Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paul Put contre-attaque
Guinée
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 08 - 2019

L'ancien sélectionneur de la Guinée, le Belge Paul Put, a démenti samedi tout acte de corruption au lendemain de sa radiation «à vie» par la Fédération guinéenne de football, se disant lui-même victime de «racket». «J'ai subi des pressions d'une seule et même personne, j'ai été racketté par le premier vice-président (de la Fédération, Amadou Diaby, Ndlr) en me faisant croire que c'était avec la bénédiction et l'accord de la Fédération et j'ai cédé», a affirmé dans un communiqué Paul Put, qui a occupé le poste de mars 2018 au 16 juillet dernier. Aujourd'hui suspendu, Amadou Diaby s'est vu infliger vendredi par la commission d'éthique de la Fédération guinéenne une interdiction de sept ans (dont cinq ferme) d'exercer toute activité liée au football, ainsi qu'une amende de 25 000 euros. Paul Put, interdit «à vie» d'exercer dans le football en Guinée par la même instance, a pour sa part écopé d'une amende de 100 000 euros. «Je n'ai jamais, au grand jamais, racketté qui que ce soit, ni un joueur, ni un membre de mon staff. Tout est faux, archi-faux», a déclaré dans son communiqué le technicien belge, en se disant «l'objet de beaucoup de diffamations, de mensonges et de bêtises sans commune mesure». «J'exige des excuses publiques de ceux qui ont porté atteinte à mon honneur. Ces mensonges ont terni mon image et je ne resterai pas les bras croisés», a-t-il averti. La commission d'éthique avait indiqué vendredi avoir établi que Paul Put avait «enfreint l'article 21 (corruption)» de son code d'éthique, sans plus de précision sur les faits qui lui étaient reprochés. L'enquête visait au départ Amadou Diaby et portait sur un «système de corruption mis en place durant la période mars 2018-juin 2019, et en particulier «son rôle dans la perception d'une commission de 10% sur le salaire» du sélectionneur, selon la Fédération.
La Guinée avait été éliminée en 8e de finale de la CAN en Egypte par l'Algérie (3-0), futur vainqueur de la compétition, ce qui avait précipité le limogeage de son sélectionneur pour «résultat pas satisfaisant». Paul Put, ancien entraîneur de Lokeren et du Lierse, en première division belge, avait été suspendu trois ans en Belgique, en 2008 pour avoir truqué des matchs en 2004-2006. Il avait entamé, au début de la même année, une nouvelle carrière en Afrique et au Proche-Orient, où il a entraîné la Gambie, le Burkina Faso, la Jordanie et le Kenya avant de rejoindre la Guinée. La Fédération guinéenne a publié début août une petite annonce pour recruter son successeur, dont la mission sera de qualifier l'équipe nationale aux prochaines Coupes d'Afrique des nations (CAN) et du monde. Les candidats avaient jusqu'au 12 août pour présenter leurs dossiers.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.