Benflis propose un programme pour la construction d'une économie sociale de marché    4EME REGION MILITAIRE : Gaid Salah, aujourd'hui, en visite de travail à Ouargla    La MINURSO "devient progressivement une mission de consolidation de l'occupation marocaine"    Badminton: l'Algérie décroche quatre médailles de bronze    TRAFIC DE DROGUE DANS UN BUREAU FLN : Quatorze personnes impliquées dont un policier    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 6 morts dans 5 accidents en 24 h    Un nouveau programme doté de 40 milliards DA pour la réfection des chemins de wilayas et vicinaux    ECOLES PRIMAIRES : La grève des enseignants se poursuit    Chergui met en avant "le rôle pionnier" de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste    Sûreté d'Alger: Arrestation en octobre de plus de 3.400 individus impliqués dans plusieurs affaires à Alger    Le parquet de Sidi M'hamed requiert 2 ans de prison pour les 20 détenus d'opinion    Le cas Benzema divise les Français    Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Une activité de proximité à Alger    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    Tunisie : Habib Jemli choisi pour être Premier ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Vendredi 13» réussi
PERSISTANCE DE LA MOBILISATION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 05 - 2019

Que faut-il de plus pour le pouvoir pour comprendre une bonne fois pour toutes que le peuple ne veut plus de lui. Plus rien ne pourra, en effet, arrêter la marche des Algériens vers leur nouveau destin.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - A travers le 13e acte de la mobilisation nationale d'envergure, le peuple, par des marches imposantes, a confirmé sa détermination de poursuivre sa révolution jusqu'à la satisfaction totale de ses revendications, à savoir un changement radical du système politique et le rejet de la gestion de la transition par les figures du régime.
A Alger, la mobilisation est restée intacte malgré toutes les mesures sécuritaires visant à empêcher les citoyens de participer aux manifestations.
Hier, la capitale était bouclée mais les centaines de milliers de citoyens étaient au rendez-vous. On a dressé des obstacles, à travers des barrages filtrants de la police et de la gendarmerie, afin d'empêcher les citoyens de rejoindre le centre de la capitale. Mais peine perdue. La détermination des citoyens est supérieure à toute basse manœuvre dont l'objectif est d'avorter cette révolution qui, par son ampleur et son pacifisme, a suscité l'admiration du monde. Certains ont dû subir des blocages pendant des heures avant de passer ces barrages.
Les déferlantes humaines étaient donc au rendez-vous, au deuxième vendredi du mois de Ramadhan, avec les mêmes slogans rejetant l'élection présidentielle du 4 juillet, s'opposant à l'instauration d'un Etat militaire, stigmatisant le chef de l'état-major de l'armée, exigeant le jugement des prédateurs des richesses nationales, demandant le départ des symboles du système et appelant à une justice indépendante.
Comme chaque vendredi, les manifestants ont commencé à occuper la place de la Grande-Poste dès les premières heures de la matinée. Mais à leur grande surprise, la placette a été minutieusement bouclée par un imposant dispositif de la police sous prétexte, selon un communiqué de la Wilaya d'Alger, de «fissures» qui auraient été constatées sur les escaliers à cause du surpoids qu'ils supportent depuis le début des manifestations !
Les agents de l'ordre ont utilisé le gaz lacrymogène contre les manifestants qui ne voulaient pas céder ce haut lieu du mouvement populaire et qui étaient lourdement armés par leur détermination, slogans et emblèmes. Des blessés évacués par la Protection civile ont été enregistrés à cause des bousculades et de l'usage du gaz lacrymogène.
Après la prière de vendredi, des marées humaines se sont déversées sur le centre de la capitale. Des foules immenses ont convergé sur les rues Hassiba-Ben-Bouali, la Grande-Poste, la place Audin et la rue Didouche-Mourad.
A 15h moins quelques minutes, la place a été «libérée» par les manifestants sous les cris «Dawla madania machi aâskaria (un Etat civil et non militaire».
Plus que jamais déterminés, arborant l'emblème national et le drapeau amazigh pour beaucoup, portant des banderoles et des pancartes, les manifestants d'hier ont peut-être tiré la balle assassine contre l'élection présidentielle du 4 juillet. «Makach intikhabat ya el aissabat (y a pas d'élections, espèce de bandes)» était, en effet, le slogan dominant qui a retenti tout au long de la marche.
Organiser cette élection devient presque impossible pour plusieurs raisons. La première et la plus importante est l'opposition du peuple. La deuxième est le refus des élus et des magistrats de l'organiser et de l'encadrer. La troisième est relative au facteur temps. Comment organiser un scrutin dans ces conditions ?
Le défilé des Algériens dans les rues du pays intervient au lendemain d'un autre défilé d'un autre mode. Ce défilé s'est déroulé jeudi devant le tribunal de Sidi-M'hamd à Alger. Deux anciens Premiers ministres (Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal), plusieurs anciens ministres, d'anciens puissants patrons et un ancien wali étaient de passage devant le procureur de la République pour répondre de leurs actes délictuels, commis au moment où la gestion des affaires du pays leur a été confiée par Abdelaziz Bouteflika. Mais pour les Algériens, le jugement de ceux qui ont pillé le pays et même l'annulation du cinquième mandat avec lequel on voulait humilier le peuple ne sont pas de nature à faire oublier la revendication principale : le changement radical du système.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.