Amar Tou devant le juge d'instruction près la Cour suprême    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La société civile décline sa feuille de route    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    La preuve de la «généralisation de la corruption»    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelques vérités bonnes à dire
Syndicat national des magistrats de la Cour des comptes
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 05 - 2019

Ces dernières semaines, après plus de 20 ans de silence, le président de la Cour des comptes, en poste depuis mars 1995, a multiplié les interventions sur les médias publics, assénant ses vérités à qui veut l'entendre et le croire. Le Syndicat national des magistrats de cette institution vient de lui répondre, en date du 12 mai dernier : une contribution qui remet les pendules à l'heure et qui en dit long sur «l'hibernation autorisée» de la Cour des comptes.
Depuis la publication du premier communiqué du Syndicat national des magistrats de la Cour des comptes, en date du 22 avril 2019, dénonçant la gestion de la Cour par l'équipe dirigeante actuelle, le Président de la Cour des comptes tente, sans succès, de faire croire aux Algériennes et Algériens que l'institution qu'il dirige depuis un quart de siècle, à ce jour, fonctionne normalement.
En effet, dans son interview du 29/04/2019 accordée à Algérie presse service (APS), suivie par d'autres articles publiés par certains quotidiens, le président de la Cour des comptes a, tantôt par de fausses informations, tantôt par des lectures restrictives des prérogatives et attributions de la Cour, tenté de fuir ses responsabilités quant à la gestion catastrophique de la Cour. Faisant suite à ces affirmations, le Syndicat national des magistrats de la Cour des comptes souhaiterait apporter les précisions et éclaircissement suivants :
1- Concernant ces affirmations selon lesquelles «la cour des comptes ne lutte pas contre la corruption»
S'il est vrai que la Cour des comptes ne peut se substituer à la justice comme l'a affirmé le président, il est aussi vrai qu'elle est dotée d'une expertise qu'elle doit mettre à la disposition de la justice, à travers la transmission de rapports circonstanciés pénaux, et c'est justement ce rôle de pourvoyeur de faits susceptibles de qualifications pénales que la Cour des comptes n'assure plus régulièrement depuis plus de 20 ans.
Cette prérogative est d'ailleurs prévue clairement par l'article 27 de l'ordonnance 95-20 du 17 juillet 1995, modifiée et complétée par l'ordonnance 10-02 du 26 août 2010 relative à la Cour des comptes.
L'article 2 de l'ordonnance n°10-02 susvisée, lui, fait obligation de contribuer, dans son domaine de compétence et à travers l'exercice de ses attributions au renforcement de la prévention et de la lutte contre les diverses formes de fraudes et de pratiques illégales ou illicites constituant des manquements à l'éthique et au devoir de probité ou portant atteinte au patrimoine et aux deniers publics.
Mais la déclaration qui risque de prêter encore plus à équivoque, c'est lorsque le président affirme que les jugements prononcés par la chambre de discipline budgétaire et financière ne portent pas sur des faits de corruption, mais uniquement sur des infractions aux règles de discipline budgétaire et financière est une contre vérité, car il suffit d'examiner l'article 88 de l'ordonnance n° 95-20, modifié et complété, pour découvrir le contraire.
En effet, certains faits pouvant être déférés devant la chambre de discipline budgétaire et financière tels que les actions de gestion entreprises en violation des règles de conclusion et d'exécution des contrats prévus par le code des marchés publics, le non-respect des lois régissant les opérations de cession des biens publics mis en réforme ou saisis par les administrations et organismes publics, ainsi que l'utilisation de crédit ou de concours financiers octroyés par l'Etat, les collectivités territoriales, les établissements publics ou accordés, avec leur garantie, à des fins autres que celles pour lesquelles ils ont été expressément accordées, constituent des faits susceptibles de qualifications pénales au sens des dispositions du code pénal. Les dispositions de l'article 92 de la même ordonnance confirment d'ailleurs cette possibilité d'une double poursuite pour une même infraction. En effet, il est dit clairement que les poursuites et les amendes prononcées par la Cour des comptes ne font pas obstacle aux poursuites et aux sanctions encourues, le cas échéant, aux plans civil et pénal.
Pour justifier ses échecs, le président n'a pas trouvé mieux que de mettre en exergue l'absence de moyens humains et techniques au niveau de la Cour pour lutter contre la corruption, oubliant au passage qu'il est le premier responsable de cette situation. Cet aveu manifeste d'échec de sa propre gestion ne peut qu'encenser le syndicat sur la justesse et la véracité de notre constat.
2- Concernant ses affirmations selon lesquelles «le contrôle des finances des EPE ne relève pas de la Cour des comptes au motif que ce sont des deniers privés»
Vous prenez n'importe quel citoyen dans la rue et vous lui posez la question à qui appartiennent les entreprises publiques, il vous répondra à «l'etat».
