Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Redorer le blason de l'UGTA
LE SUCCESSEUR DE SIDI SAID DECLINE SA FEUILLE DE ROUTE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 06 - 2019

On s'en doutait un peu. Après un règne de 22 ans, ce n'est pas de son propre gré que Abdelmadjid Sidi Saïd s'est retiré de l'UGTA, c'est le vent du changement qui souffle sur le pays depuis le 22 février qui a permis à l'UGTA de se doter d'une nouvelle direction, a assuré Salim Labatcha, le tout nouveau secrétaire général de la centrale syndicale.
Toutefois, a-t-il estimé, le changement ne doit pas s'arrêter là parce que l'heure a sonné pour «la promotion de la compétence et de la jeunesse».
Invité de l'émission politique phare de la Chaîne 3, hier, lundi, l'homme qui a défrayé la chronique il y a quelque temps en défiant Louisa Hanoune contre laquelle il avait tenté de mener un mouvement de redressement au sein du PT, le parti qui lui a permis de se faire un nom avant d'occuper le devant de la scène syndicale, se retrouve donc aujourd'hui chargé d'arrimer l'UGTA à la révolution qui a cours dans le pays «en commençant par établir le diagnostic sur le fonctionnement de l'organisation». Ceci tout en étant conscient que, d'une part, l'opinion publique a «un avis mitigé, mauvais pour certains» et de l'autre, il aura du pain sur la planche pour redorer le blason de l'UGTA.
«Beaucoup d'erreurs ont été commises par le passé, aussi bien sur le plan de l'organisation que du fonctionnement», a déjà établi le nouveau SG de l'UGTA qui s'attend à faire face à ce qu'il appelle «un grand chantier» et promet d'ouvrir les portes à tout le monde, notamment les syndicalistes militants de partis politiques «qui se sentaient exclus». Pour tout dire, afin de faire retrouver la place qui était la sienne à la centrale syndicale, Labatcha assure que l'UGTA est même prête à dialoguer avec les syndicats autonomes, allant jusqu'à préconiser l'initiation d'actions communes. Si le nouveau SG reconnaît sans peine que l'UGTA a brillé par son absence dans la recherche de solutions suite aux bouleversements survenus depuis le 22 février, il ne perd pas espoir toutefois d'en (re)faire une «force de proposition».
A ce titre, d'ailleurs, l'UGTA est en train d'élaborer des propositions qui pourraient venir en appoint à celles des autres acteurs qui s'impliquent à la recherche d'une solution politique.
Sur le plan socio-économique, l'urgence est d'assurer la pérennité de l'outil de production, aussi bien du privé que du public, des entreprises dont les dirigeants ont maille à partir avec la justice et dont le blocage des comptes risque de les impacter négativement.
En tous les cas, les pouvoirs publics ont été sollicités pour que des solutions soient trouvées, telle la désignation d'administrateurs pour assurer la gestion et poursuivre l'activité.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.