Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Les avocats dénoncent les nouvelles taxes    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Le rendez-vous de Benflis    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Tizi Ouzou: Un mort et un blessé dans une fusillade    La convergence se dessine entre le politique et le syndical    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    «Papicha» ou le drame de la censure?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Jeux Méditerranéens 2021 : Noureddine Bedoui préside une réunion interministérielle consacrée aux préparatifs    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le temps des incertitudes
Marché pétrolier
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 09 - 2019

Après l'attaque des rebelles houthis ciblant des installations saoudiennes, il y a une dizaine de jours, le pétrole est revenu au premier plan de l'actualité, si tant est qu'il l'ait à un moment ou un autre quitté, notamment dans le tas de pays impactés directement par ce haut fait que constitue, désormais, la défaillance de l'offre saoudienne sur le marché mondial.
Mourad Preure, l'expert algérien dans tout ce qui est lié aux hydrocarbures, pense que le choc qu'a constitué l'attaque aux drones contre les deux usines saoudiennes, malgré l'effet induit sur les cours, n'a pas, toutefois, révélé toute son ampleur. Ce qu'il appelle «un événement exceptionnel», pour évoquer ce qu'ont subi les installations pétrolières saoudiennes, a été intégré comme donnée majeure par le marché mondial du pétrole et cela s'est matérialisé par la courbe des cours qui a pris acte de la défaillance de l'offre saoudienne. «Mais, il n'y aura pas une baisse mécanique de l'offre parce que l'Arabie Saoudite a des «spare capacities», des capacités inutilisées, de 2 millions de barils par jour et détient des stocks pour 35 jours, donc elle est capable de supporter le choc dans l'immédiat», a affirmé Mourad Preure lors de son passage, hier dimanche, à l'émission «l'invité de la rédaction» de la chaîne 3 de la Radio nationale pour nuancer son propos. Avant de faire état de sa conviction que les dégâts causés aux installations visées par les drones houthis sont plus importants que ce qui avait été annoncé et, se faisant, le marché intègre cette «forte incertitude» quant au retour à la normale de la situation sur les installations touchées par l'attaque menée par les rebelles yéménites.
La réalité de la donne est telle qu'aujourd'hui, la perte de production saoudienne va se traduire par une hausse des prix, d'une part, et stimuler le pétrole de schiste américain de l'autre, selon l'analyse de l'expert algérien qui affirme que la décision des Américains de recourir à leurs stocks stratégiques «a rassuré le marché». Le problème qui se pose aujourd'hui est que «la demande augmente de 1,4 million de barils par jour en 2019, le marché s'en retrouve équilibré», constate Mourad Preure tout en avertissant sur le fait que «l'appel aux stocks pourrait induire un effet pervers, c'est-à-dire que cela renforcera les prix». D'autre part, Mourad Preure est de ceux qui, nombreux, croient fort que l'Iran, l'autre acteur majeur du monde du pétrole, ne sera pas frappé eu égard au poids de ce pays qui, par exemple, s'il lui arrivait de fermer le détroit d'Ormuz, «le pétrole monterait à 200 dollars le baril». Et puis les zones pétrolifères saoudiennes et émiraties sont «à la portée des missiles iraniens» pour assurer que frapper l'Iran «c'est plus compliqué que cela».
Plus près, comme d'autres experts et même les investisseurs notamment étrangers, Mourad Preure plaidera pour une «stabilité de la législation algérienne» qui permettra à Sonatrach de mieux tirer avantage de ses partenariats avec les compagnies internationales et de considérer finalement que «la puissance pétrolière de l'Algérie ne doit pas être perçue à travers le niveau de ses réserves ou de sa production, mais dans la puissance de Sonatrach». Ceci d'autant que l'Algérie, au titre des atouts, a encore un énorme potentiel pétrolier avec des gisements qui, avec un effort dans l'amélioration du taux de récupération, comme c'est le cas du gisement de Hassi Messaoud qui n'a été exploité qu'à 15%.
Mourad Preure l'assure : «L'Algérie en a encore pour des décennies de production, pour peu que l'on améliore le taux de récupération dans ses gisements.»
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.