Entendre le premier responsable d'une institution constitutionnelle, chargée de contrôler les deniers publics, affirmer que les capitaux des EPE sont des deniers privés et qu'ils ne relèvent donc pas du contrôle de la Cour des comptes signifie, au mieux, qu'il veuille juste fuir ses responsabilités pour ne pas rendre compte sur l'absence de la cour dans la lutte contre la corruption au niveau du secteur économique, au pire, c'est ignorer les attributions et prérogatives de l'institution qu'il dirige depuis plus de 24 ans, ce qui est inimaginable.
En effet, l'article huit (08) de l'ordonnance n°95-20 prévoit clairement que «sont également soumis au contrôle de la Cour des comptes dans les conditions prévues par la présente ordonnance les établissements publics à caractère industriel et commercial et les entreprises et organismes publics qui exercent une activité industrielle, commerciale ou financière et dont les fonds, ressources ou capitaux sont en totalité de nature publique». Ainsi, au lieu de clarifier devant l'opinion publique pourquoi lui et son équipe n'ont pas assumé leurs responsabilités en matière de lutte contre les diverses formes de fraude et de pratiques illégales ou illicites dans les entreprises publiques économiques (EPE), alors qu'ils sont à la tête d'une institution jouissant de prérogatives largement étendues, le président de la Cour tente, par des contrevérités, fuir ses responsabilités allant jusqu'à pervertir la notion de la propriété publique des EPE.
3- Concernant «les 600 comptes apurés»
La principale activité de la Cour est devenue l'apurement des comptes des comptables publics et ce sont généralement de petits budgets, alors que les entreprises publiques, les 48 trésoreries de wilaya et les opérations d'équipement, où se fait le gros des dépenses publiques, notamment celles portant sur les marchés publics, sont délaissées.
Cette carence fait que les contrôles effectués par la Cour des comptes n'aboutissent à rien. Concernant les 600 comptes apurés en 2018 que le président de la Cour tente de considérer comme une avancée significative pour la Cour, il suffirait de consulter le rapport d'évaluation de la République algérienne démocratique et populaire, réalisé dans le cadre du mécanisme africain d'évaluation par les pairs (MAEP), juillet 2007, (p : 180), pour réaliser qu'aucune évolution positive n'a été réellement enregistrée depuis 2007, puisque le même nombre de comptes (600) a été apuré durant cette année (2007).
C'est dans le même rapport, d'ailleurs, qu'il a été recommandé de «moderniser la Cour des comptes et lui faire prendre un nouveau départ, sous la forme d'un organisme moderne de contrôle des comptes de l'Etat, sur la base d'un programme de restructuration de la Cour des comptes qui inclut la redéfinition de sa mission et de ses attributions, de la taille de ses effectifs et le profil de son personnel». Bien entendu, aucune des recommandations n'a été mise en œuvre par le président de la Cour et son équipe, notamment celle liée au renforcement des effectifs de la Cour et ces capacités professionnelles.
4- Concernant «le gel du recrutement»
Affirmer que le recrutement fait actuellement l'objet d'un gel, c'est juste tenter de fuir ses responsabilités en chargeant, par la même occasion, le ministère des Finances, qui s'est pourtant toujours montré disposé à mettre à la disposition de la Cour les crédits nécessaires pour son fonctionnement. Les blocages des recrutements et contrairement à ce que veut affirmer le président de la Cour sont d'origine interne et du seul fait de l'administration de la Cour, à sa tête le secrétaire général, ordonnateur du budget de la Cour.
En effet, l'administration, à sa tête le secrétaire général de la Cour, ont mené une politique de désertification de la Cour, en mettant plus de 50% des magistrats à la retraite à l'âge de 60 ans, y compris ceux qui ont demandé à rester, alors que leur statut particulier leur permet d'aller jusqu'à 65 ans. Avec le nombre actuel de magistrats, soit 130 (opérationnels), répartis entre chambres nationales et territoriales, conjugué au nombre des partants à la retraite dans les deux années à venir, le corps des magistrats de la Cour des comptes est en voie de disparition.
5- Concernant «l'appel à des agents qualifiés du secteur public et à des experts»
Ce recours, prévu par l'article 58 du l'ordonnance n°95-20 susvisée, n'a jamais été mis en œuvre, il reste une simple déclaration de bonne intention, et ce n'est pas avec les bonnes intentions qu'on lutte contre la mauvaise gestion et la dilapidation des deniers publics.
En conclusion, les contrevérités du président de la Cour confirment, si besoin, l'ébauche du diagnostic alarmant que nous avons dressé dans notre premier communiqué. Nous réitérons, pour notre part, l'appel déjà lancé aux pouvoirs publics, afin de procéder à des changements à la tête de la Cour des comptes et de demander au président de la Cour des comptes et à son secrétaire général de rendre compte de leurs 25 ans de gestion catastrophique qui a déconstruit complètement cette institution constitutionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.