Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PARTI POUR LA LA�CIT� ET LA D�MOCRATIE (P-L-D)
Pour une R�publique Alg�rienne La�que
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 07 - 2010


1. Une modernisation sans modernit�
D�s l�ind�pendance, les dirigeants du pays refusent de faire la s�paration entre le politique et le religieux d�o� l�introduction de l�article 2 dans la premi�re Constitution alg�rienne �Islam, religion de l�Etat�.
Ils se sont ing�ni�s ainsi � instrumentaliser l�Islam pour l�gitimer leur pouvoir mais aussi et surtout pour emp�cher toute autonomisation politique de la soci�t�. Les pouvoirs en place se sont oppos�s farouchement � toute ouverture d�mocratique qui aurait pu mettre en perspective la construction d�un Etat de droit. Une convergence de fait a �merg� entre les courants nationaliste et islamiste. Le courant nationaliste mit en �uvre une politique de modernisation des infrastructures �conomiques et sociales du pays, mais � aucun moment cette politique ne s�est accompagn�e par la d�mocratisation de la sph�re politique. L�aile islamiste s�est ralli�e � l�id�e de modernisation du pays � condition que celle-ci ne d�bouche pas sur les acquis de la modernit�, en un mot oui � la modernisation de l�Alg�rie - mais sans modernit�. Car cette derni�re signifie un �tat de droit, avec des �lections libres, des libert�s de conscience et d�expression, des libert�s individuelles et collectives, et une r�elle s�paration entre les pouvoirs ex�cutif, l�gislatif et judiciaire, etc. En fait, l�id�e dominante � cette �poque-l� qui a pr�sid� � tous les choix strat�giques du pays, largement approuv�e par tous les patriotes et le courant socialisant, est qu�un programme socio�conomique moderne et ambitieux de d�veloppement assurant une justice sociale v�ritable � lui seul, pouvait assurer le d�collage de l�Alg�rie au niveau social et �conomique et permettre dans son sillage l�ancrage du pays � la modernit�. Le summum de l�alliance entre les nationalistes et les islamistes fut atteint avec le virage ultralib�ral de l��conomie alg�rienne, � partir de 1980. Mais les desseins de cette alliance ont �t� fortement contrari�s par la crise �conomique mondiale avec la chute du prix du baril de p�trole en 1986, le discr�dit du parti unique et la disparition du bloc socialiste. L�instauration d�un Etat th�ocratique en Iran a encourag� le mouvement islamiste d�s le d�but des ann�es 1980. Il a permis l�infiltration de ce dernier au sein de l�universit� alg�rienne. Les premi�res violences arm�es ont vu le jour avec le �maquis� de Bouyali. La prise des mairies en 1990 par le Fis fut une �tape dans la confiscation totale du pouvoir politique par les islamistes. L�arr�t du processus ��lectoral� en janvier 1992 a permis de sauver l�Alg�rie. Depuis 1992, l�islamisme politique est responsable de l�assassinat de dizaines de milliers de citoyens alg�riens et alg�riennes, dont beaucoup dans des conditions particuli�rement atroces ; des milliers de bless�s, dont certains mutil�s � vie ; des centaines de ses jeunes filles et jeunes femmes kidnapp�es et soumises � des viols collectifs et r�p�t�s, avant d��tre le plus souvent d�capit�es, quand d�autres ont perdu la raison; des millions d�habitants pouss�s � l�exode des campagnes vers les villes ou d�une r�gion vers une autre, fuyant les terroristes ; des centaines de milliers de ses citoyens, constitu�s principalement de cadres, d�artistes et d�intellectuels, se sont exil�s; sans compter les milliards de dollars de d�g�ts dus aux destructions, aux sabotages et aux incendies commis par les islamistes. Ni la loi sur la rahma, ni celle de la concorde