Laraba défend son projet    Le sujet suscite peu d'intérêt    L'ANP élabore le plan de vigilance    Sans Zeghmati    Hausse attendue des prix des viandes blanches    Le parlement accorde la confiance aux ministres proposés    «L'Afrique doit rester unie pour réformer le Conseil de sécurité»    Deux communautés rivales signent des "accords de paix"    Report des candidatures aux postes de souveraineté en Libye    Zetchi recalé par la FIFA    "Je serai de retour dans une à deux semaines"    Ifticène jette l'éponge    Reprise dimanche après la fin du 2e regroupement    Inquiétante hausse de la cybercriminalité    Cap sur le renforcement de la couverture sécuritaire    Le personnel de la santé prêt pour l'opération    Le plasticien El-Bahi Belkheiri célèbre le berceau de l'humanité    Les rapports franco-algériens entre histoire et mémoire    Le rôle du poète au sein de sa cité    Hommage à cheikh Abdallah Guettaf    Création d'un prix littéraire au nom de la poétesse Oum Siham    Couleurs et douleurs, nouveau recueil de nouvelles de l'écrivain Boubakr Kadri    Walid Sadi candidat à la présidence a la FAF    Conservation foncière de Bab Azzoun : Une année pour la délivrance d'un négatif    Cité AADL 5000 logements (Réghaïa) : Insécurité et manque d'éclairage    Premier League : Défaite surprise de Man United face à la Lanterne rouge    Aouar dans le viseur de la Juventus pour cet été    Oran : L'association des opérateurs économiques tire la sonnette d'alarme    Milan AC : Bennacer de retour à l'entrainement    Sidi Chami, El-Ançor et Bir El-Djir: Près de 36 millions de dinars pour de nouvelles cantines scolaires    Ancien chargé de mission à la présidence: Laagab répond à ses détracteurs    Point de rupture ?    Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?    Pour booster la filière des agrumes à Misserghine: Vers l'exploitation des sources d'eau dans l'irrigation    Le génie du virus    Ils réclament le droit au logement et aux projets de développement: Les habitants de Tafraoui protestent    Ferdjioua: Le libraire Ferhat Kaoula n'est plus    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Reddition d'un terroriste et arrestation de 3 éléments de soutien    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    Tinhinane Laceb retrouvée morte    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ICI MIEUX QUE LA-BAS
Polanski si, Rib�ry no !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 07 - 2010


Par Arezki Metref
[email protected]
Pourquoi Rib�ry, le joueur de l��quipe de France qui a en ce moment quelques ennuis avec la justice, ne b�n�ficie-t-il pas des m�mes soutiens que le c�l�bre cin�aste Roman Polanski ?
Pour celui-ci �l�intelligentsia� se mobilise en l'�paulant, le consid�rant comme victime bien qu'il soit plus que reconnu comme d�linquant sexuel par la justice am�ricaine. Tiens, tiens, ne serait-on pas devant cette petite chose qu�il est convenu d�appeler le deux poids deux mesures ? L�histoire. Ou plut�t, les histoires. Celle de Roman Polanski, d�abord. Le 10 mars 1977, le cin�aste admet avoir eu une relation sexuelle avec Samantha Geimer, � Los Angeles. Cette derni�re raconta devant le grand jury que Polanski lui avait fait boire du champagne et prendre de la drogue. Elle aurait tent� de r�sister � son agresseur, mais en vain. Deux semaines plus tard, Polanski est inculp�. Dossier lourd : fourniture de substance r�glement�e � une mineure, actes obsc�nes ou lascifs sur un enfant de moins de 14 ans, relations sexuelles ill�gales, viol par usage de drogue, perversion et sodomie. Pas de quoi fouetter un chat, que de tintouin pour rien ! A peine une petite sauterie ! Cet homme est une victime ! s�insurgent ses soutiens. Mais, allez savoir pourquoi, l�individu Polanski plaide n�anmoins coupable pour le chef d�accusation de �relations sexuelles ill�gales�. Afin d��viter � la victime, la vraie, et peut-�tre bien � �l�autre� aussi, le traumatisme d�un proc�s public, un accord est n�goci� avec le procureur par la famille. Incarc�r� pendant 42 jours � l�h�pital- prison Chino, pr�s de Los Angeles, c'est lorsqu�il apprend que la peine qu�il encourt est de 50 ans de r�clusion, que Polanski fuit les Etats-Unis et leur justice. Il trouve refuge � Paris. L�affaire se tasse. Longtemps. Puis, rebondissement, le 26 septembre 2009. La Suisse d�cide de donner suite au mandat de la justice am�ricaine. Une histoire b�te de gros sous, ou de pudeur, c�est selon ! Des arrangements en relation avec le fait que les Etats- Unis exigent des banques suisses, neutres comme leur pays, qu�elles donnent le nom des propri�taires des comptes anonymes, et ces broutilles ont pouss� ce pays des edelweiss et des blanches cimes � accepter ce qu�il avait jusqu�alors refus�. Le fait est que Polanski, qui avait lui-m�me reconnu les faits, est non seulement absous mais vaillamment d�fendu en France par les commandos m�diatiques de philosophes vulgarisateurs de sagesse dans les �missions de vari�t�s. Ces ouvriers de canap�s sont tous all�s au charbon. Exemple, Finkielkraut, s�r de son fait : �Polanski n�est pas le violeur de l�Essonne. Polanski n�est pas p�dophile. Sa victime, la plaignante, qui a retir� sa plainte, qui n�a jamais voulu de proc�s public, qui a obtenu r�paration, n��tait pas une fillette, une petite fille, une enfant, au moment des faits.