Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400
Turquie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 06 - 2019

Le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, a affirmé, hier, qu'Ankara discute actuellement avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400, précisant que son pays ne craignait pas de se voir imposer d'éventuelles sanctions américaines après l'acquisition de système antiaérien, ont rapporté des médias locaux.
«La Turquie n'est plus un pays qui achète ou renonce à tel ou tel matériel quand les Etats-Unis ou d'autres le somment de le faire», a déclaré M. Cavusoglu lors d'une conférence de presse à Ankara, ont ajouté les mêmes sources.
«Que les Etats-Unis imposent les sanctions qu'ils veulent et fassent les déclarations qu'ils veulent. Nous avons acheté les S-400 et discutons actuellement de la date de livraison», a-t-il précisé. M. Cavusoglu a affirmé que l'achat de ces missiles russes répondait à «un besoin urgent de la Turquie en matière de défense antiaérienne».
«Si demain la Turquie venait à être visée par une attaque, nous ne pouvons pas compter sur l'Otan ou d'autres alliés pour nous défendre, car la capacité (de défense antiaérienne) de l'Otan ne couvre que 30% de l'espace aérien turc», a-t-il, en outre, expliqué.
Le Président turc Recep Tayyip Erdogan avait fait savoir jeudi qu'il comptait sur ses «bonnes» relations avec son homologue américain Donald Trump pour désamorcer la crise entre les deux pays au sujet de l'achat des équipements russes par Ankara.
MM. Erdogan et Trump doivent se rencontrer en fin de semaine au Japon en marge du sommet du G20, à un mois de l'expiration d'un ultimatum que Washington a adressé à Ankara pour renoncer aux S-400, faute de quoi des sanctions pourraient être imposées.
Washington considérant qu'il existe un risque que les opérateurs russes qui formeront les militaires turcs puissent dans le même temps percer les secrets du nouvel avion furtif américain F-35 dont la Turquie veut aussi se doter. En raison de ces craintes, la Turquie avait proposé à Washington de mettre en place un comité commun pour évaluer les risques tout en assurant que les batteries de missiles seront installées dans les zones non survolées par les avions F-35.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.