civile, ni celle de la r�conciliation nationale, ni le projet d�amnistie g�n�rale ne feront oublier au peuple alg�rien le g�nocide islamiste. Malgr� cela, nous assistons, � l�instar de tous les pays musulmans, � la mont�e en puissance de l�islamisme politique dans toute sa diversit� qui vise � l�instauration d�un Etat th�ocratique plus in�galitaire et un ordre moral encore plus attentatoire aux libert�s de conscience et d�expression des musulmans et des croyants des autres religions, ainsi que des agnostiques et de non croyants. Les islamistes ne sont toutefois pas les seuls � exploiter la religion � des fins sordides. Les dirigeants politiques de nos pays font de m�me, pour se maintenir ind�finiment au pouvoir et continuer � opprimer leurs peuples. C�est pourquoi, l�Alg�rie doit tirer toutes les conclusions de cette exp�rience sanglante et adopter un antidote pour sortir de cette crise. Notre pays doit pour cela s�inspirer de certaines exp�riences historiques � valeur universelle et f�condes qui sont parvenues � mettre fin aux guerres de religions qui ont s�vi plusieurs si�cles. Toutes les tentatives de musellement de la soci�t� depuis 1962 n�ont fait toutefois que ralentir, mais non � emp�cher, l�in�luctable marche de notre pays vers la modernit� et la s�cularisation des institutions officielles et l��volution des mentalit�s en d�pit de la persistance de l�islamisme politique dans la soci�t� alg�rienne et de man�uvres au sommet de l��tat. Gr�ce � leur g�nie, des peuples ont contribu� � des degr�s divers � la s�paration du politique et du religieux. Mais la plus grande avanc�e �mancipatrice dans ce domaine est, sans conteste, la la�cit�. Les militants du Parti pour la La�cit� et la D�mocratie (PLD) sont convaincus que l�instauration de la la�cit� en Alg�rie est le seul moyen de se prot�ger des cons�quences des manipulations politico-religieuses, d�o� qu�elles viennent pour construire une Alg�rie r�publicaine, d�mocratique, moderne et sociale. Il nous faut cependant pr�ciser le sens de la la�cit�, pour lever toutes les confusions qui l�entourent d�autant que ses ennemis la confondent sciemment avec l�ath�isme.
2. Qu�est-ce que la la�cit� ?
La la�cit� est la forme d�organisation politique la plus aboutie, consacrant le long processus d�autonomie de l�individu par rapport � la communaut� ; processus enclench�, � partir des XVe- XVIe si�cles en Occident, et port� intellectuellement pas les philosophes des Lumi�res. Elle est en ce sens un puissant vecteur de l�affirmation des libert�s individuelles et collectives. Elle est un ordre juridique d�organisation de l��tat, fond� sur une s�paration radicale entre les institutions religieuses et l��tat. Pour autant, la la�cit� n�est pas antireligieuse, puisqu�elle garantit la libert� de conscience, c�est-�-dire le droit de chacune et de chacun d�adopter la religion de son choix, d�en changer ou de n�en croire � aucune. Ceci est �galement valable pour toutes les opinions politiques, philosophiques, culturelles� De m�me qu�elle garantit leur libre expression dans la sph�re priv�e. C�est ainsi qu�on peut �tre tout naturellement la�que et musulman, la�que et chr�tien, la�que et juif, la�que et bouddhiste, la�que et ath�e� La la�cit� est en revanche anticl�ricale, dans la mesure o� elle s�oppose � la pr�tention des religions, dont l�Islam, � vouloir r�genter tous les domaines de la vie des individus. Elle assure de ce fait la primaut� de la citoyennet� sur l�appartenance religieuse ou communautaire. Voil� pourquoi, elle bannit les religions et les particularismes de la sph�re publique, tout en garantissant leur libre expression dans la sph�re priv�e.
