Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mises en garde de Gaïd Salah
EMBLÈMES BRANDIS LORS DES MANIFESTATIONS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 06 - 2019

Le vice-ministre de la Défense nationale et chef de l'état-major de l'Armée nationale populaire, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah annonce avoir donné «des ordres et des instructions strictes aux forces de l'ordre », pour faire face aux tentatives «d'infiltrer les marches et porter d'autres emblèmes que notre emblème national par une infime minorité».
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Au 3e jour de sa visite à la 3e Région militaire de Béchar, le patron de l'armée axera en effet l'essentiel de son intervention sur cette question de l'emblème. Il dira, ainsi, devant les cadre, et les officiers de la région que : «Il m'appartient également en cette occasion d'attirer l'attention sur une question sensible, à savoir la tentative d'infiltrer les marches et porter d'autres emblèmes que notre emblème national par une infime minorité.» Assurément, il fait allusion, ici, au drapeau amazigh qui, depuis le début cet extraordinaire mouvement populaire, le 22 février dernier, est constamment brandi et adopté par des millions d'Algériens à travers tout le pays. Cet emblème, représentant non pas une entité ethnique ou politique, mais l'ensemble de l'Afrique du Nord, comme l'atteste sa présence dans l'ensemble des régions berbérophones des pays du Maghreb, est devenu également le symbole de la culture et de l'identité amazighes. Lors des marches, il n'est d'ailleurs pas déployé par les manifestants, contre l'emblème national, mais côte à côte avec lui. En dix-sept grandioses manifestations, cette cohabitation n'a jamais fait l'objet de la moindre tension entre les manifestants, nulle part. Il est, en outre, à relever qu'au contraire, s'agissant de l'emblème national officiel, jamais les Algériens, d'est en ouest, du nord au sud et au sein de l'immigration, toutes catégories sociales confondues, ne se sont réconciliés avec le drapeau national qu'ils portent tous, spontanément et avec fierté, que durant ces marches populaires. Et même pendant les jours de semaine où le drapeau et les couleurs nationales, vert, rouge et blanc sont déployées et brandis partout. C'est d'ailleurs, peut-être, le seul point qui fait l'unanimité de l'ensemble des Algériens lors des manifestations. Le chef d'état-major a, certes, tout à fait raison lorsqu'il dira que « l'Algérie ne possède qu'un seul drapeau pour lequel des millions de chouhada sont tombés en martyr. Un emblème unique qui représente le symbole de souveraineté de l'Algérie et de son indépendance, de son intégrité territoriale et de son unité populaire». Mais l'on s'interroge sur les motifs de son inquiétude lorsqu'il ajoutera qu'il est inacceptable de manipuler les sentiments et émotions du peuple algérien». Avant d'annoncer : «De ce fait, des ordres et des instructions ont été donnés aux forces de l'ordre pour une application rigoureuse des lois en vigueur et faire face à quiconque tente encore une fois d'affecter les sentiments des Algériens à propos de ce sujet sensible et délicat.» Concrètement, cela donnera lieu immanquablement à des tensions entre des manifestants et les forces de l'ordre lors des prochaines manifestations. Des tensions inutiles dont le pays peut vraiment se passer en cette conjoncture politique déjà assez difficile et compliquée. L'armée jette d'ailleurs tout son poids pour permettre au pays de traverser cette crise à moindre coût, tout en garantissant un fonctionnement normal, et surtout vital des institutions, réunir les conditions nécessaires pour l'organisation d'élection présidentielle crédible et, enfin, éviter des transitions aventureuses aux conséquences qui pourraient être fatales pour le pays. Gaïd Salah, qui a largement expliqué cette feuille de route de l'armée, pour faire face à la crise, à travers ses précédentes interventions à l'occasion de sa visite en 3e Région militaire, a préféré, hier mercredi, terminer son discours par une note d'optimisme : «Nulle crainte pour l'avenir de l'Algérie, pays des millions de chouhada, car elle saura, grâce à Allah le Tout-Puissant, puis grâce à ses enfants dévoués, comment se frayer son chemin vers un havre de paix. L'élan de développement reprendra avec une cadence plus rapide, une détermination plus forte et des objectifs plus nobles Il n'y aura plus de place à la crise économique, ni tout autre crise, une fois que l'Algérie se sera libérée des griffes de la bande, des prédateurs et de ceux qui ont trahi la confiance, et qu'elle restera attachée à son référentiel novembriste national. Car l'Algérie est capable, parfaitement capable, d'atteindre son ultime objectif : celui que lui voulaient nos valeureux chouhada». A noter, par ailleurs, que durant cette visite, Gaïd Salah a plus que jamais concentré son tir sur le règne de Abdelaziz Bouteflika.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.