Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Référendum sur l'amendement de la Constitution: début du scrutin dans les zones éloignées de la wilaya de Nâama    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    Le Président Tebboune reçoit des messages de vœux de prompt rétablissement    L'ouverture de "consulats" dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois    Covid-19: 306 nouveaux cas, 184 guérisons et 8 décès    La valorisation de l'œuvre de Mohamed, le Sceau des messagers, au centre d'une conférence    Bendouda : un plan précis en voie d'élaboration pour dynamiser les établissements culturels    Mawlid Ennabawi: extinction de 7 incendies domestiques et feux de forêts dans 3 wilayas    Covid-19 : neuf nouvelles wilayas concernées par les mesures de confinement    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Triciti tueur de chroniques!    Référendum, les jeunes, le FLN, Seif al-Hadjadj...    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Plus d'un demi-million de cas de malnutrition aiguë    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Soumana prêté une saison au NC Magra    «Considérer les joueurs de l'Unaf comme des étrangers»    Victoire en amical devant le NAHD    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    "Je suis un athlète propre !"    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    La défense pointe du doigt de nombreuses irrégularités    Blocage    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Pôles d'excellence    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un «non-lieu» inévitable
ELECTION PRESIDENTIELLE DU 4 JUILLET
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 05 - 2019

L'élection présidentielle du 4 juillet a tout l'air de relever déjà du passé avant même l'avènement de sa date comme sa précédente du 18 avril, ajournée suite à la pression de la rue qui ne veut pas entendre parler d'un quelconque scrutin sous le parrainage des restes du régime en place.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Tout le monde en est convaincu, même parmi ceux qui ont le souci de ne pas sortir du cadre strictement constitutionnel et ceux qui s'attellent à sa préparation, l'élection présidentielle du 4 juillet prochain n'aura probablement pas lieu. Même le chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale n'y a pas fait explicitement mention dans sa sortie à Ouargla, lui qui s'est juste contenté d'appeler à «l'accélération de l'installation d'une instance indépendante chargée de l'organisation et la surveillance des élections».
Un détail de taille qui n'a pas échappé à la vigilance d'observateurs surtout que Ahmed Gaïd Salah s'est dit, un peu plus loin, soucieux de la «nécessaire organisation de la présidentielle afin de sortir de la conjoncture actuelle et entamer une phase de réformes radicales sérieuses», sans s'attarder sur le timing de cette échéance que tout le monde appelle mais selon des scénarios et des démarches autres que celle préconisée en haut lieu. Surtout que la mise en place de pareille instance, non prévue dans la loi fondamentale du pays qui, elle, parle d'une Haute Instance indépendante de surveillance des élections, dissoute par l'ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika quelques jours seulement avant sa déchéance, suppose bien de procédures et d'autres mécanismes d'accompagnement, comme la révision de la loi électorale, nécessitant débats et consensus, loin de ce que suggère la Constitution.
Autant de préalables pour organiser des élections conformément aux exigences de crédibilité et de transparence du mouvement populaire qui font que, logiquement, l'élection du 4 juillet prochain est impossible à tenir. D'où, d'ailleurs, le plaidoyer d'une quasi-majorité d'acteurs politiques dont même le FLN, syndicaux, personnalités nationales et autre société civile, pour le report de ce scrutin présidentiel.
Il reste, cependant, l'artifice à trouver pour justifier cette démarche. Visiblement, on ne voudrait pas en haut lieu rééditer le scénario de l'annulation «anticonstitutionnelle» des élections du 18 avril dernier par le Président démissionnaire. On agirait ainsi tout autrement en brandissant, fort probablement comme argument en béton, le fait qu'aucun parmi les 75 candidats à la candidature n'ait pu déposer son dossier auprès du Conseil constitutionnel à la date-butoir, demain vendredi à minuit, le seul postulant capable de réunir les signatures d'électeurs et d'élus locaux nécessaires, Abdelaziz Bélaïd, songerait, par conviction ou «vivement conseillé», à renoncer, à la dernière minute, à concourir dans un scrutin rejeté par la quasi-majorité du peuple.
Ce qui constitue un cas que ne prévoit pas la Constitution, ouvrant grande ouverte la porte à la jurisprudence constitutionnelle qui se situe au «croisement» de l'exigence de l'enclenchement d'une transition démocratique prônée par une grande majorité et d'une solution constitutionnelle à laquelle tient le pouvoir.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.