L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rencontre de la société civile reportée, faute d'autorisation
Prévue pour aujourd'hui à Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 08 - 2019

La rencontre que devaient organiser, aujourd'hui samedi, à la Safex d'Alger, les dynamiques de la société civile avec les partis du Pôle des forces du changement qui regroupe, entre autres, le parti d'Ali Benflis, celui de Djaballah et le MSP de Makri, et des Forces de l'alternative démocratique qui rassemble le FFS, le RCD, le PT, le PLD, le PST, le MDS, l'UCP et la Laddh, n'aura finalement pas lieu.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Et pour cause ! Les services de la Wilaya d'Alger n'ont pas répondu à la demande d'autorisation de la réunion déposée au nom du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP).
«La rencontre de concertation de la société civile, du samedi 17 août 2019, à la Safex, à Alger, prévue avec les partis politiques des deux pôles de l'alternative démocratique du 26 juin et de la conférence nationale du dialogue du 6 juillet en plus des personnalités nationales, est reportée pour faute d'autorisation de l'administration. La rencontre est reportée au samedi 24 août 2019 », ont annoncé les organisateurs. Les membres de cette coalition, constituée de près de 100 organisations (syndicats, ligues des droits de l'Homme, associations…) ont dénoncé l'attitude de l'administration.
«Le pouvoir montre sa volonté réelle quant à l'ouverture des espaces publics et le respect des libertés démocratiques. Au moment où le pouvoir fait la promotion de son offre de dialogue, la réalité est tout autre. Elle contraste avec le verrouillage du débat public, des médias, du dialogue dans la société. Le pouvoir tente le coup de force pour faire passer sa feuille de route, ça se précise de jour en jour», déplore Saïd Salhi, vice-président de la Laddh.
Pour Abdelwahab Fersaoui, président de RAJ, ce refus d'autoriser la rencontre «est un autre indice de l'entêtement de ce pouvoir machiavélique qui ne se soucie que de son maintien au détriment de la volonté populaire en essayant d'étouffer, de neutraliser, de diviser et de casser ce mouvement qui a suscité l'admiration du monde entier et qui a surpris ce pouvoir despotique».
Pourtant, a-t-il expliqué, «cette rencontre s'inscrit dans l'objectif d'échanger et de rapprocher les visions autour de la situation et pour d'éventuelles démarches communes et consensuelles».
Les membres de ces organisations donneront aujourd'hui, au siège de l'Unpef, une conférence de presse pour revenir sur cette rencontre et ses objectifs.
Les étudiants dénoncent
En plus de la rencontre de la société civile qui n'a pas reçu de réponse, celle que devais organiser «le Forum national des étudiants», une nouvelle organisation estudiantine, au niveau de la Safex, a été également interdite.
Auparavant le comité autonome des étudiants de l'Université d'Alger 2 a dénoncé cette rencontre dont les organisateurs ne représentent, selon lui, pas les étudiants. «Alors que les étudiants forcent l'admiration de tout le peuple algérien de par leur engagement au sein du Hirak et leur détermination indéfectible à maintenir la mobilisation malgré les vacances et les températures élevées de ce mois d'août, nous venons d'apprendre avec étonnement la tenue d'une conférence nationale des étudiants pour le 17 août 2019, suite à l'appel du «Pôle des étudiants algériens» et d'un collectif, méconnu pendant tous ces mois de mobilisation, qui se nomme «Forum national des étudiants», souligne le comité autonome des étudiants de l'Université d'Alger 2 dans un communiqué, déplorant «une démarche antidémocratique». Ce comité explique qu'il a du mal à comprendre comment on peut organiser une conférence des étudiants sans la présence des étudiants, qui sont en vacances, et sans la consultation de ces derniers (à travers les assemblées générales). Et d'exprimer ses doutes quant à la nature et objectifs de la rencontre.
«On se demande comment le pouvoir, qui réprime les manifestants, qui emprisonne les militants politiques, et qui se sert des recteurs comme relais pour annihiler toute volonté de s'organiser au sein des campus, accorde gracieusement une autorisation pour organiser une conférence à la Safex», s'interrogent les signataires du communiqué, affirmant que cette conférence «ne représentera en aucun cas les aspirations des étudiants». «Pour nous, il est impératif de maintenir la mobilisation jusqu'à la rentrée universitaire et s'atteler, dès la reprise, à construire le mouvement étudiant à la base, de manière démocratique et aller rapidement vers la mise en place d'une coordination nationale réellement représentative et combative qui portera les revendication politiques, sociales et démocratiques des étudiants», ont-ils insisté.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.