Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Redorer le blason de l'UGTA
LE SUCCESSEUR DE SIDI SAID DECLINE SA FEUILLE DE ROUTE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 06 - 2019

On s'en doutait un peu. Après un règne de 22 ans, ce n'est pas de son propre gré que Abdelmadjid Sidi Saïd s'est retiré de l'UGTA, c'est le vent du changement qui souffle sur le pays depuis le 22 février qui a permis à l'UGTA de se doter d'une nouvelle direction, a assuré Salim Labatcha, le tout nouveau secrétaire général de la centrale syndicale.
Toutefois, a-t-il estimé, le changement ne doit pas s'arrêter là parce que l'heure a sonné pour «la promotion de la compétence et de la jeunesse».
Invité de l'émission politique phare de la Chaîne 3, hier, lundi, l'homme qui a défrayé la chronique il y a quelque temps en défiant Louisa Hanoune contre laquelle il avait tenté de mener un mouvement de redressement au sein du PT, le parti qui lui a permis de se faire un nom avant d'occuper le devant de la scène syndicale, se retrouve donc aujourd'hui chargé d'arrimer l'UGTA à la révolution qui a cours dans le pays «en commençant par établir le diagnostic sur le fonctionnement de l'organisation». Ceci tout en étant conscient que, d'une part, l'opinion publique a «un avis mitigé, mauvais pour certains» et de l'autre, il aura du pain sur la planche pour redorer le blason de l'UGTA.
«Beaucoup d'erreurs ont été commises par le passé, aussi bien sur le plan de l'organisation que du fonctionnement», a déjà établi le nouveau SG de l'UGTA qui s'attend à faire face à ce qu'il appelle «un grand chantier» et promet d'ouvrir les portes à tout le monde, notamment les syndicalistes militants de partis politiques «qui se sentaient exclus». Pour tout dire, afin de faire retrouver la place qui était la sienne à la centrale syndicale, Labatcha assure que l'UGTA est même prête à dialoguer avec les syndicats autonomes, allant jusqu'à préconiser l'initiation d'actions communes. Si le nouveau SG reconnaît sans peine que l'UGTA a brillé par son absence dans la recherche de solutions suite aux bouleversements survenus depuis le 22 février, il ne perd pas espoir toutefois d'en (re)faire une «force de proposition».
A ce titre, d'ailleurs, l'UGTA est en train d'élaborer des propositions qui pourraient venir en appoint à celles des autres acteurs qui s'impliquent à la recherche d'une solution politique.
Sur le plan socio-économique, l'urgence est d'assurer la pérennité de l'outil de production, aussi bien du privé que du public, des entreprises dont les dirigeants ont maille à partir avec la justice et dont le blocage des comptes risque de les impacter négativement.
En tous les cas, les pouvoirs publics ont été sollicités pour que des solutions soient trouvées, telle la désignation d'administrateurs pour assurer la gestion et poursuivre l'activité.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.