Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    Gaïd Salah salue l'adhésion du peuple autour de son armée et sa détermination à faire réussir la Présidentielle du 12 décembre    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Trois manifestants blessés    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    Mwepu et Daka rappelés    L'Algérie, un marché à potentiel    Remous à l'Ecole algérienne de Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins
CANDIDATURES À L'ELECTION PRESIDENTIELLE DU 4 JUILLET
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 05 - 2019

Alors que la date-butoir pour le dépôt des dossiers de candidature à la candidature à l'élection présidentielle du 4 juillet prochain interviendra vendredi prochain à minuit, il est certain que ça ne se bousculera pas devant le siège du Conseil constitutionnel.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Ils sont quand même 74 citoyens dont trois chefs de partis, à savoir le secrétaire général de l'Alliance nationale républicaine (ANR), le président du Front El Moustakbel et celui du Front algérien pour le développement, liberté et équité (FADLE) à avoir, jusqu'à jeudi dernier, retiré les formulaires de souscription de signatures individuelles à la candidature à l'élection de la présidence de la République, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire rendu public samedi. Un nombre en nette décrue par rapport aux plus de 200 citoyens qui avaient fait de même pour l'élection présidentielle du 18 avril écoulé annulée sous la pression de la rue.
Une pression qui se poursuit encore et avec plus de vigueur en ce qui concerne le rendez-vous du 4 juillet prochain avec un refus on ne peut plus clair des citoyens, de la société civile, des syndicats, des diverses corporations professionnelles, partis politiques ou personnalités nationales qui tiennent à ce qu'aucune élection ne se tienne sous le parrainage du système en place, notamment le personnel hérité de l'ère du président de la République déchu, Abdelaziz Bouteflika.
Un rejet quasi-unanime qui fait que le scrutin projeté pour le 4 juillet est tout simplement impossible à tenir et est sérieusement compromis, et son report ne tarderait pas à être signifié comme ce fut le cas pour celui du 18 avril dernier.
Une perspective qui fait que même les deux seuls «gros bras» parmi la pléthore de candidats à la candidature, Belkacem Sahli et Abdelaziz Bélaïd, risquent de ne pas se présenter auprès du Conseil constitutionnel. Le chargé de la communication du Front el Moustaqbal soutenait, hier dimanche, que si l'opération de collecte des signatures des 600 élus ne pose pas problème pour le parti qui en compte plus, il n'est pas sûr, cependant, que Bélaïd dépose le dossier. Raouf Mammeri soutient que c'est au bureau national du Front que reviendra la résolution finale y afférente, une instance en session ouverte qui se réunira la veille ou le jour de l'expiration des délais de collecte des signatures pour décider. Il est fort possible que le Front el Moustaqbal réédite le coup de mars dernier quand, à la toute dernière minute, il avait décidé de geler la candidature de son président, ayant flairé l'annulation des élections du 18 avril dernier.
La même attitude attentiste est de mise chez le secrétaire général de l'ANR. S'il se dit confiant quant à sa capacité à réunir les 600 paraphes d'élus locaux, ceci même si le parti n'en compte que 280, des élus d'autres partis et autres indépendants auraient consenti à le parrainer, Sahli n'écarte pas de geler sa candidature.
Le bureau national du parti se réunira la veille de l'expiration des délais constitutionnels de collecte des signatures pour décider. Une instance exécutive qui, rappelle notre interlocuteur, avait émis des «préalables comme le départ du président de l'APN et celui du Premier ministre et la mise sur pied d'une commission indépendante d'organisation des élections. Des mesures qui objectent d'accompagner le mouvement populaire dans ses doléances», estime le secrétaire général de l'ANR.
Et parce que ces préalables sont loin d'être satisfaits, il est fort probable que Sahli renonce à sa candidature.
Ceci dit, et en dehors de ces deux candidatures en vue et dont la défection est plus que probable, l'on voit mal le reste des candidats à la candidature, totalement anonymes et inconnus quand certains ne sont pas tout simplement des «plaisantins» que bien de médias, notamment des chaînes de télévision offshores en mal de «scoops», prennent en charge. Il reste le cas Ali Ghediri qui, même s'il n'a pas retiré les formulaires de souscription y afférents, tient à sa candidature à l'élection présidentielle du 4 juillet prochain.
Pour le général à la retraite, son dossier de candidature pour les élections avortées du 18 avril dernier et qu'il avait déposé auprès du Conseil constitutionnel est valable pour le prochain scrutin présidentiel, estimant qu'il n'est pas tenu de retirer et de faire signer les formulaires de parrainage.
Ghediri crie à qui veut bien l'entendre que son dossier est «ficelé et est au niveau du Conseil constitutionnel», lui qui estime qu'il est «anormal que je retire de nouveau les formulaires de parrainage puisque j'ai rempli toutes les conditions liées à l'élection présidentielle et mon dossier est prêt».
Pour lui, l'annulation des élections du 18 avril dernier est «illégale et anticonstitutionnelle», appelant, dans ce sens, ceux qui ont pris cette décision à prendre en considération tous les dossiers déposés auprès du Conseil constitutionnel pour les besoins de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.