Une secousse tellurique de 3,2 enregistrée à Mostaganem    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Le général-major Tlemsani installé dans ses nouvelles fonctions    Les pistes de relance    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Où en est la réflexion pour l'examen d'une proposition de création d'une caisse des retraites ?    Douanes: mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires au niveau national    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Pékin sanctionne un diplomate et trois parlementaires américains    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Le personnel soignant appelle à la prévention    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    De nouvelles structures sanitaires réquisitionnées    Repêchage d'un corps à Sidi-Djelloul    Le Premier ministre achève sa visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Belkhir Mohand-Akli, le chanteur folk kabyle    Ligues 1 et 2: 23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Migration clandestine: l'approche algérienne dans le traitement du phénomène présentée    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    Le confinement durci dans 9 communes    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui a demandé à la potiche de parler ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 06 - 2019

Santé ! Le MAK remercie chaleureusement le service réanimation de la clinique …
… AGS !
Ça fait peur ! Et si ça ne vous fait pas peur, ça devrait, pourtant. Un jour, un ministre d'un gouvernement à qui l'on a assigné la mission, la seule mission de faire potiche au coin d'une pièce non éclairée se réveille pourtant bruyamment, s'étire les membres, se racle la gorge, puis lâche à la cantonade endormie : « Wallah que je réfléchis sérieusement à supprimer le français de l'université et à ne laisser que l'arabe et l'anglais comme langues d'études.» Pourquoi ce genre de «sorties » doit-il faire peur ? D'abord, parce que l'on découvre effaré qu'une potiche peut parler, ce qui, en soi, est effrayant pour le commun des mortels. Ensuite, parce que vous ne comprenez pas pourquoi un gouvernement à qui l'on a demandé de faire tapisserie veut soudain se lancer dans la manufacture textile ! Ya waldi ! Que tu ne parles que l'arabe et l'anglais comme l'a révélé mon canard, Le Soir d'Algérie, dans une précédente édition, c'est ton blème. A la limite, tu ne pratiquerais que le sumérien, que cela m'importerait autant que les géraniums de la voisine qui se dessèchent sur son balcon, faute d'arrosage. A la réflexion, je me sentirais même plus préoccupé et intéressé par le sort des géraniums de la voisine, si tu vois ce que je veux dire. Et puis, de manière plus précise, mesures-tu l'étendue gigantesque du gouffre dans lequel tu voudrais faire sombrer une université dézédienne déjà en bonne amorce de chute au fond, bien au fond du précipice ? Tu n'as pas pensé, en te réveillant ainsi, brutalement, et avant de proférer un truc aussi absurde à demander autour de toi ? Y a sidi, à consulter la tablée de collaborateurs du ministère, dont certains que j'ai l'honneur de connaître et qui sont d'une haute compétence pour leur demander juste ceci : «Vous ne pensez pas qu'avec ce genre d'initiatives, je vais passer pour une buse?» Non ? Même pas ? Ben alors, je pense que c'est d'autres compétences que tu as intérêt à consulter, et vite. Ou alors, plus prosaïquement, revenir à ta place. Celle dans le coin de la pièce, à l'ombre de cette p… de phase de transition ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.