Le projet de loi de finances complémentaire 2020 en chiffres    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Le déconfinement divise les Algériens    Dr Mohamed Bekkat Berkani évoque un "déconfinement territorial"    Plus de 5.000 poursuites judiciaires    Ouargla-Covid19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Plus de 10 000 agriculteurs sans carte professionnelle    ALGERIE-TURQUIE : Le président Tebboune s'entretient par téléphone avec Erdogan    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    8 soldats tués dans une attaque attribuée aux Houthis    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : L'accès à l'information relève du "droit au service public"    Le journaliste Drareni reste en prison    L'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières (PLFC 2020): des députés émettent des réserves    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les habitants de la cité Makhat protestent    4 826 individus arrêtés à Mascara    Des commerces sommés de fermer à Relizane    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Le HCA plaide pour l'élaboration d'"une carte linguistique de Tamazight" en Algérie    Covid19: 160 nouveaux cas, 211 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    The mask    Irresponsables !    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Embarek Houcinat n'est plus    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mises en garde de Gaïd Salah
EMBLÈMES BRANDIS LORS DES MANIFESTATIONS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 06 - 2019

Le vice-ministre de la Défense nationale et chef de l'état-major de l'Armée nationale populaire, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah annonce avoir donné «des ordres et des instructions strictes aux forces de l'ordre », pour faire face aux tentatives «d'infiltrer les marches et porter d'autres emblèmes que notre emblème national par une infime minorité».
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Au 3e jour de sa visite à la 3e Région militaire de Béchar, le patron de l'armée axera en effet l'essentiel de son intervention sur cette question de l'emblème. Il dira, ainsi, devant les cadre, et les officiers de la région que : «Il m'appartient également en cette occasion d'attirer l'attention sur une question sensible, à savoir la tentative d'infiltrer les marches et porter d'autres emblèmes que notre emblème national par une infime minorité.» Assurément, il fait allusion, ici, au drapeau amazigh qui, depuis le début cet extraordinaire mouvement populaire, le 22 février dernier, est constamment brandi et adopté par des millions d'Algériens à travers tout le pays. Cet emblème, représentant non pas une entité ethnique ou politique, mais l'ensemble de l'Afrique du Nord, comme l'atteste sa présence dans l'ensemble des régions berbérophones des pays du Maghreb, est devenu également le symbole de la culture et de l'identité amazighes. Lors des marches, il n'est d'ailleurs pas déployé par les manifestants, contre l'emblème national, mais côte à côte avec lui. En dix-sept grandioses manifestations, cette cohabitation n'a jamais fait l'objet de la moindre tension entre les manifestants, nulle part. Il est, en outre, à relever qu'au contraire, s'agissant de l'emblème national officiel, jamais les Algériens, d'est en ouest, du nord au sud et au sein de l'immigration, toutes catégories sociales confondues, ne se sont réconciliés avec le drapeau national qu'ils portent tous, spontanément et avec fierté, que durant ces marches populaires. Et même pendant les jours de semaine où le drapeau et les couleurs nationales, vert, rouge et blanc sont déployées et brandis partout. C'est d'ailleurs, peut-être, le seul point qui fait l'unanimité de l'ensemble des Algériens lors des manifestations. Le chef d'état-major a, certes, tout à fait raison lorsqu'il dira que « l'Algérie ne possède qu'un seul drapeau pour lequel des millions de chouhada sont tombés en martyr. Un emblème unique qui représente le symbole de souveraineté de l'Algérie et de son indépendance, de son intégrité territoriale et de son unité populaire». Mais l'on s'interroge sur les motifs de son inquiétude lorsqu'il ajoutera qu'il est inacceptable de manipuler les sentiments et émotions du peuple algérien». Avant d'annoncer : «De ce fait, des ordres et des instructions ont été donnés aux forces de l'ordre pour une application rigoureuse des lois en vigueur et faire face à quiconque tente encore une fois d'affecter les sentiments des Algériens à propos de ce sujet sensible et délicat.» Concrètement, cela donnera lieu immanquablement à des tensions entre des manifestants et les forces de l'ordre lors des prochaines manifestations. Des tensions inutiles dont le pays peut vraiment se passer en cette conjoncture politique déjà assez difficile et compliquée. L'armée jette d'ailleurs tout son poids pour permettre au pays de traverser cette crise à moindre coût, tout en garantissant un fonctionnement normal, et surtout vital des institutions, réunir les conditions nécessaires pour l'organisation d'élection présidentielle crédible et, enfin, éviter des transitions aventureuses aux conséquences qui pourraient être fatales pour le pays. Gaïd Salah, qui a largement expliqué cette feuille de route de l'armée, pour faire face à la crise, à travers ses précédentes interventions à l'occasion de sa visite en 3e Région militaire, a préféré, hier mercredi, terminer son discours par une note d'optimisme : «Nulle crainte pour l'avenir de l'Algérie, pays des millions de chouhada, car elle saura, grâce à Allah le Tout-Puissant, puis grâce à ses enfants dévoués, comment se frayer son chemin vers un havre de paix. L'élan de développement reprendra avec une cadence plus rapide, une détermination plus forte et des objectifs plus nobles Il n'y aura plus de place à la crise économique, ni tout autre crise, une fois que l'Algérie se sera libérée des griffes de la bande, des prédateurs et de ceux qui ont trahi la confiance, et qu'elle restera attachée à son référentiel novembriste national. Car l'Algérie est capable, parfaitement capable, d'atteindre son ultime objectif : celui que lui voulaient nos valeureux chouhada». A noter, par ailleurs, que durant cette visite, Gaïd Salah a plus que jamais concentré son tir sur le règne de Abdelaziz Bouteflika.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.