Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Législatives: Presque tous y vont
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 11 - 2016

Le président de la République a procédé à la nomination de l'ancien ministre chargé des Relations avec le Parlement, Abdelwahab Derbal, à la tête de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE).
Le communiqué de la présidence, rendu public hier, rappelait la démarche constitutionnelle et la saisie par écrit, pour consultation, des 70 partis politiques agréés, au sujet de la proposition de M. Derbal, pour la présidence de la HIISE.
Les formations politiques avaient, jusqu'à fin octobre, pour se prononcer sur la nomination jugée d'un homme proche des islamistes. Selon le communiqué en question, le cabinet de la présidence de la République a reçu 60 réponses entre 47 accords, 9 réserves et 4 objections. Ces réponses renseignent sur la prochaine participation aux élections législatives prévues le 20 avril prochain puisqu'on se dirige vers l'adhésion de la majorité des partis politiques à cette échéance électorale. Les partis qui ont exprimé des réponses réservées, motivent leur choix par la demande, au préalable, de la mise en place d'une instance indépendante chargée de l'organisation des élections. Si le CV de Derbal ne laisse pas indifférent, ancien député d'Ennahda et ambassadeur d'Algérie en Arabie Saoudite jusqu'au printemps dernier, juriste de formation, dirigeant, également, le Bureau de la Ligue arabe auprès de l'UE, c'est toute la commission de surveillance dans sa formule actuelle qui est remise en cause par l'opposition qui y voit un simple prolongement de l'Administration. Elle reproche à ces 410 membres d'être nommés par le chef de l'Etat, entre les magistrats proposés par le Conseil supérieur de la Magistrature et «les compétences indépendantes issues de la société civile, représentant toutes les wilayas et la Communauté nationale, à l'étranger, ainsi que tous les acteurs de la société civile». Selon les textes en vigueur, cette instance veillera en théorie «à la transparence et à la probité des élections présidentielles, législatives et locales et du référendum, depuis la convocation du corps électoral jusqu'à la proclamation des résultats provisoires du scrutin». En théorie, seulement, selon l'opposition qui s'appuie sur les expériences passées pour émettre des doutes sur sa probité ou du moins sur sa neutralité. En effet, des sujets aussi sensibles que la révision des listes électorales ou leur remise aux candidats font toujours polémique. Ali Benflis, le président Talaïe el Houriet, avait déclaré ne pas trop se faire d'illusions quant à une probable «rédemption» du pouvoir à travers la constitutionnalisation d'une Haute instance indépendante de surveillance des élections. Il lui reproche de se retrouver sous l'emprise de l'institution présidentielle, expliquant que «c'est à travers la préparation et l'organisation des élections que la logistique de la fraude se met en place». Louisa Hanoune qualifiera, quant à elle, cette instance de «foire» de par sa composante pléthorique de 410 membres. Pourtant, l'annonce par Bouteflika, en mars 2015, de l'institution d'un mécanisme indépendant de surveillance des élections avait été saluée aussi bien par les formations politiques du pouvoir que celles dites de l'opposition qui y ont vu un gage de garantie concernant les prochaines échéances électorales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.