Les syndromes coronaires aigus, 1ère cause de mortalité en Algérie    Le Conseil de la nation prend part à l'Eucoco en Espagne    La campagne électorale se déroule dans le calme et la sérénité la plus totale    Décès du chanteur chaâbi Cheikh Liamine    Concours "Hult prize": trois projets d'étudiants de Tlemcen choisis    Algérie-EAU: les voies de développement des relations bilatérales évoquées    Wilaya d'Alger: signature de marchés pour le raccordement au réseau de gaz et d'électricité    Eucoco/Sahara occidental: plus de 500 personnes prennent part aux travaux de la Conférence    Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Bengrina s'en prend à l'opposition    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Le corps électoral global avoisine les 24,5 millions d'inscrits    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Tractations tous azimuts pour la formation du gouvernement    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    Se disputer avec soi-même    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    Sahara occidental : 15 e Congrès du Polisario : conférences préparatoires au niveau de l'Armée sahraouie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle : une élection sans candidats
Le délai de dépôt deS DOSSIERs expire aujourd'hui à minuit
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Sauf surprise, les deux seuls chefs de parti potentiellement connus, Belkacem Sahli et Abdelaziz Belaïd, n'envisagent pas de faire le déplacement au Conseil constitutionnel, ce samedi.
Le délai de dépôt des candidatures au scrutin présidentiel du 4 juillet prochain auprès du Conseil constitutionnel, expire le 25 mai à minuit, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, de l'Aménagement du territoire et des Collectivités locales. L'article 140 de la loi organique portant régime électoral est pris comme référence. Ce dernier édicte : "La déclaration de candidature doit être déposée, au plus tard, dans les 45 jours suivant la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral." Considérant que ledit décret a été signé, par le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, le 9 avril dernier, les délais constitutionnels pour cette opération expiraient hier, vendredi 24 mai à minuit. Le calcul est simple. Les pouvoirs publics ont recouru subtilement à ce glissement de 24 heures, probablement pour que cette phase cruciale du processus électoral ne coïncide pas avec le vendredi, jour des grandes marches nationales contre le régime. Peine perdue. Les Algériens se sont déjà positionnés, clairement et massivement, contre la tenue de la présidentielle à la date fixée par les autorités du pays. Les partis politiques formant l'ex-alliance présidentielle (FLN, RND, TAJ et MPA) soutiennent le scrutin, mais sans présenter ou cautionner une candidature particulière, jusqu'à présent. Il en est de même pour des formations politiques, groupuscules et personnalités restées fidèles aux tenants du système. En définitive, la classe politique dans sa quasi-globalité et la société civile rejettent la feuille de route imposée par le chef de l'institution militaire. Le pays s'achemine vers une situation inédite dans les annales — sans doute dans le monde aussi — : une élection présidentielle boycottée par le corps électoral par anticipation et sans candidats d'envergure à la plus haute fonction dans la hiérarchie de l'Etat. À la dernière mise à jour, le département de l'Intérieur a indiqué que 77 lettres d'intention ont été déposées auprès des services chargés de la présidentielle. La liste est remplie à 99% de noms d'anonymes. Seuls trois chefs de parti politique ont exprimé une volonté de postuler à la magistrature suprême en retirant les formulaires de candidature. Le driver du Front algérien pour le développement, la liberté et l'équité (Fadle), est un inconnu de l'opinion publique. Restent à connaître les décisions finales de Belkacem Sahli, président de l'ANR et d'Abdelaziz Belaïd, chef de file du Front El-Moustakbal. Jusqu'à hier, aucun des deux prétendants potentiels à la présidence de la République, n'avait tranché la question. Il semblerait que Belkacem Sahli n'est pas parvenu à réunir les 600 parrainages d'élus, lui permettant de valider sa candidature. Abdelaziz Belaïd entretient le suspense sur sa participation jusqu'au bout. Il est acquis, par ailleurs, que le Conseil constitutionnel ne fera pas usage des dossiers de candidature, déposés au début du mois de mars pour le scrutin du 18 avril. La plupart des candidats n'ont pas renouvelé leurs intentions de rééditer l'expérience, dont le chef de l'Etat déchu, Abdelaziz Bouteflika, et le général à la retraite, Ali Ghediri.
Souhila Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.