3. Qu�entendons-nous cependant par sph�re publique et sph�re priv�e ?
La sph�re publique, c�est l�espace de la puissance publique. C�est, autrement dit, l��tat et les collectivit�s territoriales (wilaya, commune). Elle ne doit �tre r�gie ni par les lois religieuses ou d�inspiration religieuse, ni par les particularismes de quelque nature que ce soit, mais par des lois positives, modernes et communes � tous les citoyens, au-del� de ce qui les particularise en tant qu�individus (religion, irr�ligion, sexe, langue, couleur de peau�) C�est pour cette raison que cette sph�re est soumise au principe de neutralit�. Il faut comprendre ce principe dans le sens d�indiff�rence de la puissance publique envers aussi bien les religions que les diverses opinions et appartenances existant dans la soci�t�, afin d��tre en mesure de traiter sur un pied d��galit� tous les usagers, en leur qualit� de citoyens, tout en faisant abstraction de leur qualit� d�individu. Cette neutralit� s�applique aux lois et r�glements qui r�gissent le fonctionnement de cette sph�re, ainsi qu�� ses rapports avec ses citoyennes et citoyens ; � son personnel, qui ne doit afficher, conform�ment � sa mission de service public, aucun signe d�appartenance ; et � ses locaux o� ne doit s�afficher aucun symbole, en dehors de ceux de la R�publique, qui sont des valeurs communes � tous les membres de la nation. Elle s�applique aussi aux �l�ves des �tablissements scolaires primaires, moyens et secondaires de l�enseignement public, qui sont des �tres en formation, des sujets en voie de constitution. Quant � la sph�re priv�e, elle se compose de deux espaces : public (rue, mosqu�e, entreprise commerciale ou industrielle, lieu de loisir, local syndical) et de l�espace personnel (domicile). La libert� n�est toutefois pas absolue dans les sph�res, aussi bien publique que priv�e. Elle s�exerce dans les limites du respect du principe de l�ordre public, qui n�est pas non plus r�ductible � la notion de trouble de l�ordre public, bien que cette derni�re en fasse partie. Ce titre g�n�rique inclut ce que les juristes intitulent les lois imp�ratives. Le respect de ce principe s�impose au citoyen et au chef de l��tat. Par s�paration radicale entre la sph�re publique et la sph�re priv�e, il faut entendre l�autonomie entre ces deux sph�res. Chaque sph�re ne doit pas s�ing�rer dans le fonctionnement de l�autre. C�est pourquoi, c�est un abus de langage que de qualifier par exemple de la�cit�, l�anti-religion, voire l�ath�isme militant, dans l�ex-URSS. Certes, L�nine avait promulgu� la loi du 23 janvier 1918, relative � la la�cit� de l��tat sovi�tique, en s�inspirant de la loi fran�aise du 9 d�cembre 1905 qui stipulait que tout citoyen est �libre de professer le culte de son choix ou de n�en professer aucun�. Mais l�implication de l��glise orthodoxe russe aux c�t�s de la contre-r�volution int�rieure et les �tats imp�rialistes, et les graves menaces qu�ils avaient fait peser sur la survie de la jeune R�publique des Soviets, oblig�rent les bolcheviques � d�clencher de violentes repr�sailles contre elle, jusqu�� la soumettre au nouveau pouvoir. Ce qui a signifi� la mort de la la�cit� dans ce pays, car il fut port� atteinte � la libert� de culte et � l�autonomie du religieux par rapport au pouvoir politique. Bien plus tard, la libert� de culte fut r�tablie, mais non l�autonomie du religieux envers les pouvoirs publics. Il en est de m�me de ce qu�on appelle improprement en Turquie, la la�cit�, alors qu�elle s�apparente � la s�cularisation qui s�est effectu�e � sens unique, puisque la religion est plac�e sous l�autorit� du pouvoir politique. Il s�agit en effet d�une la�cit� �bancale�, d�s la tentative de sa mise en place de fait, en 1923, avec l�abolition du syst�me th�ocratique, incarn� par le califat. Elle a consist� �galement en la nationalisation des mosqu�es et des �coles coraniques, de la prise en charge de la formation des imams et celles des th�ologiens � la facult� d�Istanbul, ainsi que le contr�le du culte, par la cr�ation, en 1924, d�un minist�re des Affaires religieuses. L�abrogation, en 1928, dans la Constitution de l�article �L�islam est religion d��tat� n�eut aucun effet pour la r�tablir. Dans les ann�es 1970, le pouvoir �la�que� turc enseignera l�islam dans les �coles, comme cela s�est pass� dans tous les pays musulmans, croyant couper ainsi l�herbe sous le pied des islamistes. Aujourd�hui, la �la�cit� en Turquie est � la crois�e des chemins avec un pr�sident et un gouvernement islamistes, ainsi qu�une Assembl�e nationale majoritairement islamiste. Le risque de la d�rive vers un �tat th�ocratique n�est pas � �carter.
