Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pari gagné !
14e FESTIVAL NATIONAL DE LA MUSIQUE ET DE LA CHANSON CITADINE DE ANNABA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 05 - 2019

Le rideau est tombé dans la soirée de mardi sur la 14e édition du Festival national de la musique et de la chanson citadine de Annaba après une semaine de soirées ayant vu le passage sur les planches du théâtre Azeddine-Medjoubi d'une cinquantaine d'artistes du chaâbi et du malouf qui ont enthousiasmé un public avide d'activités culturelles. Le pari a pu être gagné grâce aux bonnes volontés locales.
Ouverte dans la soirée de mercredi dernier, cette édition, contrairement aux précédentes, a été consacrée entièrement aux artistes locaux du chaâbi et du malouf. Et pour cause, la crise financière que connaît le pays depuis 2014 avec la chute du prix du baril de pétrole est passée par là. Une situation qui perdure ces quatre dernières années, selon le directeur local de la culture, Idriss Boudiba.
Il affirme que, durant toute cette période, le festival n'a bénéficié d'aucune subvention alors qu'il s'agit d'un festival national, dont l'institution remonte à près de quinze ans.
Un festival qui tend, chaque mois de Ramadhan, à préserver la mémoire artistique et perpétuer les traditions musicales de nos villes et cités dont certaines sont millénaires. Devant de subvention en bonne et due forme de la tutelle, le wali de Annaba, Toufik Mezhoud, a tenu à ce que cette édition se tienne quand même. De l'avis du directeur de la culture, le chef de l'exécutif de wilaya n'a «ménagé aucun effort pour soutenir et encourager cette importante manifestation culturelle» qui s'est tenue avec la participation d'artistes (chanteurs et musiciens) exclusivement annabis.
Outre le fait de tisser un lien fort entre nouvelle et ancienne génération d'artistes, c'est aussi l'occasion de faire émerger et connaître des talents artistiques à qui on n'avait pas accordé l'intérêt auquel ils aspirent.
Certaines voix de ces jeunes artistes auraient pu percer s'il y avait un minimum d'attention de la part des responsables de la culture au niveau local et national.
Le passage sur scène des jeunes artistes était mêlé à d'autres plus chevronnés, connus et reconnus localement et à travers le pays. Parmi ces derniers, il y a lieu de citer le célèbre cheikh du chaâbi à Annaba Cheikh Ibrahim Bey.
Depuis plus de 50 ans, ce dernier émerveille et enchante le public en interprétant de magnifiques qsidate à chacune de ses apparitions. Il estime qu'il faut plus d'événements de ce genre, afin de pouvoir transmettre le maximum. Pour le doyen du chaâbi à Annaba, «il n'y a aucune crainte à avoir quant à la sauvegarde de notre patrimoine musical. La ville de Annaba regorge de jeunes talents et de chanteurs hors-pair. La relève est là et le niveau est, tout simplement, exceptionnel».
D'autres artistes ayant marqué et enrichi le genre malouf de Annaba ont été honorés lors de ce festival. Il s'agit des défunts Hassan El Annabi, Ali Mabrouk et Mohamed Bouhara.
A. Bouacha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.