POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pari gagné !
14e FESTIVAL NATIONAL DE LA MUSIQUE ET DE LA CHANSON CITADINE DE ANNABA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 05 - 2019

Le rideau est tombé dans la soirée de mardi sur la 14e édition du Festival national de la musique et de la chanson citadine de Annaba après une semaine de soirées ayant vu le passage sur les planches du théâtre Azeddine-Medjoubi d'une cinquantaine d'artistes du chaâbi et du malouf qui ont enthousiasmé un public avide d'activités culturelles. Le pari a pu être gagné grâce aux bonnes volontés locales.
Ouverte dans la soirée de mercredi dernier, cette édition, contrairement aux précédentes, a été consacrée entièrement aux artistes locaux du chaâbi et du malouf. Et pour cause, la crise financière que connaît le pays depuis 2014 avec la chute du prix du baril de pétrole est passée par là. Une situation qui perdure ces quatre dernières années, selon le directeur local de la culture, Idriss Boudiba.
Il affirme que, durant toute cette période, le festival n'a bénéficié d'aucune subvention alors qu'il s'agit d'un festival national, dont l'institution remonte à près de quinze ans.
Un festival qui tend, chaque mois de Ramadhan, à préserver la mémoire artistique et perpétuer les traditions musicales de nos villes et cités dont certaines sont millénaires. Devant de subvention en bonne et due forme de la tutelle, le wali de Annaba, Toufik Mezhoud, a tenu à ce que cette édition se tienne quand même. De l'avis du directeur de la culture, le chef de l'exécutif de wilaya n'a «ménagé aucun effort pour soutenir et encourager cette importante manifestation culturelle» qui s'est tenue avec la participation d'artistes (chanteurs et musiciens) exclusivement annabis.
Outre le fait de tisser un lien fort entre nouvelle et ancienne génération d'artistes, c'est aussi l'occasion de faire émerger et connaître des talents artistiques à qui on n'avait pas accordé l'intérêt auquel ils aspirent.
Certaines voix de ces jeunes artistes auraient pu percer s'il y avait un minimum d'attention de la part des responsables de la culture au niveau local et national.
Le passage sur scène des jeunes artistes était mêlé à d'autres plus chevronnés, connus et reconnus localement et à travers le pays. Parmi ces derniers, il y a lieu de citer le célèbre cheikh du chaâbi à Annaba Cheikh Ibrahim Bey.
Depuis plus de 50 ans, ce dernier émerveille et enchante le public en interprétant de magnifiques qsidate à chacune de ses apparitions. Il estime qu'il faut plus d'événements de ce genre, afin de pouvoir transmettre le maximum. Pour le doyen du chaâbi à Annaba, «il n'y a aucune crainte à avoir quant à la sauvegarde de notre patrimoine musical. La ville de Annaba regorge de jeunes talents et de chanteurs hors-pair. La relève est là et le niveau est, tout simplement, exceptionnel».
D'autres artistes ayant marqué et enrichi le genre malouf de Annaba ont été honorés lors de ce festival. Il s'agit des défunts Hassan El Annabi, Ali Mabrouk et Mohamed Bouhara.
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.