Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les enfants privés de vaccins depuis plusieurs mois
Alerte sur le calendrier national de vaccination
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 02 - 2020

Le personnel de la santé alerte sur la rupture de plusieurs vaccins pour enfants. Cette situation, avertissent les professionnels de la santé, risque de perturber le calendrier national de vaccination. La tension sur les vaccins dure depuis près de six mois, a affirmé le président du Syndicat national des praticiens de santé publique.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - L'anti-diphtérique, l'anti-tétanique, (DTP), l'anti-tétanique adulte (DT), l'anti-hépatite B, le BCG, polio injectable, tétrahib… autant de vaccins du calendrier national de vaccination obligatoire contre certaines maladies transmissibles, qui sont indisponibles actuellement ou en quantités insuffisantes.
L'alerte sur la rupture de certains vaccins du calendrier national de vaccination a été déjà lancée depuis quelques mois par des parents désorientés ou en panique.
La situation est alarmante au point où certains nourrissons n'ont même pas subi leur premier vaccin de naissance, le BCG. Obligatoire, ce vaccin se fait administrer aux nourrissons durant les premières heures de la naissance. Pourtant, des PMI, ne disposant pas de ce vaccin, n'ont eu d'autres choix que de demander aux parents de revenir une semaine, voire quinze jours plus tard, dans l'espoir de trouver le vaccin disponible. La situation est-elle limitée à certaines cliniques ? Malheureusement non, et cette situation ne dure pas que depuis quelques semaines mais depuis des mois.
Selon Lyes Merabet, président du SNPSP, les structures de santé de proximité souffrent depuis près de six mois de cette tension sur les vaccins. «C'est une tension terrible», selon Lyes Merabet qui dit que ce problème touche même le dépistage scolaire. Les rappels de vaccin pour les élèves, dans le cadre du dépistage scolaire, dit-il, sont sous tension depuis la rentrée scolaire en septembre dernier. La situation vient d'être réglée cette semaine, souligne ce médecin.
Les vaccins, souligne le docteur Merabet, sont soit indisponibles, soit en quantités insuffisantes. «Une situation qui nous crée des problèmes avec les parents, car nous ne pouvons pas nous organiser et donner des rendez-vous, puisque nous ne savons pas quand nous allons réceptionner les vaccins», a déclaré le président du SNPSP. Ainsi, explique-t-il, s'il y a un retard sur le premier vaccin, il y aura forcément du retard sur les vaccins de rappel. Conséquence : le calendrier national de vaccination risque de connaître une perturbation, selon lui.
Une situation qui aurait pourtant pu être évitée. Le président du SNPSP explique que le ministère de la Santé qui connaît les besoins nationaux en vaccins aurait pu s'y prendre à temps pour faire ses commandes.
Pourtant, le personnel médical qui doit faire face à la colère de parents n'a eu aucune explication sur les raisons de cette situation. «On nous dit depuis six mois que les lots de vaccins sont soumis aux procédures de contrôle !», a déclaré Lyes Merabet.
Pourtant, lors de l'importation des vaccins, l'Institut Pasteur, chargé de l'opération, du contrôle et de la distribution des vaccins, dispose de trois à quatre semaines pour libérer les lots. Une période durant laquelle les vaccins sont soumis à un contrôle pour confirmer leur conformité et leur innocuité. Depuis cette situation, explique le docteur Merabet, en raison de l'insuffisance des vaccins, les services de prévention chargés de la vaccination, qui, auparavant, se déplaçaient une fois par mois au niveau de l'IPA pour récupérer des lots de vaccins, se déplacent actuellement une fois par semaine. Ce qui crée des désagréments, dit-il, non seulement pour les équipes de vaccination qui viennent de loin, mais cela a également des conséquences sur le respect de la chaîne de froid.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.