Man City : Un intérêt pour Harry Kane    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    AADL: lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les assurances du ministère de la Santé
Disponibilité des médicaments pour 2020
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 11 - 2019

Les professionnels de la santé ont, depuis longtemps, tiré la sonnette d'alarme sur la rupture de stock de plusieurs marques de médicaments sur le marché. D'autant plus que la situation risque de s'aggraver l'année prochaine, puisque plusieurs programmes d'importation n'ont pas encore été signés. Le ministère de la Santé vient de rassurer que des dispositions ont été prises quant à la disponibilité des médicaments pour l'année 2020.
Salima Akkouche - Alger (Le soir) - Le département de Mohamed Miraoui réagit aux inquiétudes concernant l'indisponibilité des médicaments et assure que des dispositions ont été prises pour la disponibilité des médicaments pour l'année prochaine.
«Suite aux informations rapportées par certains médias de presse concernant le retard dans le traitement relatif aux demandes des programmes d'importation des médicaments, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière tient à rassurer que des mesures ont été prises pour la disponibilité des médicaments pour l'année 2020» a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué. Selon lui, les dispositions prises ont permis déjà le traitement de 50% des demandes. «L'ensemble des dossiers seront finalisés et libérés la fin du mois de novembre 2019.
Bien au contraire, le traitement de ces demandes a débuté deux mois avant les délais habituels comparativement aux programmes prévisionnels d'importation des médicaments pour l'exercice 2019», a indiqué la même source qui souligne que l'état des stocks en médicaments et le placement des commandes auprès des fournisseurs par la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) vont permettre la disponibilité des médicaments pour une période de plus de six mois. A moyen terme, annonce-t-on, le ministère de la Santé, en collaboration avec une commission technique composée des départements ministériels concernés, envisage des mesures de facilitation des investissements dans le domaine des produits pharmaceutiques à travers la révision de l'arrêté de 2008 concernant le cahier des conditions techniques d'importation des produits pharmaceutiques.
A souligner que ce n'est pas la première fois que le ministère de la Santé annonce des mesures pour remédier à la situation récurrente de l'indisponibilité des médicaments. Ce département s'est déjà engagé, l'année dernière, à prendre des mesures pour éviter les tensions sur le marché du médicament durant cette année. Résultat : il ne s'agit pas seulement de tension mais de rupture de stock de plusieurs médicaments. Devant une situation critique et l'alarmisme des professionnels de la santé qui appréhendaient le pire pour cette fin d'année et le début de l'année prochaine, le ministère de la Santé a assuré qu'il a pris le taureau par les cornes. Début mai dernier, il a annoncé un plan d'action contre la pénurie.
Ce département a alors promis que ce problème sera derrière nous. Pour qu'il n'y ait pas de retard dans l'importation des médicaments et de la matière première, le ministère de la Santé a exigé des opérateurs de déposer leurs programmes prévisionnels en août dernier au lieu du mois de septembre habituellement.
Les programmes devaient être délivrés au plus tard début octobre pour que les opérateurs puissent recevoir leur produits en prévision de l'année prochaine.
Or, non seulement la majorité des programmes n'ont pas été signés jusqu'à présent, mais même les opérateurs ayant reçu des autorisations d'importation, n'ont pas été autorisés à importer la totalité de leurs programmes.
Pourtant, avertissent les opérateurs, même les stocks de sécurité sont quasi vides et ce, même pour les produits essentiels.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.