Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?
TIPASA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 08 - 2019

Sur la côte maritime de la ville de Sidi-Ghilès, il a été prévu un projet d'aménagement et de réalisation d'un jardin littoral d'une superficie de 8 hectares sur l'ancienne décharge de Cabrera, située à proximité immédiate du littoral maritime et occupant une importante superficie, qui fut dans le passé une belle étendue sablonneuse, sur laquelle le ressac des vagues faisait entendre son clapotis.
Ce n'est qu'après moult contestations citoyennes, provoquées par les hautes fumées polluantes, charriées par l'enfumage au grand air de ces déchets qui altéraient l'environnement, qu'il avait été décidé de délocaliser cette décharge sauvage, située sur le bord de la route nationale n°11, à mi-chemin des villes de Cherchell et de Sidi-Ghilès, dans la wilaya de Tipasa.
Il convient de rappeler que la réalisation du jardin littoral jouxtait le projet touristique de Cap Rouge, pôle touristique par excellence, par la grâce du PDAU de 2005 , prévu être révisé incessamment pour « régulariser ou compenser » la suppression du marché de gros réalisé à coups de milliards et aujourd'hui détourné de sa vocation initiale au profit de plusieurs projets « douteux » , comme l'Ecole nationale de l'habitat et de l'urbanisme, de l'Agence nationale du développement de la recherche universitaire (Andru), de l'Agence nationale de la recherche et du développement technologique (Anvredet), du Centre international de recherche en physique expérimentale, du Centre international de recherche en mathématiques, et enfin d'un hypothétique palais de la culture de 4 hectares qui ne verra jamais le jour. Précisons aussi que l'ensemble de ces projets adoptés en 2005 par le PDAU de Cherchell et le POS n°14, appelé « POS Belahcen » , attendent toujours leur démarrage ,excepté un complexe sportif de 5 hectares ,qui se trouve, depuis 2008, toujours à l'état de projet. Toutes ces visées ont pratiquement disparu ,bien que leur étude soit réalisée à prix fort et qu'ils soient localisés en outre à proximité d'un projet mort-né de site touristique balnéaire maritime .
Malheureusement pour les estivants venus d'ailleurs et les Cherchellois , ce projet de Cap Rouge , qui s'étend sur une superficie de 48 hectares , adopté par le Plan d'aménagement et d'urbanisme de 2005, semble être relégué aux calendes grecques et s'en trouve , hélas, aujourd'hui détourné de sa vocation initiale au profit de projets qui ne concernent ni le tourisme balnéaire, ni l'économie régionale.
La situation de Cap Rouge s'est aggravée par l'élagage de plusieurs projets d'écoles et instituts nationaux et d'agences nationales, au profit de projets qui restent inconnus des citoyens à l'instar d'un « Centre de regroupement familial et touristique » (CRF) dédié à la Protection civile. A ce titre, plusieurs citoyens et riverains de Cherchell et des observateurs locaux avertis et spécialistes en matière de tourisme s'insurgent contre le détournement des projets initiaux, sachant qu'aucune plage familiale dotée des commodités modernes n'a été réalisée excepté des poches de plages sauvages payantes et inadéquates.
Ces citoyens évoquent également « l'irresponsabilité des élus locaux qui affectera pour longtemps le tourisme et l'économie locale, sachant aussi que la suppression des projets de 2 hôtels de 600 lits chacun et le détournement d'un projet de village artisanal régional ,ainsi que d'une avenue piétonne de plus de 2 000 mètres de long sur 20 mètres de large sur la côte maritime de Cherchell constituent autant de manque à gagner , si on considère l'important retard causé dans le projet d'aménagement d'un front de mer de 36 000 mètres carrés, où il est prévu la réalisation d'un hôtel de type R+7 de 42 chambres avec 84 lits de 2 places, de 24 chambres à un lit , de 14 suites, d'un parking de 50 places ,d'un restaurant de 300 couverts , d'un terrain de sport de 6 000 m2 et d'un aqua-parc de 14 400m2. Autant de projets pour, en définitive, n'avoir aucune chambre d'hôtel dans la daïra de Cherchell», s'insurge Mohammed, un sexagénaire, nostalgique de l'ancienne ville de Cherchell et ancien employé dans le secteur du tourisme
Précisons, par ailleurs, que le projet de parc littoral de Sidi-Ghilès devait être complété par l'aménagement d'un parc citadin de 23 hectares, en milieu urbain, constituant un haut lieu de détente pour les familles et les étudiants de l'Université de Tipasa, puisqu'il se situe à proximité immédiate du pôle universitaire et de la future maison de l'environnement. Selon la Direction de l'environnement, « ces projets consistent à valoriser l'image urbaine de la ville en matière d'espaces verts ».
Dans le but de connaître le devenir du projet du parc citadin, qui a été inauguré officiellement par les autorités locales et nationales lors d'une opération de reboisement de cet espace, l'ancien chef de daïra de Cherchell avait indiqué que la superficie dédiée au projet de parc citadin de Sidi-Ghilès a été affectée en tant que base de vie au projet de contournement de la ville de Cherchell.
Houari Larbi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.