Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Pétrole: le panier de l'OPEP se maintient à plus de 62 dollars    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (200m T51): médaille de bronze pour l'Algérien Berrahal    Algérie-France: le rôle de la diplomatie parlementaire dans la promotion de la coopération bilatérale souligné    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    T'as du crédit sous le capot ?    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    La consommation de l'huile d'olive ne dépasse pas le 1,5 kg/an par personne en Algérie"    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Ténès: Le diabète mobilise    Le sixième candidat    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    L'agriculture dans la wilaya contribue à hauteur de 3% à l'économie nationale    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre les salles familiales et le reste !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 10 - 2019

A l'entrée de certains restaurants ou de salons de thé, un panneau indique que l'établissement dispose d'une salle familiale, réservée aux seules personnes qui s'y rendent accompagnées de l'épouse, du conjoint, des enfants, bref pas seules et, surtout, attifées de façon «respectable». Comme pour convaincre de l'honorabilité des lieux. Sauf que l'on ne vous dit pas comment faire pour faire honneur au lieu en question. Bref, là-bas, vous pouvez aller sans craindre d'être importuné même si, quelque part, vous n'avez rien contre le fait de l'être. Parce qu'il arrive que l'on se rende dans un lieu précis dans l'espoir d'y échanger avec ceux qui s'y trouvent quand ça n'est pas pour y rencontrer peut-être l'homme ou la femme de sa vie. Parce que, jusqu'à preuve du contraire, il n'est pas interdit d'espérer rencontrer son âme sœur dans ces endroits censés être ouverts à tous.
A la porte de ce genre d'établissement se tient un homme qui harangue les passants, qui vous prend presque par le bras pour vous inciter à rentrer voir par vous-même que ce qui est écrit sur le panneau ça n'est pas du bluff ! On vous courtise, on vous jure que dedans vous serez mieux que chez le voisin et que, là, en tout cas, vous ne craindrez pas d'être agressé par ce que l'on pointera volontiers, surtout si ça peut vous convaincre que le personnel tout entier est aux aguets, prêt à vous protéger du moindre comportement interprété comme déviant ou s'écartant si vous préférez de ce que la morale islamique impose aux croyants que nous sommes tous censés être.
Si un restaurant digne de porter cette appellation dispose d'une salle accessible aux seules familles, c'est qu'il en a aussi réservé une autre à ce qu'il considère comme faisant partie du tout-venant.
Un tout-venant dont on ne néglige pas le portefeuille. Comment décrire le fameux tout-venant et qui a décidé de diviser la clientèle en une catégorie respectable et en une autre peu recommandable ? Par qui cette ligne rouge a-t-elle été dictée ? Quelqu'un a eu cette idée «lumineuse», pensant s'attirer les faveurs d'une faune particulière et ses voisins ont suivi pour ne pas se faire doubler.
M. B. 


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.