations convoquées par un Président de l'Etat non reconnu comme tel par des millions d'algériennes et d'algériens finissent par être présidées par le Directeur d'un institut, en dit long sur le manque de sérieux et la désinvolture des auteurs de cette initiative».
Quoi qu'il en soit, par ces consultations, qu'il a lui-même boudées, Abdelkader Bensalah, qui avait reçu au siège de la Présidence les deux anciens présidents de l'APN, Abdelaziz Ziari et Mohamed Larbi Ould Khelifa, l'avocat Miloud Brahimi et le président d'El Moustakbal, Abdelaziz Belaid, signe son échec. Sa feuille de route déclinée lors de son discours à la nation le 9 avril, ne peut en aucun cas tracer un chemin vers la concrétisation. Pendant que le chef de l'Etat nage dans un fleuve, le peuple est dans un autre. Ça devrait donner à réfléchir pour Bensalah, que certaines rumeurs donnent comme démissionnaire dans les prochains jours, voire les prochaines heures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.