Référendum constitutionnel : début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    West Ham : Des débuts frustrants pour Benrahma    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle 2019: Le MSP se prononcera en octobre
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 08 - 2018


Le Mouvement de la Société pour la Paix (MSP) va se prononcer sur sa participation à la prochaine élection présidentielle et annoncer le nom de son éventuel candidat, après la réunion de son «Majliss echoura», prévu au mois d'octobre.Lors d'une conférence de presse organisée, jeudi, conjointe ment avec le chef du parti Tajamou Amal Al Djazair' (TAJ) Amar Ghoul, le président du MSP Abderrezak Makri a expliqué que la participation de son parti à la prochaine élection présidentielle et le choix de son candidat seront connus lors du Conseil national de la Choura, qui doit se réunir en octobre prochain. M. Makri a précisé que son parti va contacter, après l'Aïd El Adha, les composantes de la société civile pour leur présenter l'initiative du consensus national pour une transition démocratique, avant de la formuler et d'en remettre une copie aux concernés après la tenue du Conseil national de la Choura. Prévu au mois d'octobre prochain, ce conseil devra, surtout, prendre position vis-à-vis de la prochaine élection présidentielle, et présenter son candidat pour ce rendez-vous électoral. Faisant le point sur l'opération de présentation de l'initiative à certaines formations politiques, dont le RND et le FLN, M. Makri a indiqué avoir relevé « un terrain d'entente », ce qui constitue en soit, a-t-il dit, « un point positif ». « Il est vrai que l'approche politique est encore objet de débats. Nous sommes satisfaits, toutefois, du consensus concernant les autres dimensions, ce qui est de nature à garantir une coexistence entre les différentes composantes de la classe politique sur la scène nationale », a-t-il précisé. M. Makri a ajouté que l'initiative politique du MSP « n'est pas limitée dans le temps ». Pour lui, la prochaine présidentielle constitue une occasion pour mettre « en oeuvre son initiative de consensus national sur le terrain ». Pour autant et jusqu'à présent, cette initiative politique du MSP a rencontré une fin de non-recevoir du FLN, du RND et de certains partis d'opposition, dont le RCD. Dimanche dernier et à l'issue de sa rencontre avec Abderrezak Makri, le chef du RND Ahmed Ouyahia a affirmé qu'il milite, s'agissant de la présidentielle de 2019, pour un nouveau mandat du Président Bouteflika, par souci de « stabilité et de continuité » nationales. Il a également rappelé que le RND considère qu' « il n'y a pas de place pour une transition politique dans un pays qui retourne régulièrement aux urnes, car ce serait là un déni de la souveraineté populaire. » Le 24 juillet dernier, à l'issue d'une heure de discussions, avec le chef du MSP, Djamel Ould Abbès avait rappelé la position du FLN: « il n'y a pas de rétropédalage de notre part. Le 17 mars, puis le 7 avril, dans cette même salle, on a appelé à la continuité au nom des 700.000 militants du FLN. Nous nous sommes dit que cette proposition du MSP est peut-être l'occasion pour que le souhait du FLN soit celui de toute la classe politique, sur la base d'un programme ambitieux sous la direction de Abdelaziz Bouteflika, président de tous les Algériens. » Le MSP a, également, présenté son initiative au FFS et à Ali Benflis. Dans des déclarations de presse, le chef du MSP, parlant de l'initiative de son parti, après les réactions politiques et celle du vice-ministre de l'ANP, a estimé que « notre initiative a fait grand bruit et elle a fait bouger la scène politique. C'est très important », ajoutant que « notre initiative a donc le mérite d'avoir secoué la classe politique. Ce n'est pas rien. » Il a ajouté, dans des déclarations à un site électronique, que cette initiative politique du MSP « a fait sortir tous les acteurs de leur expectative et de leur mutisme », et « elle a relativisé la fatalité d'un cinquième mandat pour Bouteflika. Elle a donné l'espoir qu'il peut y avoir d'autres issues, c'est-à-dire une alternative autre que le cinquième mandat. » Quant au président de TAJ, Amar Ghoul, il a salué plusieurs aspects contenus dans l'initiative politique du MSP, notamment ses volets économique, social et international. « L'idée du consensus a, de tout temps, été un point important pour notre formation politique, qui avait lancé par le passé des initiatives similaires, notamment « le front national pour relever les six défis». Amar Ghoul a estimé que le dossier politique ne se limitait pas aux échéances électorales, et s'est félicité de certaines propositions contenues dans l'initiative du MSP telles que la moralisation de l'exercice politique et la lutte contre la corruption. Pour autant, Amar Ghoul a réitéré le soutien de son parti au Président Bouteflika s'il décide de se porter candidat.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.