� La messe est dite. Finkielkraut non seulement blanchit Polanski, mais il ch�tierait presque la victime qui n�en est pas une puisque la petite fille n��tait pas une fillette, et que de plus, elle a obtenu r�paration. On se demande bien pourquoi cette r�paration a �t� accord�e ? Lui non ! Il vaut mieux quand on se pr�sente devant le pr�toire- Finkielkraut, �tre un violeur milliardaire qui a les moyens de �d�dommager � ses victimes en achetant leur silence, qu�une fillette de 13 ans, victime, dont la famille a refus� un proc�s public par peur du traumatisme qu�il pourrait engendrer. Du coup, Polanski, que Finkielkraut a � la bonne on ne sait trop pourquoi, peut dormir sur ses deux oreilles, la morale comme la justice le d�douanant. C�est un artiste, g�nial et hypersensible : il faut le laisser abuser des jeunes filles de 13 ans sans que sa responsabilit� soit engag�e plus avant. L��trange mansu�tude de Finkielkraut � l��gard de Polanski ne semble pas �tre pour autant la marque de fabrique de la maison. Quand il s�agit de jeunes de banlieue, il en va autrement. Nul besoin que ces jeunes commettent des d�lits de la gravit� de ceux dont Polanski s�est lui-m�me reconnu coupable pour d�clencher la fustigation impitoyable du philosophe. C�est certainement au nom des valeurs qu�il avance et sur lesquelles il s�appuie pour d�fendre Polanski qu�Alain Finkielkraut qualifie les joueurs de l��quipe de France de �voyous�. �Nous avons la preuve effarante que l��quipe de France n�est pas une �quipe, c�est une bande de voyous qui ne conna�t qu�une morale, celle de la mafia. Il est temps de ne plus confier le destin de l��quipe � des voyous arrogants et inintelligents et de s�lectionner des gentlemen�. Personne ne nous dit si le titre de �gentlemen� renvoie � des gens comme Polanski. Il est �videmment plus facile de taper sur des gens comme Rib�ry. Son histoire est plus simple et pour le moment, elle repose sur tout, sauf sur des conclusions judiciaires comme c�est le cas pour Polanski. Il aurait eu des relations tarif�es avec une professionnelle du sexe, qui sait pourquoi on s�adresse � elle. Si c�est un d�lit, il n�a rien � voir avec celui de Polanski. Quand on va voir une prostitu�e, elle sait pourquoi. C�est autre chose que de droguer une jeune fille de treize ans pour obtenir le m�me �service �. On pr�tend qu�il a eu des relations avec une mineure. Il dit qu�il ne le savait pas. Pour lui, point de pr�somption d�innocence, tandis que pour Polanski qui reconna�t, lui, son forfait, on doute. A supposer que Rib�ry soit coupable d�avoir eu des relations sexuelles avec Zahia tout en sachant qu�elle n��tait pas majeure, qu�advient-il des autres �clients� ? Vu que pour la s�millante jeune fille, c�est son m�tier, o� sont pass�s ces clients ?
En quoi seraient-ils moins coupables que Rib�ry ?
Il ne s�agit pas ici de d�fendre Rib�ry et d�enfoncer Polanski. Au niveau du fric qu�ils gagnent, l�un comme l�autre, ils sont assez grands pour se d�fendre eux m�mes ou se faire d�fendre par des avocats ou des amis divers et vari�s. Mais qu�on nous permette de relever cette in�galit� dans le traitement. Pourquoi lynche-t-on un footballeur issu des banlieues pour un d�lit qui n�a pas �t� constitu� par la justice, alors que l�on d�clare innocent un cin�aste qui, lui, a fui les Etats-Unis parce qu�il connaissait le prix � payer pour la nature de son d�lit avou�. Mais peut-�tre que les commandos m�diatiques qui viennent � la rescousse de Polanski consid�rent qu�un joueur de foot tel que Rib�ry enfant des banlieues, ne peut �tre qu�inintelligent et inculte. Donc coupable. Plus coupable encore qu�un coupable qui l�a reconnu. On a beau tenter de nous faire ingurgiter que faute avou�e est � moiti� pardonn�e� une couleuvre reste une couleuvre. A moins que ce ne soit un pilote pour une nouvelle version de t�l� r�alit� de la t�te contre les jambes ? Non, l� encore Finkielkraut nous �claire, Rib�ry a fait partie d�une �quipe �ethnicis�e�, ce qui, vu le terme, aggrave son cas. Et puis il n�a m�me pas fait gagner les Bleus. Il est bien �vident que si� l�affaire aurait tourn� tout autrement. Si quoi ? S�ils avaient gagn�, pardi !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.