Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Caïd Essebsi : le sens d'un adieu
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 07 - 2019

De ces funérailles, on aura d'abord retenu le formidable recueillement des Tunisiens dans l'apaisement. Cette sérénité, omniprésente depuis le décès il y a quelques jours du président Béji Caïd Essebsi, on la retient d'abord parce qu'elle est parfaitement visible, mais surtout parce qu'elle a certainement un sens profond. Elle tranche avec les agitations de masse qu'on observe systématiquement en pareilles circonstances dans cette sphère fantasmatique appelée le «monde arabe» et dans la profondeur africaine. Ces agitations cachent souvent des déficits de légitimité plutôt qu'elles n'apportent la preuve de la popularité des dirigeants de ces pays, de leur vivant comme à l'occasion de leur disparition. Et si les peuples arabes et africains ont assisté hier à des adieux «normaux» des dirigeants et des citoyens tunisiens à leur président, ce n'est pas dans le rapport à la mort qu'il faut chercher l'explication mais dans la vie d'un petit pays bien seul… dans son cas. Oui, les choses sont aussi simples : la Tunisie est une démocratie. Encore fragile mais une démocratie tout de même. Et des démocraties, le moins qu'on puisse dire est qu'il n'y en a pas beaucoup autour d'elle, du moins pas dans ce qu'on lui a désigné comme ensemble d'appartenance géoculturelle. La Tunisie vient de faire ses adieux à son premier président démocratiquement élu et c'est d'abord ça qui a fait la sérénité et la retenue dans la cérémonie officielle comme dans l'attitude de l'accompagnement citoyen. Ni le gouvernement tunisien, ni les partisans, ni la famille de Béji Caïd Essebsi n'ont besoin de démontrer la popularité du défunt : il est élu et ça suffit à inspirer le respect dû à son rang de chef d'Etat, surtout à l'occasion de sa mort. Même en restant dans la morale ordinaire, on se rend compte que ce sont les démocraties et non les pouvoirs totalitaires qui inspirent la courtoisie ! Autre raison sans doute qui a fait de ces funérailles nationales un adieu émouvant dans sa tranquillité , il n'y avait aucune inquiétude immédiate à en attendre : la démocratie a aussi cette vertu de rassurer. D'abord parce qu'elle a commencé par éloigner les vieux démons de la tentation putschiste. Ensuite parce qu'elle a fixé le modus operandi institutionnel de la continuité de l'Etat : un chef de l'Etat intérimaire et une élection à court terme. Il ne viendra à l'esprit de personne d'envisager une autre voie. Dernière raison qui a fait que ces funérailles soient différentes de celles qu'on a l'habitude de voir là où on sait : tous les Tunisiens ne sont pas des partisans d'Essebsi, sinon la Tunisie ne serait pas une démocratie et il aurait eu un enterrement enflammé, avec son lot de femmes et d'hommes en transe, son folklore, ses hommages obséquieux et ses larmes de crocodile. Des funérailles de dictateur, quoi.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.