4. La la�cit� : un combat d�mocratique
La lutte pour la la�cisation de l��tat alg�rien n�est ni une utopie, ni une question qui doit �tre pos�e dans un horizon lointain, dans le meilleur des cas. Nous pensons, au contraire, que ce combat est plus que jamais d�actualit�, car la s�paration des religions et de l��tat en Alg�rie constitue l�une des options fondamentales pour sortir notre pays de son marasme. La la�cit� est une t�che de nature nationale et d�mocratique, car elle est conforme � l�int�r�t de grande majorit� de notre peuple et de notre pays. Elle prot�ge la religion, dimension spirituelle essentielle du musulman, de tous les charlatans. Elle r�pond en effet � un besoin patent chez certains et latent chez beaucoup d�autres. Ses partisans seront encore bien plus nombreux, lorsqu�ils prendront progressivement conscience des liens �troits entre la�cit� et r�alisation de plusieurs de leurs aspirations profondes et l�gitimes, telles que l��largissement du champ de leurs libert�s individuelles et collectives, le droit aux libert�s d�expression et de pens�e, la lib�ration du carcan de traditions conservatrices �touffantes, l�acc�s � l��galit� totale en droit et en dignit� entre les Alg�riennes et les Alg�riens. Ceci d�autant plus que nous sommes conscients du caract�re anachronique, liberticide ou misogyne, de plusieurs lois et pratiques qui r�gissent notre �tat et notre soci�t� ; et contre lesquelles il nous faut continuer � lutter pour les abroger. Il s�agit avant tout de l�article 2 de la Constitution alg�rienne qui stipule que : �l�Islam est religion d��tat�, ainsi que de toute loi ou disposition analogues. Car elles sont en contradiction avec la d�mocratie et le droit moderne qui accordent la libert� de critiquer tous les dogmes, notamment leurs dimensions misogynes et attentatoires aux droits de l�Homme, sans craindre pour sa vie ou sa libert�. Il en est de m�me du code de la famille, fond� sur des pr�ceptes de la Charia, qui bafoue la dignit� et les droits de femmes, et qu�il faut remplacer par des lois civiles. Il faudrait que dans les �coles, le cours d�instruction civique fond� sur la critique des savoirs et l�impr�gnation par les valeurs humaines universelles soit inscrit dans le programme scolaire.
5. La la�cit� en Alg�rie : une utopie r�aliste
En d�pit de la mont�e de l�islamisme politique, ainsi que de la r�gression partielle et temporaire qu�il a impos�e aux peuples et aux �tats musulmans, nous observons n�anmoins, surtout depuis la d�colonisation, des progr�s de la s�cularisation dans nos soci�t�s et nos �tats. Les deux processus de s�cularisation et de modernit� entra�neront immanquablement l�all�gement croissant du poids des religions, des particularismes nationaux, ethniques ou linguistiques, ainsi que des pouvoirs politiques sur les libert�s individuelles, collectives, et sur les choix de vie des femmes et des hommes. Cette �volution est appel�e � s�acc�l�rer avec la mondialisation et la r�volution scientifique et technique en cours, surtout pour ce qui est des technologies de la communication et des moyens de transport. Conjugu�s � d�autres dimensions de cette r�volution, ils r�duiront davantage les distances entre les pays, entre les continents et les peuples. Ces derniers seront alors incit�s � partager des valeurs humaines communes et � faire reculer encore plus leurs pr�jug�s respectifs. Nous ne voyons toutefois aucunement cette �volution comme un processus uniforme et univoque. Mais comme une tendance, avec ses avances, ses stagnations et ses reculs sur les court et moyen termes, mais avec des progr�s in�luctables sur le long terme. Nous sommes �galement attach�s � une conception mat�rialiste et dialectique de l��volution des soci�t�s humaines, � savoir que ce sont les conditions mat�rielles des Hommes, qui, en derni�re analyse, d�terminent leurs consciences, cela ne fait pas de nous pour autant les adeptes d�un d�terminisme social, qui minore le r�le des �tres humains dans la lutte pour la transformation de leurs conditions d�existence et leur �mancipation. L�instauration de la la�cit� dans notre pays est une �uvre de longue haleine, les la�cs alg�riens ne doivent pas moins s�atteler, d�s aujourd�hui, � en poser les jalons. C�est en tout cas l�une des raisons d��tre essentielle de la cr�ation du Parti pour la La�cit� et la D�mocratie.
Vive la R�publique Alg�rienne La�que, D�mocratique, Moderne et Sociale !
Alger le 5 juillet 2010,
P/ le Bureau National.
NB : Toutes les remarques, critiques et enrichissements doivent �tre adress�s � l�adresse suivante : Mail : [email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.