Installation du nouveau président de la Cour d'Alger    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Le choc !    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paul Put contre-attaque
Guinée
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 08 - 2019

L'ancien sélectionneur de la Guinée, le Belge Paul Put, a démenti samedi tout acte de corruption au lendemain de sa radiation «à vie» par la Fédération guinéenne de football, se disant lui-même victime de «racket». «J'ai subi des pressions d'une seule et même personne, j'ai été racketté par le premier vice-président (de la Fédération, Amadou Diaby, Ndlr) en me faisant croire que c'était avec la bénédiction et l'accord de la Fédération et j'ai cédé», a affirmé dans un communiqué Paul Put, qui a occupé le poste de mars 2018 au 16 juillet dernier. Aujourd'hui suspendu, Amadou Diaby s'est vu infliger vendredi par la commission d'éthique de la Fédération guinéenne une interdiction de sept ans (dont cinq ferme) d'exercer toute activité liée au football, ainsi qu'une amende de 25 000 euros. Paul Put, interdit «à vie» d'exercer dans le football en Guinée par la même instance, a pour sa part écopé d'une amende de 100 000 euros. «Je n'ai jamais, au grand jamais, racketté qui que ce soit, ni un joueur, ni un membre de mon staff. Tout est faux, archi-faux», a déclaré dans son communiqué le technicien belge, en se disant «l'objet de beaucoup de diffamations, de mensonges et de bêtises sans commune mesure». «J'exige des excuses publiques de ceux qui ont porté atteinte à mon honneur. Ces mensonges ont terni mon image et je ne resterai pas les bras croisés», a-t-il averti. La commission d'éthique avait indiqué vendredi avoir établi que Paul Put avait «enfreint l'article 21 (corruption)» de son code d'éthique, sans plus de précision sur les faits qui lui étaient reprochés. L'enquête visait au départ Amadou Diaby et portait sur un «système de corruption mis en place durant la période mars 2018-juin 2019, et en particulier «son rôle dans la perception d'une commission de 10% sur le salaire» du sélectionneur, selon la Fédération.
La Guinée avait été éliminée en 8e de finale de la CAN en Egypte par l'Algérie (3-0), futur vainqueur de la compétition, ce qui avait précipité le limogeage de son sélectionneur pour «résultat pas satisfaisant». Paul Put, ancien entraîneur de Lokeren et du Lierse, en première division belge, avait été suspendu trois ans en Belgique, en 2008 pour avoir truqué des matchs en 2004-2006. Il avait entamé, au début de la même année, une nouvelle carrière en Afrique et au Proche-Orient, où il a entraîné la Gambie, le Burkina Faso, la Jordanie et le Kenya avant de rejoindre la Guinée. La Fédération guinéenne a publié début août une petite annonce pour recruter son successeur, dont la mission sera de qualifier l'équipe nationale aux prochaines Coupes d'Afrique des nations (CAN) et du monde. Les candidats avaient jusqu'au 12 août pour présenter leurs dossiers.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.