Abdelghani Zaâlane acquitté dans l'affaire Tahkout    ANNABA : Installation de Madjid Aknouche à la tête de la sûreté de wilaya    POUR AVOIR INSULTE LES MEDECINS DE GARDE DU CHU ORAN : La chanteuse Sihem ‘'Japonia'' écrouée    ALGERIE POSTE : 374 milliards de dinars retirés en juin    Appels à une action urgente pour la libération des prisonniers sahraouis détenus dans les prisons marocaines    Football / FAF - Convocation d'une AGEx : réactions des clubs    AGRESSIONS CONTRE LE PERSONNEL MEDICAL : Le président Tebboune demande une loi    ERADICATION DES BIDONVILLES A ALGER : Lancement de l'opération de relogement des familles    554 nouveaux cas confirmés et 12 décès en Algérie    L'APC DE SOUAFLIA FERMEE PAR DES MANIFESTANTS : Les habitants du douar ‘'El Biode'' demandent une enquête    Pétrole : le Sahara Blend algérien progresse de plus de 14 dollars en juin    Aïd El Adha: un abattage rituel en règle pour prévenir la contamination au Covid19    Accord OPEP+: le taux de conformité est largement satisfaisant    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadrice de la République d'Indonésie en Algérie    Le nouveau record du Real Madrid    Anthar Yahia conseille Benchaâ à l'ES Tunis    Condoléances    Une alternative familiale    Nouvelle offensive de Seat    Quatre cadres, dont l'ex-directeur des ressources en eau, placés en détention préventive pour corruption    23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Le feu de forêt de Raouna maîtrisé    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Du débarquement des forces alliées en Algérie en 1942 et des dommages collatéraux causés aux populations autochtones    Jouer cartes sur table !    Au Cameroun, Alioum Moussa peint la fragilité du monde face au coronavirus    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    Abdellatif Bourayou devait signer hier son contrat    Le cas Prince Ibara réglé    Sonatrach rassure Cherif El-Ouazzani    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    La communauté internationale au chevet du Mali    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Verdict le 15 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité
Il fait état d'instructions données aux forces de l'ordre pour appliquer la Loi à leur encontre
Publié dans Liberté le 20 - 06 - 2019

Cette sortie, perçue plutôt comme une menace, aura-t-elle un impact sur la mobilisation de demain, 18e vendredi de manifestations populaires ?
Nouvelle salve du général de corps d'armée contre les manifestants qui portent des emblèmes "autres que le drapeau national", allusion à l'emblème de l'amazighité déployé en nombre par les Algériens depuis le début de l'insurrection citoyenne en février dernier. Dans son allocution au troisième jour de sa visite à Béchar, hier, Ahmed Gaïd Salah a donc levé l'étendard contre ceux qu'il qualifie d'"infime minorité" qui tentent "d'infiltrer" les marches en déployant d'autres emblèmes que le drapeau national. "Il m'appartient également en cette occasion d'attirer l'attention sur une question sensible, à savoir la tentative d'infiltrer les marches et de porter d'autres emblèmes que notre emblème national par une infime minorité.
L'Algérie ne possède qu'un seul drapeau, pour lequel des millions de chouhada sont tombés en martyrs. Un emblème unique qui représente le symbole de la souveraineté de l'Algérie, de son indépendance, de son intégrité territoriale et de son unité populaire", a indiqué Ahmed Gaïd Salah. On ignore si le chef d'état-major cible également les porteurs du drapeau palestinien, très présent lors des marches du vendredi, mais tout semble indiquer qu'il vise plutôt l'emblème amazigh. Car ce n'est pas la première fois qu'il y fait référence. Pourtant, loin de constituer un attribut de souveraineté, cet emblème, dont l'existence remonte aux années 70 et qui est déployé à travers toute l'Afrique du Nord, renvoie à une référence identitaire reconnue et constitutionnalisée.
Mais à l'inverse des premières salves, Ahmed Gaïd Salah ne s'arrête pas là. Jugeant "inacceptable de manipuler les sentiments et émotions du peuple algérien", il a ajouté que "des ordres et des instructions stricts ont été donnés aux forces de l'ordre pour une application rigoureuse des lois en vigueur et faire face à quiconque tente, encore une fois, d'affecter les sentiments des Algériens quant à ce sujet sensible et délicat". "Il demeure certain que grâce aux dévoués et hommes de bonne volonté parmi les fils de l'Algérie, les sentiments des Algériens resteront intacts à tout jamais", ajoute-t-il. Cette sortie, qui est perçue plutôt comme une menace, aura-t-elle un impact sur la mobilisation de demain ? En tout cas, à ceux qui redoutent des lendemains incertains, face à une situation d'impasse totale, Ahmed Gaïd Salah se veut rassurant.
"Nulle crainte pour l'avenir de l'Algérie, pays des millions de chouhada, car elle saura, grâce à Allah Tout-Puissant, puis grâce à ses fils dévoués, comment se frayer un chemin vers un havre de paix. L'élan du développement reprendra avec une cadence plus rapide, une détermination plus forte et des objectifs plus nobles", dit-il. Mieux encore, il assure qu'il n'y aura pas de crise une fois que le pays se sera débarrassé de la bande qui a pillé ses richesses. "Il n'y aura plus de place à la crise économique ni à toute autre crise, une fois que l'Algérie se sera libérée des griffes de la bande, des prédateurs et de ceux qui ont trahi la confiance, et qu'elle restera attachée à son référentiel novembriste national. Car l'Algérie est capable, parfaitement capable, d'atteindre son ultime objectif, celui que lui voulaient nos valeureux chouhada", a-t-il conclu.

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.