POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahli et Belaïd se retirent de la course
ELECTION PRESIDENTIELLE DU 4 JUILLET
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 05 - 2019

Les deux candidats les plus en vue à la candidature à la présidentielle du 4 juillet prochain, Abdelaziz Belaïd et Belkacem Sahli, ne se sont pas rendus, hier, au Conseil constitutionnel pour déposer leurs dossiers de candidature.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Le secrétaire général de l'ANR (Alliance nationale républicaine) et le président du front El Moustakbal, ont, en effet, décidé de se retirer du prochain scrutin présidentiel pour, pratiquement les mêmes raisons. A savoir que les conditions d'un scrutin apaisé et transparent ne sont pas réunies dans le sillage du mouvement populaire sans précédent que connaît le pays depuis le 22 février écoulé. Une dynamique citoyenne qui récuse justement ces élections au motif qu'elles sont supervisées par ce qui reste de la «bande».
Les deux candidats ont, en effet, émis des préalables à leur participation à cette élection. Dont notamment la mise sur pied d'une instance indépendante d'organisation des élections, l'absence de concurrence, la non-concrétisation du dialogue auquel a appelé le commandement de l'armée et le contexte politique exceptionnel marqué par la révolte populaire.
Des préalables qui n'ont pas connu de suite et qui ont fait que les bureaux nationaux de l'ANR et du front El Moustakbal ont décidé, hier samedi, respectivement de «geler» la candidature et de se retirer de la course.
Ceci même si les deux leaders politiques soutiennent avoir honoré les conditions afférentes à leurs candidatures comme exigé par la loi portant régime électoral, notamment la récolte des fameux parrainages d'électeurs.
Les deux candidats ont opté pour la collecte des parrainages d'élus locaux et nationaux au nombre de 600 répartis sur 25 wilayas. C'est ainsi que Sahli affirme avoir collecté 731 parrainages d'élus locaux et nationaux à travers 33 wilayas du pays. Une prouesse tant le parti ne dispose que de 280 élus. D'où la sollicitation d'élus indépendants et d'autres issus de partis politiques auxquels il a tenu, d'ailleurs, à exprimer sa reconnaissance.
Abdelaziz Belaïd soutient, pour sa part, avoir réuni les signatures d'élus nécessaires, sans en révéler leur consistance exacte, réitère sa conviction que le «processus politique dans le cadre constitutionnel est la seule voie de sortie de crise».
Avec la défection de Belaïd et de Sahli, on voit mal un autre postulant à la candidature, parmi les 77 qui se sont manifestés auprès du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, pouvoir réunir les conditions requises tant ils sont, pour leur quasi-majorité, des inconnus.
Ce qui pourrait aboutir à une situation inédite dans l'histoire du pays avec le risque sérieux qu'aucun candidat ne se présente par-devant le Conseil constitutionnel. Encore faut-il que ce dernier valide, au bout de 10 jours, les éventuels dossiers qui seraient déposés, les délais ayant expiré hier à minuit.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.