Début de la 179e réunion de la conférence de l'OPEP sous la présidence de l'Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les habitants des bidonvilles de Sidi- el-Kebir demandent à être relogés
BLIDA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 05 - 2019

Les habitants des bidonvilles se trouvant sur la berge de l'oued Sidi-el-Kebir, à 3 km au sud de Blida, ont demandé aux autorités locales de se pencher sur leur cas qui devient un véritable calvaire pour eux.
Menacés par les eaux de l'oued, en saison hivernale, qui ont déjà dévasté plusieurs masures par le passé, ils estiment que leur situation est plus qu'urgente et leur relogement dans des habitations décentes est une priorité absolue.
Nonobstant leur risque de contraction de maladies hydriques dont sont exposés leurs enfants à longueur de journée, ils appréhendent un autre risque celui d'attaque par des animaux sauvages puisque l'implantation de leurs bidonvilles fait face au flanc montagneux de Chréa ainsi que par les insectes venimeux, les rongeurs qui sont devenus nombreux et les serpents. L'autre danger auquel ces familles sont exposées, disent-elles, est le risque de contamination par des microbes et autres bactéries qui pullulent dans leur environnement du fait que le lit de l'oued Sidi-el-Kebir se transforme, notamment en été, en égout à ciel ouvert du fait du déversement des eaux usées dans cet oued. Il faut dire que l'odeur est nauséabonde, et ce n'est plus les senteurs d'antan qui faisaient de ce lieu un endroit paradisiaque.
Par ailleurs, ces habitants se plaignent des fuites d'eau émanant d'un réservoir d'eau qui se distille dans les murs de leurs masures et qui affaiblit progressivement leurs logis, d'où le risque patent d'effondrement d'une part et le risque de maladies respiratoires pour leurs enfants dont, déjà, plusieurs d'entre eux sont atteints d'asthme. Pour toutes ces raisons, les habitants des bidonvilles de l'oued Sidi-el-Kebir sollicitent le wali pour une solution urgente pour une vie meilleure.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.