UGTA: Appel à la sauvegarde des salaires et des emplois    Près de 37 millions d'abonnés à l'Internet mobile    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Le formidable élan de solidarité des Algériens    1.572 cas confirmés et 205 morts enregistrés    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    Tebboune nomme un directeur général adjoint    Coronavirus: 104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès    Général-major Chanegriha : l'ANP prête à soutenir le système sanitaire national dans la lutte contre le coronavirus    104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès en Algérie    Liverpool: Sadio Mané prêt à tous les sacrifices pour le Ballon d'or    Réunion Opep-non Opep : garantir les conditions d'équilibre pour une reprise du marché    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    On vous le dit    Le Président Tebboune désigne Abdelghani Rachedi Directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    Barça : Ca chauffre entre les dirigeants !    Journées virtuelles du court métrage: audience appréciable, organisateurs satisfaits    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Covid 19: proposition d'un revenu au profit des travailleurs privés affectés par la crise    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La "citoyenne du monde" revisitée en pleine crise sanitaire    Les avocats appellent à la libération de Brahim Laâlami    La Banque d'Algérie annonce des mesures de soutien    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Bourebbou reconnaît : "Je suis fils de harki"    Après la pandémie, gouverner autrement    ASO Chlef : Les joueurs en contact avec le préparateur physique    AGE des Ligues de Wilaya : Les experts et la loi    Université Ferhat Abbas-Sétif I : L'outil informatique, un élément d'une équation à plusieurs inconnus    Royaume-Uni : Transféré en soins intensifs, Boris Johnson lutte pour sa survie    Pandémie du nouveau coronavirus : La France toujours en «phase d'aggravation»    Pandémie de coronavirus en Afrique : L'appel à l'aide de Moussa Faki Mahamat    Enseignement à distance : Les cours basculent sur le Net    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    Riche programme culturel sur le web    Mahmoud Aroua. Médecin anesthésiste-réanimateur et auteur : «L'exercice de la médecine enrichit l'imagination»    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un «non-lieu» inévitable
ELECTION PRESIDENTIELLE DU 4 JUILLET
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 05 - 2019

L'élection présidentielle du 4 juillet a tout l'air de relever déjà du passé avant même l'avènement de sa date comme sa précédente du 18 avril, ajournée suite à la pression de la rue qui ne veut pas entendre parler d'un quelconque scrutin sous le parrainage des restes du régime en place.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Tout le monde en est convaincu, même parmi ceux qui ont le souci de ne pas sortir du cadre strictement constitutionnel et ceux qui s'attellent à sa préparation, l'élection présidentielle du 4 juillet prochain n'aura probablement pas lieu. Même le chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale n'y a pas fait explicitement mention dans sa sortie à Ouargla, lui qui s'est juste contenté d'appeler à «l'accélération de l'installation d'une instance indépendante chargée de l'organisation et la surveillance des élections».
Un détail de taille qui n'a pas échappé à la vigilance d'observateurs surtout que Ahmed Gaïd Salah s'est dit, un peu plus loin, soucieux de la «nécessaire organisation de la présidentielle afin de sortir de la conjoncture actuelle et entamer une phase de réformes radicales sérieuses», sans s'attarder sur le timing de cette échéance que tout le monde appelle mais selon des scénarios et des démarches autres que celle préconisée en haut lieu. Surtout que la mise en place de pareille instance, non prévue dans la loi fondamentale du pays qui, elle, parle d'une Haute Instance indépendante de surveillance des élections, dissoute par l'ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika quelques jours seulement avant sa déchéance, suppose bien de procédures et d'autres mécanismes d'accompagnement, comme la révision de la loi électorale, nécessitant débats et consensus, loin de ce que suggère la Constitution.
Autant de préalables pour organiser des élections conformément aux exigences de crédibilité et de transparence du mouvement populaire qui font que, logiquement, l'élection du 4 juillet prochain est impossible à tenir. D'où, d'ailleurs, le plaidoyer d'une quasi-majorité d'acteurs politiques dont même le FLN, syndicaux, personnalités nationales et autre société civile, pour le report de ce scrutin présidentiel.
Il reste, cependant, l'artifice à trouver pour justifier cette démarche. Visiblement, on ne voudrait pas en haut lieu rééditer le scénario de l'annulation «anticonstitutionnelle» des élections du 18 avril dernier par le Président démissionnaire. On agirait ainsi tout autrement en brandissant, fort probablement comme argument en béton, le fait qu'aucun parmi les 75 candidats à la candidature n'ait pu déposer son dossier auprès du Conseil constitutionnel à la date-butoir, demain vendredi à minuit, le seul postulant capable de réunir les signatures d'électeurs et d'élus locaux nécessaires, Abdelaziz Bélaïd, songerait, par conviction ou «vivement conseillé», à renoncer, à la dernière minute, à concourir dans un scrutin rejeté par la quasi-majorité du peuple.
Ce qui constitue un cas que ne prévoit pas la Constitution, ouvrant grande ouverte la porte à la jurisprudence constitutionnelle qui se situe au «croisement» de l'exigence de l'enclenchement d'une transition démocratique prônée par une grande majorité et d'une solution constitutionnelle à laquelle tient le pouvoir.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.