La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Danger sur la santé publique
Lait contaminé à l'antibiotique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 08 - 2019

« La santé des consommateurs est une ligne rouge qui ne doit pas être dépassée, surtout dans le domaine de l'agroalimentaire, qui demande un maximum de précautions», nous confie Mustapha Zebdi, président de l'Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (l'Apoce).
Ghazi Boucharef - Alger (Le Soir) - Selon les clauses des conventions liant notamment les collecteurs aux laiteries, ces mécontents, qui ont exprimé leur colère, jeudi à Sidi-Bel-Abbès, en déversant leur lait invendu, devant le siège de Tessala, filière de Giplait, ont agi à l'encontre de ces mêmes clauses. A vrai dire, il était tout à fait légitime pour la laiterie de Tessala de refuser de réceptionner un lait apparemment contaminé par des résidus d'antibiotiques. Quant à la réaction des collecteurs, celle-ci a démontré l'indifférence de ces derniers quant à la santé d'autrui, préférant de loin se faire payer, au détriment des consommateurs qui, eux, auraient fini par payer. « Giplait a eu raison de refuser de réceptionner le lait douteux livré par ces quelques collecteurs » affirme M. Zebdi. «En effet, si une laiterie se doute que le lait livré est impropre à la consommation, elle a le droit de recourir à une contre-expertise et demander à être remboursée. Car dans ce cas, il y a non-respect de la clause qui prévoit l'obligation de livrer un lait exempt de tout composant pouvant altérer sa qualité et, donc, avoir des conséquences nuisibles pour la santé des consommateurs », nous affirme M. Mustapha Zebdi.
En décembre 2014, un article d'une revue scientifique algérienne avait rapporté que des résidus d'antibiotiques et d'agents bactériens telles la tétracycline et la bêtalactamine avaient été détectés lors d'analyses de lait cru et de lait provenant d'élevage. En effet, le labeur de la machine productrice de lait et de produits laitiers en Algérie peine à progresser. « Le lait, par exemple, doit impérativement être traité pendant tout le processus de fabrication, dans les meilleures conditions. Actuellement, l'Association de la protection et de l'orientation du consommateur et son environnement encourage vivement les entreprises à travailler en ayant comme principale priorité la santé du consommateur. »
Toutefois, des mesures ont été créées pour le bon fonctionnement du processus de fabrication de lait, de l'étape de sa traite chez l'éleveur jusqu'à sa mise sur le marché, en passant par toutes les étapes des différents traitements qu'il reçoit. Mais pour que ces mesures soient appliquées par tous les collecteurs, éleveurs et services agricoles, il leur faudrait détenir un statut pénal pour que les travailleurs de l'agroalimentaire non coopératifs puissent être sanctionnés en cas de non-respect desdites mesures, vu le degré de gravité de ce fléau. «Des critères pour la préservation de la santé des consommateurs ont, bien évidemment, été mis en place. Cela dit, rares sont ceux qui les prennent en considération. Le secteur agroalimentaire se trouve dans un état des plus catastrophiques et l'heure est à la prise de conscience.»
Selon un nutritionniste du métabolisme, les cas des antibiotiques présents dans le lait ou dans des produits laitiers conduisent inéluctablement vers une nocivité. Le risque d'anti-bio-résistance est élevé chez les consommateurs victimes de ce phénomène. Celui-ci peut aussi engendrer, toujours selon le nutritionniste, de graves problèmes d'allergies et d'intoxications de toutes sortes. De ce fait, de nombreux pays ont recouru à une restriction drastique de l'utilisation d'antibiotiques pour les soins des bovins, notamment, afin de minimiser les risques encourus par les consommateurs à leur insu.
G. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.