Aourag : Promouvoir la recherche appliquée, un réel plus pour le développement socioéconomique    LF 2020: l'importance des dispositions encourageant de l'investissement mise en exergue    Aboutrika encense Mahrez et critique Guardiola    Collision de deux bus à El Oued : Etat de santé ''stable'' des blessés    M.Beldjoud depuis El-Oued: 96% des accidents sont dus au facteur humain    Foot/Mercato d'hiver : le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Hand/CAN-2020: l'Algérie bat le Maroc 33-30 et termine en tête du Gr D    Irak : nouvelles manifestations réclamant une refonte du système politique    La Conférence internationale sur la crise libyenne débute à Berlin    Examens de promotion aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur: les résultats lundi    Habitat : Un nouveau programme d'un million de logements pour la période 2020-2024    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    OUVERTURE DE REPRESENTATIONS CONSULAIRES A LAAYOUNE : L'Algérie recadre sévèrement la Guinée et le Gabon    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    Interdiction du téléphone et des rassemblements dans les hôpitaux    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Le Real fixe une condition pour le départ de James Rodriguez    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Cinq civils tués dans un présumé raid aérien russe    Les banques ciblées par les protestataires    Tebboune revoit le protocole officiel    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    La Cnas de Relizane passe à l'offensive    Une mosquée, et le tour est joué !    15 militants devant le juge ce matin    Non, le Hirak n'a pas échoué !    «Tous les détenus politiques doivent être libérés»    Le PAD appelle à une adhésion massive    Le saviez-vous… ?    ACTUCULT    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Vibrant hommage à Didouche Mourad    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    Alger-Paris en continuel aller-retour    Sept Algériens visent les minimas des JO-2020 et des championnats d'Afrique    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    Biens waqfs mis au profit de la science    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    L'entraîneur Yaïche tire la sonnette d'alarme    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sénatrice Añez présidente par intérim, Morales dénonce un «coup d'état»
Bolivie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 11 - 2019

La sénatrice Jeanine Añez, s'est proclamée mardi présidente par intérim de la Bolivie, une annonce aussitôt qualifiée de «coup d'Etat» par l'ex-Président Evo Morales en exil au Mexique.
Mme Añez, deuxième vice-présidente du Sénat, s'est proclamée à la tête de la Bolivie malgré l'absence de quorum au Parlement, arguant de «la nécessité de créer un climat de paix sociale» dans le pays secoué par une grave crise politique depuis l'élection présidentielle fin octobre. «Nous souhaitons convoquer des élections au plus vite», a ajouté la sénatrice de droite qui revendiquait la présidence par intérim face à la vacance du pouvoir provoquée par les démissions en cascade du Président Morales et de ses successeurs prévues par la Constitution : le vice-président, la présidente et le vice-président du Sénat ainsi que le président de la Chambre des députés.
Mme Añez s'est immédiatement rendue au siège du gouvernement où elle a prêté serment, tandis que le Tribunal constitutionnel a validé cette élection. Elle s'est ensuite réunie avec les chefs de l'armée et de la police.
«Le coup d'Etat le plus astucieux et le plus odieux de l'histoire a eu lieu», a aussitôt réagi sur Twitter l'ex-chef de l'Etat socialiste depuis son exil au Mexique. Depuis Mexico, où il est arrivé dans l'après-midi en avion militaire après un périple rocambolesque de seize heures au gré des ordres et contre-ordres des pays latino-américains survolés, M. Morales a promis de poursuivre "la lutte", affirmant qu'il ne cesserait pas de «faire de la politique».
«Tous les peuples ont le droit de se libérer», a dit celui qui a longtemps incarné un symbole d'émancipation pour les populations indigènes de son pays. Il a aussi remercié le Mexique de lui avoir «sauvé la vie».
«Ça me fait mal d'abandonner le pays pour des raisons politiques, mais (...) je reviendrai bientôt avec plus de force et d'énergie», avait tweeté lundi soir Evo Morales, qui a démissionné la veille après avoir été lâché par l'armée. Le chef de l'Etat, dont la réélection pour un quatrième mandat était considérée comme irrégulière par l'opposition et les observateurs de l'Organisation des Etats américains (OEA), s'était retrouvé de plus en plus isolé, alors qu'un grève générale et les manifestations paralysaient l'activité du pays depuis une dizaine de jours.
Mme Añez, une avocate de 52 ans, doit désormais nommer son gouvernement et convoquer de nouvelles élections dans un délai de 90 jours selon la Constitution. Elle a promis qu'elles auraient lieu avant le 22 janvier 2020.
«Je félicite la nouvelle présidente constitutionnelle de Bolivie Jeanine Añez», a réagi sur Twitter le candidat centriste Carlos Mesa, qui contestait les résultats de la présidentielle du 20 octobre et réclamait un second tour.
Le leader de la contestation populaire, Luis Fernando Camacho, a également reconnu la sénatrice d'opposition comme présidente par intérim et appelé à une «suspension des manifestations», notamment dans son fief de Santa Cruz (est). A son arrivée au Parlement, où n'ont pas siégé les parlementaires majoritaires du Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti de M. Morales, Mme Añez avait déclaré à la presse : «Nous ne pouvons pas rester sans gouvernement».
Mardi, La Paz est restée paralysée, sans transports publics. Lundi, après de violentes protestations, l'armée avait été déployée dans les rues pour appuyer la police.
Dans deux déclarations différentes, vingt pays membres de l'OEA ont appelé mardi à la fin de la violence et au respect de l'ordre constitutionnel pour surmonter la crise dans le pays, lors de la première réunion de l'organisation depuis la démission de M. Morales. Un de ses alliés, le Président vénézuélien Nicolas Maduro, a demandé à l'armée bolivienne de rétablir au pouvoir l'ex-chef de l'Etat, considérant que le pays courait un risque de «guerre civile».
Dimanche soir, des milliers de Boliviens avaient célébré dans les rues le départ d'Evo Morales, après la vague de violences post-électorales au cours de laquelle sept personnes ont été tuées, selon un nouveau bilan annoncé mardi par le procureur général, et au moins 383 autres blessées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.