Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    À propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (1re partie)    «Il est possible de parvenir à un accord», selon Khartoum    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Les touristes se font attendre    Makhloufi et tous les autres !    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Inspection plus vigoureuse    Confusion dans la remise des corps de deux personnes décédées du Covid-19    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    L'Algérie à la croisée des chemins    Marche à Paris pour la transition démocratique    Décès du général-major Hassen Alaïmia    La situation de plus en plus inquiétante à Sétif    6 décès et 441 nouveaux cas en 24 heures    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Saïd Chanegriha préside une cérémonie pour commémorer l'anniversaire de la fête de l'indépendance    L'alimentation en eau renforcée    Aïn El Turck: Les traversées clandestines reprennent après une brève accalmie    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée
Histoire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 06 - 2019

Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji (Alger) en musée public national, qui sera un monument témoignant des souffrances des détenus lors de l'occupation française, a indiqué, dernièrement, le directeur de la recherche et de réinsertion à la Direction générale de l'administration pénitentiaire, M. Bourbala Fayçal. Dans une déclaration à l'APS en marge de la commémoration du 62e anniversaire de l'exécution du chahid Ahmed Zabana, premier guillotiné à la prison de Serkadji, M. Bourbala a fait état de la poursuite des études pour la reconversion de cette prison en musée public national dans le cadre de la préservation de la Mémoire nationale.
Le décret exécutif de 2018, portant création d'un musée public national «Prison Serkadji», a permis l'élaboration des premières études qui se poursuivent actuellement pour le réaménagement de cet édifice, témoigne des souffrances des Algériens durant la guerre de Libération, a-t-il précisé. Pour rappel, le dossier de reconversion en musée de la prison de Serkadji, vidée entièrement de ses pensionnaires en novembre 2014, avait été confiée au ministère des Moudjahidine.
Surplombant la baie d'Alger, cette prison aurait été construite, selon les historiens, en 1856 sur le site d'une ancienne fortification turque, située dans la haute Casbah d'Alger. Au temps de la colonisation, elle portait le nom de «Prison de Barberousse», du nom du corsaire ottoman «Baba Aroudj».
La commémoration du 62e anniversaire de l'exécution du chahid Ahmed Zabana a été l'occasion pour les membres de l'Association des anciens condamnés à mort de se rassembler, au niveau de la cour de cette prison, pour se recueillir à la mémoire d'Ahmed Zabana et son de compagnon Abdelkader Ferradj. A ce propos, le président de l'Association, Mustapha Boudina, a rappelé que l'indépendance de l'Algérie était le seul objectif des sacrifices de ces héros. Les présents se sont remémorés les dernières minutes de ces deux chahids ainsi que leur «courage» avant leur exécution à la guillotine, utilisée pour la première fois.
Cette réunion des anciens condamnés à mort se veut une reconnaissance pour nos prédécesseurs et un témoignage pour les générations montantes afin de connaître les sacrifices des chouhada pour l'Algérie, qui a besoin aujourd'hui de tous ses enfants afin de rester debout et unie, a-t-il ajouté, soulignant la souffrance des condamnés à mort, graciés en vertu des Accords d'Evian, et qui n'était pas moins que celle des victimes de la barbarie coloniale en laissant tomber la guillotine.
L'attente de leur tour, parfois jusqu'à 4 années, n'était pas facile pour ces prisonniers qu'Allah a gratifié d'une autre chance pour vivre et voir l'Algérie construire, aujourd'hui, grâce à sa jeunesse, son histoire contemporaine, sans renoncer aucunement aux valeurs de la glorieuse Révolution du 1er Novembre, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.