Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize
Littérature
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 10 - 2019

Le Booker Prize, prestigieux prix littéraire britannique, a été attribué lundi soir à deux écrivaines, la Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo, respectivement, pour Les Testaments et Girl, Woman, Other.
Déjà couronnée il y a 19 ans, la romancière et poétesse canadienne Margaret Eleanor «Peggy» Atwood, 79 ans, est cette fois récompensée pour Les Testaments (The Testaments), la très attendue suite de La Servante écarlate (The Handmaid's Tale), une œuvre qui s'est érigée en véritable manifeste féministe à l'ère du mouvement MeeToo.
Publié en 1985, le livre La Servante écarlate était devenu, en 2017, une série TV à succès qui a relancé les ventes du roman, dont l'édition anglaise a atteint huit millions d'exemplaires dans le monde.
Souvent citée pour le prix Nobel de littérature, Margaret Atwood a déjà remporté le Booker Prize en 2000 pour son roman historique Le Tueur Aveugle. «Je suis très surprise, j'aurais pensé que je suis trop âgée», a plaisanté Margaret Atwood, qui portait un badge du mouvement écologiste Extinction Rebellion.
Le Booker Prize 2019 a aussi été attribué à l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo pour Girl, Woman, Other (un livre encore non traduit en français), une chronique de la vie de familles noires en Grande-Bretagne.
«Je suis la première femme noire à remporter ce prix», a réagi, ravie, Bernardine Evaristo, 60 ans, qui a jugé «incroyable» de partager ce prix avec une «légende» comme Margaret Atwood.
Le roman de Bernardine Evaristo est partagé en autant de chapitres que de personnages, essentiellement des femmes noires de différents milieux et générations, avec, en toile de fond, une interrogation permanente sur la couleur et le racisme, dans la relation à la culture et au sexe. De la Barbade au Nigeria, toutes les protagonistes de l'histoire se retrouvent en Angleterre, à Londres, avec un lien familial ou encore un lien d'amitié ou d'estime.
Les deux écrivaines se sont, toutes les deux, dites ravies de partager ce prestigieux prix, consacrées meilleures œuvres de fiction en anglais de l'année. Bernardine Evaristo a révélé que cette récompense servirait à rembourser une dette. Margaret Atwood, de son côté, a indiqué qu'elle le reverserait à une œuvre de charité.
C'est la troisième fois depuis sa création il y a 50 ans que le Booker Prize récompense simultanément deux livres, après 1974 et 1997. Les règles qui ont évolué, depuis, empêchent en principe une telle configuration. Mais, selon le président du jury Peter Florence, «la situation exigeait de choisir ces deux livres». Parmi les six finalistes sélectionnés cette année 2019, figuraient quatre femmes. L'Américaine Lucy Ellmann était, ainsi, sélectionnée pour Ducks, Newburyport, un roman fleuve de
1 000 pages autour du monologue d'une femme au foyer de l'Ohio.
Elif Shafak, l'écrivaine la plus lue en Turquie, était en lice avec 10 Minutes 38 Seconds in This Strange World, un livre sur les souvenirs d'une prostituée dans les bas-fonds d'Istanbul. Déjà lauréat de ce prestigieux prix lui aussi, en 1981, pour Les Enfants de minuit, Salman Rushdie, 72 ans, était sélectionné pour Quichotte, une version moderne de l'épopée du célèbre personnage de Miguel Cervantès, transposée en Amérique. Le Nigérian Chigozie Obioma, enfin, concourait avec L'Orchestre des minorités (An Orchestra of Minorities), sur un éleveur de poulets dans une petite ville du Nigeria. C'est «un conte aux proportions odysséennes qui fait battre le cœur», selon la membre du jury Afua Hirsch. L'auteur nigérian avait déjà été nominé en 2015.
Lancé en 1969, le Booker Prize, d'une valeur de 50 000 livres, récompense chaque année l'auteur du «meilleur roman écrit en anglais et publié au Royaume-Uni». L'année dernière, l'écrivaine Anna Burns avait été la première Nord-Irlandaise à remporter le prix, pour son roman Milkman.
Jusqu'en 2013, le Booker Prize était réservé aux ressortissants des Etats du Commonwealth, avant de s'ouvrir, l'année suivante, aux autres pays anglophones.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.