Défilé de VIP devant les juges    Que dira Gaïd Salah ?    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Le FLN réitère sa revendication de la démission de Bouchareb de la présidence de l'APN    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    Jeux africains de plage: trois nouvelles médailles dont deux en vermeil pour l'Algérie    CAT: l'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    Schizophrénie: la difficulté de la prise en charge face à la complexité de la pathologie (conférenciers)    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un «non-lieu» inévitable
ELECTION PRESIDENTIELLE DU 4 JUILLET
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 05 - 2019

L'élection présidentielle du 4 juillet a tout l'air de relever déjà du passé avant même l'avènement de sa date comme sa précédente du 18 avril, ajournée suite à la pression de la rue qui ne veut pas entendre parler d'un quelconque scrutin sous le parrainage des restes du régime en place.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Tout le monde en est convaincu, même parmi ceux qui ont le souci de ne pas sortir du cadre strictement constitutionnel et ceux qui s'attellent à sa préparation, l'élection présidentielle du 4 juillet prochain n'aura probablement pas lieu. Même le chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale n'y a pas fait explicitement mention dans sa sortie à Ouargla, lui qui s'est juste contenté d'appeler à «l'accélération de l'installation d'une instance indépendante chargée de l'organisation et la surveillance des élections».
Un détail de taille qui n'a pas échappé à la vigilance d'observateurs surtout que Ahmed Gaïd Salah s'est dit, un peu plus loin, soucieux de la «nécessaire organisation de la présidentielle afin de sortir de la conjoncture actuelle et entamer une phase de réformes radicales sérieuses», sans s'attarder sur le timing de cette échéance que tout le monde appelle mais selon des scénarios et des démarches autres que celle préconisée en haut lieu. Surtout que la mise en place de pareille instance, non prévue dans la loi fondamentale du pays qui, elle, parle d'une Haute Instance indépendante de surveillance des élections, dissoute par l'ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika quelques jours seulement avant sa déchéance, suppose bien de procédures et d'autres mécanismes d'accompagnement, comme la révision de la loi électorale, nécessitant débats et consensus, loin de ce que suggère la Constitution.
Autant de préalables pour organiser des élections conformément aux exigences de crédibilité et de transparence du mouvement populaire qui font que, logiquement, l'élection du 4 juillet prochain est impossible à tenir. D'où, d'ailleurs, le plaidoyer d'une quasi-majorité d'acteurs politiques dont même le FLN, syndicaux, personnalités nationales et autre société civile, pour le report de ce scrutin présidentiel.
Il reste, cependant, l'artifice à trouver pour justifier cette démarche. Visiblement, on ne voudrait pas en haut lieu rééditer le scénario de l'annulation «anticonstitutionnelle» des élections du 18 avril dernier par le Président démissionnaire. On agirait ainsi tout autrement en brandissant, fort probablement comme argument en béton, le fait qu'aucun parmi les 75 candidats à la candidature n'ait pu déposer son dossier auprès du Conseil constitutionnel à la date-butoir, demain vendredi à minuit, le seul postulant capable de réunir les signatures d'électeurs et d'élus locaux nécessaires, Abdelaziz Bélaïd, songerait, par conviction ou «vivement conseillé», à renoncer, à la dernière minute, à concourir dans un scrutin rejeté par la quasi-majorité du peuple.
Ce qui constitue un cas que ne prévoit pas la Constitution, ouvrant grande ouverte la porte à la jurisprudence constitutionnelle qui se situe au «croisement» de l'exigence de l'enclenchement d'une transition démocratique prônée par une grande majorité et d'une solution constitutionnelle à laquelle tient le pouvoir.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.