La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité
Il fait état d'instructions données aux forces de l'ordre pour appliquer la Loi à leur encontre
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2019

Cette sortie, perçue plutôt comme une menace, aura-t-elle un impact sur la mobilisation de demain, 18e vendredi de manifestations populaires ?
Nouvelle salve du général de corps d'armée contre les manifestants qui portent des emblèmes "autres que le drapeau national", allusion à l'emblème de l'amazighité déployé en nombre par les Algériens depuis le début de l'insurrection citoyenne en février dernier. Dans son allocution au troisième jour de sa visite à Béchar, hier, Ahmed Gaïd Salah a donc levé l'étendard contre ceux qu'il qualifie d'"infime minorité" qui tentent "d'infiltrer" les marches en déployant d'autres emblèmes que le drapeau national. "Il m'appartient également en cette occasion d'attirer l'attention sur une question sensible, à savoir la tentative d'infiltrer les marches et de porter d'autres emblèmes que notre emblème national par une infime minorité.
L'Algérie ne possède qu'un seul drapeau, pour lequel des millions de chouhada sont tombés en martyrs. Un emblème unique qui représente le symbole de la souveraineté de l'Algérie, de son indépendance, de son intégrité territoriale et de son unité populaire", a indiqué Ahmed Gaïd Salah. On ignore si le chef d'état-major cible également les porteurs du drapeau palestinien, très présent lors des marches du vendredi, mais tout semble indiquer qu'il vise plutôt l'emblème amazigh. Car ce n'est pas la première fois qu'il y fait référence. Pourtant, loin de constituer un attribut de souveraineté, cet emblème, dont l'existence remonte aux années 70 et qui est déployé à travers toute l'Afrique du Nord, renvoie à une référence identitaire reconnue et constitutionnalisée.
Mais à l'inverse des premières salves, Ahmed Gaïd Salah ne s'arrête pas là. Jugeant "inacceptable de manipuler les sentiments et émotions du peuple algérien", il a ajouté que "des ordres et des instructions stricts ont été donnés aux forces de l'ordre pour une application rigoureuse des lois en vigueur et faire face à quiconque tente, encore une fois, d'affecter les sentiments des Algériens quant à ce sujet sensible et délicat". "Il demeure certain que grâce aux dévoués et hommes de bonne volonté parmi les fils de l'Algérie, les sentiments des Algériens resteront intacts à tout jamais", ajoute-t-il. Cette sortie, qui est perçue plutôt comme une menace, aura-t-elle un impact sur la mobilisation de demain ? En tout cas, à ceux qui redoutent des lendemains incertains, face à une situation d'impasse totale, Ahmed Gaïd Salah se veut rassurant.
"Nulle crainte pour l'avenir de l'Algérie, pays des millions de chouhada, car elle saura, grâce à Allah Tout-Puissant, puis grâce à ses fils dévoués, comment se frayer un chemin vers un havre de paix. L'élan du développement reprendra avec une cadence plus rapide, une détermination plus forte et des objectifs plus nobles", dit-il. Mieux encore, il assure qu'il n'y aura pas de crise une fois que le pays se sera débarrassé de la bande qui a pillé ses richesses. "Il n'y aura plus de place à la crise économique ni à toute autre crise, une fois que l'Algérie se sera libérée des griffes de la bande, des prédateurs et de ceux qui ont trahi la confiance, et qu'elle restera attachée à son référentiel novembriste national. Car l'Algérie est capable, parfaitement capable, d'atteindre son ultime objectif, celui que lui voulaient nos valeureux chouhada", a-t-il conclu.

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.