PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Pour une transition sans les partisans de Bouteflika»
20e marche des étudiants à Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 07 - 2019

Fidèles au rendez-vous hebdomadaire depuis le début de la révolution du 22 février, les étudiants ont marché hier à Alger. Ils soutiennent que le mandat du chef de l'Etat, fixé par la Constitution à 90 jours au maximum, a expiré. Ils réclament une transition sans les partisans du cinquième mandat qui ont provoqué la crise du pays.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Les étudiants l'ont proclamé haut et fort dans les rues de la capitale, qu'ils ont sillonnées pacifiquement en présence d'un important dispositif des forces de l'ordre.
« Nous sommes en plein vide constitutionnel, pouvoir au peuple », ont-ils crié à gorge déployée. Depuis son installation, en application de l'article 102 de la Constitution, le départ de Bensalah est réclamé chaque vendredi par des millions d'Algériens qui descendent dans les rues du pays.
Après l'échec de sa tentative d'organiser une élection présidentielle prévue pour le 4 juillet, en raison de l'opposition ferme des Algériens, il a bénéficié d'une «fatwa» du Conseil constitutionnel, l'autorisant à rester en place jusqu'à l'élection d'un nouveau Président.
Sous le prétexte de ne pas tomber dans le vide constitutionnel, le chef d'état-major de l'armée a insisté sur la réunion des conditions pour organiser le scrutin.
Or, pour les étudiants qui ont manifesté, hier, pour le 20e mardi consécutif, le mandat du chef de l'Etat a expiré et n'a plus aucune légitimité constitutionnelle pour prétendre exercer une quelconque mission officielle.
« Mabrouk aâlina, vide constitutionnel », ont-ils scandé, appelant, à travers leurs slogans et écrits sur les pancartes, à une transition démocratique sans les partisans du cinquième mandat qui ont provoqué cette crise, en voulant humilier le peuple en lui imposant un homme impotent qui s'est avéré, en fin de compte, n'être qu'un protecteur des corrompus et un parapluie sous lequel s'abritent les bandes et les associations de malfaiteurs.
La marche des étudiants a été entamée à 10h 30 à partir de la place des Martyrs. Les manifestants ont marché jusqu'à la place Audin, en empruntant le circuit habituel, passant par le square Port-Saïd, la rue Larbi-Ben-M'hidi, la rue Pasteur et le boulevard Amirouche.
Portant des centaines de pancartes bien préparées aux couleurs rouges et vertes, sur lesquelles étaient inscrites « Non au racisme », « Non à la violence », « Non à la justice du téléphone », « Non aux médias orientés » et « Pouvoir au peuple », les manifestants ont ciblé Gaïd Salah et réclamé l'instauration d'un Etat civil et non militaire. Ils ont exprimé leur rejet de tout dialogue et ont également de toute élection avec «les bandes», en insistant sur le caractère pacifique de la mobilisation contre le système politique. Les étudiants ont appelé à l'édification d'une justice indépendante et ont également dénoncé l'incarcération des manifestants pour port du drapeau amazigh ; un acte criminalisé depuis trois vendredis.
Ils ont demandé la libération de tous les détenus d'opinion, citant, dans les slogans, le moudjahid Lakhdar Bouregaâ qui a passé, à cause de l'aveuglement du pouvoir, la journée du 5 Juillet, anniversaire de l'Indépendance pour laquelle il s'est battu, en prison. Ayant été empêchés par le dispositif sécuritaire d'atteindre la place de la Grande-Poste, où la répression s'est abattue vendredi passé sur les manifestants, les étudiants seront dispersés par les forces de l'ordre à 13h.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.