Militaires et sécuritaires, au niveau de la région, urgence pour l'Algérie de résoudre la crise politique    Les dessous du trafic de pièces détachées en Algérie    Deux drones israéliens abattus au Liban    La minute qui qualifie la JSK au prochain tour    Le CABBA crée la surprise à Bel-Abbès, l'ESS piégée à domicile    Avalanche de médailles pour l'Algérie    Une librairie fait la part belle aux fanzines    «Le bélier magique» au Festival international du film pour l'enfance    De bonnes nouvelles pour les étudiants algériens    Le taux d'inflation à 2,7 % sur un an en juillet 2019    Après un 1er semestre plombé par les prix : Eramet abaisse sa prévision 2019    Rencontre entre le ministre de l'Intérieur et les représentants des retraités de l'ANP    Sahara occidental : Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    Reportage : Un "Drone made in Sénégal" pour lutter contre le paludisme    Guerre commerciale : La Chine riposte aux USA sur le commerce, Trump menace    Dialogue national : Nécessité de mener notre pays vers des lendemains sûrs et prospères    2ème Région militaire : Gaïd Salah entame une visite de travail et d'inspection    Dynamiques de la société civile: Attachement au dialogue et à l'unification des efforts pour sortir de la crise politique    CHAN 2020 (préparation) : Djamel Belmadi convoque 22 joueurs pour un stage    Coupes africaines des clubs : Qualification de la JSK, du CRB et du Paradou    Oum El Bouaghi: La culture écolo fait son chemin parmi les jeunes et les associations    Education : Le ministère publie la liste des fournitures scolaires pour les trois paliers d'enseignement    Réception de 102 établissements éducatifs    Réception de 102 établissements éducatifs    «Gare aux cadres et entreprises défaillants !»    Lait : Aucune mesure prise pour réduire les quantités collectées, rassure Giplait    Réunion interministérielle : Le dossier de l'entretien de l'autoroute Est-Ouest et mesures de péage au menu    L'heure du retour a sonné !    Ordonnances de désignation des administrateurs    Le ministère de l'Intérieur dément    Le "Oui, mais" de Makri    Vingt investisseurs devant la justice    Nouvelle série d'arrestations d'opposants    Abou-Leïla de Amine Sidi Boumediene au programme    PROTECTION CIVILE : 240 interventions enregistrées en 48 heures !    Ligue 1 (2e j) : l'ES Sétif piégée à domicile    Bolsonaro s'appuie sur l'armée …    La politique commerciale de Trump critiquée    Hé ! Oh ! Y a pas écrit poubelle sur mon Front !    Une édition dédiée à Fernand Pouillon et l'Algérie    Une stèle à la mémoire du militant Belaïd Aït-Medri    Le FLN tente de se réapproprier le titre de l'Amenokal    Enfin rêver pour réaliser ses désirs !    Douze villageois tués par Boko : Haram dans la région de Diffa    Jeux africains 2019 : Domination totale des Egyptiens    Mascara: Le cambrioleur d'une école arrêté    Djamel Belmadi convoque 22 joueurs    L'inévitable saignée des parents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent
ILS S'INSCRIVENT À CONTRE-COURANT DU DIALOGUE INCLUSIF
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 07 - 2019

Les partisans d'une alternative démocratique ne comptent pas rester de marbre au forcing opéré pour imposer une feuille de route passant outre la réforme de la matrice ayant régenté, jusqu'ici, la gouvernance et dont le peuple ne cesse, d'ailleurs, de réclamer le démantèlement.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Demain dimanche, en effet, les signataires du pacte de l'alternative démocratique rendront publique leur propre démarche, portant sortie de crise. Une initiative à l'opposé de ce qui se fait, ces jours-ci, avec le dialogue inclusif proposé par le pouvoir et sous le charme duquel sont tombés quelques partis, pans et personnalités, pour leur grande majorité ayant émargé ou gravitant autour du régime.
Même si l'on ne sait pas trop sur la démarche de ce pôle des forces démocratiques, la plate-forme que lira demain, donc, le président de la Laddh (Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme), s'articule essentiellement autour de l'impératif enclenchement d'une «transition constituante» à même de matérialiser le plus fidèlement possible le changement auquel aspirent les millions d'Algériens et d'Algériennes qui, depuis le 22 février dernier, sortent par millions pour le crier haut et fort. Un processus qui suppose l'adoption d'une «nouvelle Constitution avant l'organisation de toute élection présidentielle au risque», dit-on au sein de ce conglomérat démocrate, de «retomber dans le même schéma actuel avec un nouveau Président aux prérogatives extravagantes».
Ceci dit, si une nouvelle Constitution, avant toute élection présidentielle, fait le consensus parmi ces forces de l'alternative démocratique, une divergence subsiste entre ceux qui, comme le FFS et le PT, préconisent une Assemblée constituante qui a l'inconvénient de nécessiter du temps pour l'élection de ses membres et ceux qui, à l'instar du RCD, plaident pour une nouvelle Constitution adoptée par voie référendaire qui a l'avantage, justement, de l'économie du temps. Et dans l'attente de leur conférence de presse prévue demain au siège national du RCD, les Forces de l'alternative démocratique se retrouveront de nouveau aujourd'hui samedi pour les ultimes réglages du document qui sera soumis. Des forces qui, mercredi dernier, à l'occasion de leur réunion hebdomadaire tenue au siège national du PT, accusent le régime en place de «chercher à se maintenir coûte que coûte, multipliant les manœuvres et les actes répressifs qui risquent de mener le pays vers l'impasse».
Et d'appeler à «l'arrêt immédiat de la répression sous toutes ses formes, à la libération de Louisa Hanoune, de Lakhdar Bouregâa et de tous les détenus politiques et d'opinion et l'ouverture du champ politique et médiatique sans lesquels aucune issue positive à la situation actuelle n'est possible».
Ils refusent, également, la politique du «fait accompli» qui consiste à vouloir imposer une élection présidentielle dans le seul but de sauver le système-régime en place. Ils expriment, par ailleurs, leurs «vives inquiétudes suite à la promulgation du décret présidentiel numéro 19-179 du 18 juin 2019 portant création d'un service central de police judiciaire de la sécurité de l'armée en violation de la loi et de la Constitution, ouvrant la voie à l'arbitraire et menaçant toutes les libertés fondamentales».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.