Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Algérie-EAU: la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie évoquée    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Ce n'est pas moi qui le dis !    Maqnine khéloui et coupleur sans pitié sur Ouedkniss.com !    On vous le dit    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Le gouvernement Diab démissionne    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Deux nouvelles recrues    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rencontre de la société civile reportée, faute d'autorisation
Prévue pour aujourd'hui à Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 08 - 2019

La rencontre que devaient organiser, aujourd'hui samedi, à la Safex d'Alger, les dynamiques de la société civile avec les partis du Pôle des forces du changement qui regroupe, entre autres, le parti d'Ali Benflis, celui de Djaballah et le MSP de Makri, et des Forces de l'alternative démocratique qui rassemble le FFS, le RCD, le PT, le PLD, le PST, le MDS, l'UCP et la Laddh, n'aura finalement pas lieu.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Et pour cause ! Les services de la Wilaya d'Alger n'ont pas répondu à la demande d'autorisation de la réunion déposée au nom du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP).
«La rencontre de concertation de la société civile, du samedi 17 août 2019, à la Safex, à Alger, prévue avec les partis politiques des deux pôles de l'alternative démocratique du 26 juin et de la conférence nationale du dialogue du 6 juillet en plus des personnalités nationales, est reportée pour faute d'autorisation de l'administration. La rencontre est reportée au samedi 24 août 2019 », ont annoncé les organisateurs. Les membres de cette coalition, constituée de près de 100 organisations (syndicats, ligues des droits de l'Homme, associations…) ont dénoncé l'attitude de l'administration.
«Le pouvoir montre sa volonté réelle quant à l'ouverture des espaces publics et le respect des libertés démocratiques. Au moment où le pouvoir fait la promotion de son offre de dialogue, la réalité est tout autre. Elle contraste avec le verrouillage du débat public, des médias, du dialogue dans la société. Le pouvoir tente le coup de force pour faire passer sa feuille de route, ça se précise de jour en jour», déplore Saïd Salhi, vice-président de la Laddh.
Pour Abdelwahab Fersaoui, président de RAJ, ce refus d'autoriser la rencontre «est un autre indice de l'entêtement de ce pouvoir machiavélique qui ne se soucie que de son maintien au détriment de la volonté populaire en essayant d'étouffer, de neutraliser, de diviser et de casser ce mouvement qui a suscité l'admiration du monde entier et qui a surpris ce pouvoir despotique».
Pourtant, a-t-il expliqué, «cette rencontre s'inscrit dans l'objectif d'échanger et de rapprocher les visions autour de la situation et pour d'éventuelles démarches communes et consensuelles».
Les membres de ces organisations donneront aujourd'hui, au siège de l'Unpef, une conférence de presse pour revenir sur cette rencontre et ses objectifs.
Les étudiants dénoncent
En plus de la rencontre de la société civile qui n'a pas reçu de réponse, celle que devais organiser «le Forum national des étudiants», une nouvelle organisation estudiantine, au niveau de la Safex, a été également interdite.
Auparavant le comité autonome des étudiants de l'Université d'Alger 2 a dénoncé cette rencontre dont les organisateurs ne représentent, selon lui, pas les étudiants. «Alors que les étudiants forcent l'admiration de tout le peuple algérien de par leur engagement au sein du Hirak et leur détermination indéfectible à maintenir la mobilisation malgré les vacances et les températures élevées de ce mois d'août, nous venons d'apprendre avec étonnement la tenue d'une conférence nationale des étudiants pour le 17 août 2019, suite à l'appel du «Pôle des étudiants algériens» et d'un collectif, méconnu pendant tous ces mois de mobilisation, qui se nomme «Forum national des étudiants», souligne le comité autonome des étudiants de l'Université d'Alger 2 dans un communiqué, déplorant «une démarche antidémocratique». Ce comité explique qu'il a du mal à comprendre comment on peut organiser une conférence des étudiants sans la présence des étudiants, qui sont en vacances, et sans la consultation de ces derniers (à travers les assemblées générales). Et d'exprimer ses doutes quant à la nature et objectifs de la rencontre.
«On se demande comment le pouvoir, qui réprime les manifestants, qui emprisonne les militants politiques, et qui se sert des recteurs comme relais pour annihiler toute volonté de s'organiser au sein des campus, accorde gracieusement une autorisation pour organiser une conférence à la Safex», s'interrogent les signataires du communiqué, affirmant que cette conférence «ne représentera en aucun cas les aspirations des étudiants». «Pour nous, il est impératif de maintenir la mobilisation jusqu'à la rentrée universitaire et s'atteler, dès la reprise, à construire le mouvement étudiant à la base, de manière démocratique et aller rapidement vers la mise en place d'une coordination nationale réellement représentative et combative qui portera les revendication politiques, sociales et démocratiques des étudiants», ont-ils insisté.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.