Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sénatrice Añez présidente par intérim, Morales dénonce un «coup d'état»
Bolivie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 11 - 2019

La sénatrice Jeanine Añez, s'est proclamée mardi présidente par intérim de la Bolivie, une annonce aussitôt qualifiée de «coup d'Etat» par l'ex-Président Evo Morales en exil au Mexique.
Mme Añez, deuxième vice-présidente du Sénat, s'est proclamée à la tête de la Bolivie malgré l'absence de quorum au Parlement, arguant de «la nécessité de créer un climat de paix sociale» dans le pays secoué par une grave crise politique depuis l'élection présidentielle fin octobre. «Nous souhaitons convoquer des élections au plus vite», a ajouté la sénatrice de droite qui revendiquait la présidence par intérim face à la vacance du pouvoir provoquée par les démissions en cascade du Président Morales et de ses successeurs prévues par la Constitution : le vice-président, la présidente et le vice-président du Sénat ainsi que le président de la Chambre des députés.
Mme Añez s'est immédiatement rendue au siège du gouvernement où elle a prêté serment, tandis que le Tribunal constitutionnel a validé cette élection. Elle s'est ensuite réunie avec les chefs de l'armée et de la police.
«Le coup d'Etat le plus astucieux et le plus odieux de l'histoire a eu lieu», a aussitôt réagi sur Twitter l'ex-chef de l'Etat socialiste depuis son exil au Mexique. Depuis Mexico, où il est arrivé dans l'après-midi en avion militaire après un périple rocambolesque de seize heures au gré des ordres et contre-ordres des pays latino-américains survolés, M. Morales a promis de poursuivre "la lutte", affirmant qu'il ne cesserait pas de «faire de la politique».
«Tous les peuples ont le droit de se libérer», a dit celui qui a longtemps incarné un symbole d'émancipation pour les populations indigènes de son pays. Il a aussi remercié le Mexique de lui avoir «sauvé la vie».
«Ça me fait mal d'abandonner le pays pour des raisons politiques, mais (...) je reviendrai bientôt avec plus de force et d'énergie», avait tweeté lundi soir Evo Morales, qui a démissionné la veille après avoir été lâché par l'armée. Le chef de l'Etat, dont la réélection pour un quatrième mandat était considérée comme irrégulière par l'opposition et les observateurs de l'Organisation des Etats américains (OEA), s'était retrouvé de plus en plus isolé, alors qu'un grève générale et les manifestations paralysaient l'activité du pays depuis une dizaine de jours.
Mme Añez, une avocate de 52 ans, doit désormais nommer son gouvernement et convoquer de nouvelles élections dans un délai de 90 jours selon la Constitution. Elle a promis qu'elles auraient lieu avant le 22 janvier 2020.
«Je félicite la nouvelle présidente constitutionnelle de Bolivie Jeanine Añez», a réagi sur Twitter le candidat centriste Carlos Mesa, qui contestait les résultats de la présidentielle du 20 octobre et réclamait un second tour.
Le leader de la contestation populaire, Luis Fernando Camacho, a également reconnu la sénatrice d'opposition comme présidente par intérim et appelé à une «suspension des manifestations», notamment dans son fief de Santa Cruz (est). A son arrivée au Parlement, où n'ont pas siégé les parlementaires majoritaires du Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti de M. Morales, Mme Añez avait déclaré à la presse : «Nous ne pouvons pas rester sans gouvernement».
Mardi, La Paz est restée paralysée, sans transports publics. Lundi, après de violentes protestations, l'armée avait été déployée dans les rues pour appuyer la police.
Dans deux déclarations différentes, vingt pays membres de l'OEA ont appelé mardi à la fin de la violence et au respect de l'ordre constitutionnel pour surmonter la crise dans le pays, lors de la première réunion de l'organisation depuis la démission de M. Morales. Un de ses alliés, le Président vénézuélien Nicolas Maduro, a demandé à l'armée bolivienne de rétablir au pouvoir l'ex-chef de l'Etat, considérant que le pays courait un risque de «guerre civile».
Dimanche soir, des milliers de Boliviens avaient célébré dans les rues le départ d'Evo Morales, après la vague de violences post-électorales au cours de laquelle sept personnes ont été tuées, selon un nouveau bilan annoncé mardi par le procureur général, et au moins 383 autres blessées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.