Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle : une élection sans candidats
Le délai de dépôt deS DOSSIERs expire aujourd'hui à minuit
Publié dans Liberté le 25 - 05 - 2019

Sauf surprise, les deux seuls chefs de parti potentiellement connus, Belkacem Sahli et Abdelaziz Belaïd, n'envisagent pas de faire le déplacement au Conseil constitutionnel, ce samedi.
Le délai de dépôt des candidatures au scrutin présidentiel du 4 juillet prochain auprès du Conseil constitutionnel, expire le 25 mai à minuit, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, de l'Aménagement du territoire et des Collectivités locales. L'article 140 de la loi organique portant régime électoral est pris comme référence. Ce dernier édicte : "La déclaration de candidature doit être déposée, au plus tard, dans les 45 jours suivant la publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral." Considérant que ledit décret a été signé, par le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, le 9 avril dernier, les délais constitutionnels pour cette opération expiraient hier, vendredi 24 mai à minuit. Le calcul est simple. Les pouvoirs publics ont recouru subtilement à ce glissement de 24 heures, probablement pour que cette phase cruciale du processus électoral ne coïncide pas avec le vendredi, jour des grandes marches nationales contre le régime. Peine perdue. Les Algériens se sont déjà positionnés, clairement et massivement, contre la tenue de la présidentielle à la date fixée par les autorités du pays. Les partis politiques formant l'ex-alliance présidentielle (FLN, RND, TAJ et MPA) soutiennent le scrutin, mais sans présenter ou cautionner une candidature particulière, jusqu'à présent. Il en est de même pour des formations politiques, groupuscules et personnalités restées fidèles aux tenants du système. En définitive, la classe politique dans sa quasi-globalité et la société civile rejettent la feuille de route imposée par le chef de l'institution militaire. Le pays s'achemine vers une situation inédite dans les annales — sans doute dans le monde aussi — : une élection présidentielle boycottée par le corps électoral par anticipation et sans candidats d'envergure à la plus haute fonction dans la hiérarchie de l'Etat. À la dernière mise à jour, le département de l'Intérieur a indiqué que 77 lettres d'intention ont été déposées auprès des services chargés de la présidentielle. La liste est remplie à 99% de noms d'anonymes. Seuls trois chefs de parti politique ont exprimé une volonté de postuler à la magistrature suprême en retirant les formulaires de candidature. Le driver du Front algérien pour le développement, la liberté et l'équité (Fadle), est un inconnu de l'opinion publique. Restent à connaître les décisions finales de Belkacem Sahli, président de l'ANR et d'Abdelaziz Belaïd, chef de file du Front El-Moustakbal. Jusqu'à hier, aucun des deux prétendants potentiels à la présidence de la République, n'avait tranché la question. Il semblerait que Belkacem Sahli n'est pas parvenu à réunir les 600 parrainages d'élus, lui permettant de valider sa candidature. Abdelaziz Belaïd entretient le suspense sur sa participation jusqu'au bout. Il est acquis, par ailleurs, que le Conseil constitutionnel ne fera pas usage des dossiers de candidature, déposés au début du mois de mars pour le scrutin du 18 avril. La plupart des candidats n'ont pas renouvelé leurs intentions de rééditer l'expérience, dont le chef de l'Etat déchu, Abdelaziz Bouteflika, et le général à la retraite, Ali Ghediri.
Souhila Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.