35 personnes accusées dans des affaires de corruption    Opérateurs algériens et libyens se concertent sur l'impulsion de la coopération bilatérale    Rencontre mardi sur    Pétrole/gaz de schiste : opportunités et risques    Proposition de paix    «La décision de mon exclusion du bureau exécutif est antiréglementaire»    Le DEN satisfait des résultats    Deuxième place pour Reguigui    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Les services douaniers ont enregistré 70 contraventions depuis le début de l'année en cours    Nécessité d'un schéma national de transport pour réduire les accidents de la route    «L'Hommage au jazz» de Noredine Chegrane    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Le Mouloudia vidé de ses cadres !    Rien n'est confirmé Algeria 2020    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Ankara veut créer une zone de libre-échange avec l'Algérie    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    "Mal négociés", selon Wahiba Bahloul    Visite inopinée de CHerif Omari a la laiterie de birkhadem    Objectif atteint pour les Verts    Marc Lavoine prochainement en concer    avec «force» l'attaque terroriste contre le camp militaire de Sokolo au Mali    M. Davaasuren, Secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères de Mongolie, effectuera une visite de travail en Algérie    Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Complexe de sidérurgie "Tosyali" d'Oran: le challenge des exportations hors hydrocarbures    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    Les consommateurs dénoncent    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    Un "terminus" brutal pour la JSK    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vacance du pouvoir en Bolivie
Après la démission forcée d'Evo Morales
Publié dans Liberté le 12 - 11 - 2019

La Bolivie s'est réveillée hier sans dirigeant, après la démission forcée dimanche soir de son président Evo Morales, cédant à trois semaines de violentes manifestations et surtout à l'armée qui lui a retiré son soutien.
Les successeurs prévus par la Constitution en cas de départ du président ont, en effet, tous démissionné avec lui : le vice-président Alvaro Garcia, la présidente et le vice-président du Sénat et le président de la Chambre des députés. Mais la nomination du remplaçant par interim d'Evo Morales revient au Parlement, où ses partisans sont toujours majoritaires. Hier matin, l'ex-président a appelé ses opposants, qu'il a qualifié de "racistes et putschistes", à ramener la paix dans le pays. "Qu'ils assument la responsabilité de pacifier le pays et de garantir la stabilité politique", a-t-il tweeté.
Dimanche soir, la deuxième vice-présidente du Sénat, l'opposante Jeanine Anez, a revendiqué son droit à devenir chef de l'Etat par intérim. "Je renonce à mon poste de président", la déclaration du leader indigène de 60 ans, au pouvoir depuis 2006, mettait fin à une journée marquée par de nouvelles violences dans les rues, un appel de l'Organisation des Etats américains (OEA) à de nouvelles élections et des démissions en série de ministres et députés, après les attaques contre certains d'entre eux. Evo Morales s'était retrouvé de plus en plus isolé alors que la crise politique s'accélérait brutalement dans le pays andin où grève générale et manifestations paralysaient l'activité depuis une dizaine de jours.
Mais le coup fatal a été porté par l'armée et la police, qui lui ont retiré leur soutien dans l'après-midi, l'appelant, par la voix du chef de l'armée bolivienne, le général Williams Kaliman, à démissionner "pour le bien de la Bolivie". Evo Morales a annoncé dans la soirée qu'un mandat d'arrêt "illégal" avait été émis contre lui. Une information démentie par le commandant de la police, Vladimir Yuri Calderon, mais confirmée par l'un des principaux opposants à Evo Morales, Luis Fernando Camacho, qui a tweeté: "Confirmé!! Ordre d'arrestation pour Evo Morales!! La police et les militaires le recherchent dans le Chaparé", le fief de l'ex-président, dans le centre de la Bolivie.
Dimanche soir, il a reçu le soutien immédiat des présidents cubain et vénézuélien, Miguel Diaz-Canel et Nicolas Maduro, ainsi que du président élu argentin Alberto Fernandez, qui ont dénoncé un "coup d'Etat". Hier matin, c'est Moscou qui a dénoncé "les violences déclenchée par l'opposition" et une série d'événements qui ont pris "une tournure rappelant le scénario d'un coup d'Etat". Le gouvernement espagnol a critiqué lui aussi le rôle de l'armée et de la police bolivienne dans la démission du président Morales.
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.