L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe au festival d'El Gouna en Egypte    Le Comité belge exprime son plein soutien aux manifestants à El Guerguerat    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Référendum: début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Un objectif d'un million de tonnes à l'exportation    30 nouveaux notaires prêtent serment    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    West Ham : Benrahma pourrait faire ses débuts ce dimanche face à Liverpool    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Les islamistes reviennent à la charge    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    7 décès et 319 nouveaux cas    Le constat amer du PLD    Ce qui risque de plomber le référendum    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Une chaîne TV dédiée à l'histoire, sans budget    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Vendredi 13» réussi
PERSISTANCE DE LA MOBILISATION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 05 - 2019

Que faut-il de plus pour le pouvoir pour comprendre une bonne fois pour toutes que le peuple ne veut plus de lui. Plus rien ne pourra, en effet, arrêter la marche des Algériens vers leur nouveau destin.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - A travers le 13e acte de la mobilisation nationale d'envergure, le peuple, par des marches imposantes, a confirmé sa détermination de poursuivre sa révolution jusqu'à la satisfaction totale de ses revendications, à savoir un changement radical du système politique et le rejet de la gestion de la transition par les figures du régime.
A Alger, la mobilisation est restée intacte malgré toutes les mesures sécuritaires visant à empêcher les citoyens de participer aux manifestations.
Hier, la capitale était bouclée mais les centaines de milliers de citoyens étaient au rendez-vous. On a dressé des obstacles, à travers des barrages filtrants de la police et de la gendarmerie, afin d'empêcher les citoyens de rejoindre le centre de la capitale. Mais peine perdue. La détermination des citoyens est supérieure à toute basse manœuvre dont l'objectif est d'avorter cette révolution qui, par son ampleur et son pacifisme, a suscité l'admiration du monde. Certains ont dû subir des blocages pendant des heures avant de passer ces barrages.
Les déferlantes humaines étaient donc au rendez-vous, au deuxième vendredi du mois de Ramadhan, avec les mêmes slogans rejetant l'élection présidentielle du 4 juillet, s'opposant à l'instauration d'un Etat militaire, stigmatisant le chef de l'état-major de l'armée, exigeant le jugement des prédateurs des richesses nationales, demandant le départ des symboles du système et appelant à une justice indépendante.
Comme chaque vendredi, les manifestants ont commencé à occuper la place de la Grande-Poste dès les premières heures de la matinée. Mais à leur grande surprise, la placette a été minutieusement bouclée par un imposant dispositif de la police sous prétexte, selon un communiqué de la Wilaya d'Alger, de «fissures» qui auraient été constatées sur les escaliers à cause du surpoids qu'ils supportent depuis le début des manifestations !
Les agents de l'ordre ont utilisé le gaz lacrymogène contre les manifestants qui ne voulaient pas céder ce haut lieu du mouvement populaire et qui étaient lourdement armés par leur détermination, slogans et emblèmes. Des blessés évacués par la Protection civile ont été enregistrés à cause des bousculades et de l'usage du gaz lacrymogène.
Après la prière de vendredi, des marées humaines se sont déversées sur le centre de la capitale. Des foules immenses ont convergé sur les rues Hassiba-Ben-Bouali, la Grande-Poste, la place Audin et la rue Didouche-Mourad.
A 15h moins quelques minutes, la place a été «libérée» par les manifestants sous les cris «Dawla madania machi aâskaria (un Etat civil et non militaire».
Plus que jamais déterminés, arborant l'emblème national et le drapeau amazigh pour beaucoup, portant des banderoles et des pancartes, les manifestants d'hier ont peut-être tiré la balle assassine contre l'élection présidentielle du 4 juillet. «Makach intikhabat ya el aissabat (y a pas d'élections, espèce de bandes)» était, en effet, le slogan dominant qui a retenti tout au long de la marche.
Organiser cette élection devient presque impossible pour plusieurs raisons. La première et la plus importante est l'opposition du peuple. La deuxième est le refus des élus et des magistrats de l'organiser et de l'encadrer. La troisième est relative au facteur temps. Comment organiser un scrutin dans ces conditions ?
Le défilé des Algériens dans les rues du pays intervient au lendemain d'un autre défilé d'un autre mode. Ce défilé s'est déroulé jeudi devant le tribunal de Sidi-M'hamd à Alger. Deux anciens Premiers ministres (Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal), plusieurs anciens ministres, d'anciens puissants patrons et un ancien wali étaient de passage devant le procureur de la République pour répondre de leurs actes délictuels, commis au moment où la gestion des affaires du pays leur a été confiée par Abdelaziz Bouteflika. Mais pour les Algériens, le jugement de ceux qui ont pillé le pays et même l'annulation du cinquième mandat avec lequel on voulait humilier le peuple ne sont pas de nature à faire oublier la revendication principale : le changement radical du système.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.